Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
COMMUNIQUE

Guinée/Ebola : La coordination de l'opposition extra-parlementaire rappelle les devoirs de l'Etat


- 5 Avril 2014 modifié le 5 Avril 2014 - 15:26


Guinée/Ebola : La coordination de l'opposition extra-parlementaire rappelle les devoirs de l'Etat
COORDINATION DE L’OPPOSITION EXTRA PARLEMENTAIRE
 
Conakry le 01 Avril 2014
 
DECLARATION N° 2 (EPIDEMIE D’EBOLA en GUINEE)
 
Face à l’épidémie d’EBOLA qui sévit dans notre pays depuis près de trois (3) mois la COORDINATION de l’OPPOSITION EXTRA-PARLEMENTAIRE (C.O.E.P.), adresse ses condoléances émues aux familles éplorées et assure de sa totale solidarité ainsi que sa sincère compassion aux malades et à leurs proches dans l’épreuve qu’ils traversent.
 
Cette maladie virale vient ainsi aggraver l’angoisse du peuple de Guinée déjà meurtri par une économie chancelante, une insécurité grandissante dans un contexte d’une mal-gouvernance et d’une incurie chroniques.
 
Au delà de toute considération politicienne la COEP est indignée de la légèreté et l’irresponsabilité avec lesquelles le gouvernement de la République gère cette tragédie nationale au point que la communauté internationale révèle que c’est la 1ère fois dans l’histoire que cette maladie épidémique s’est autant éparpillée loin de l’épicentre de sa découverte avec des foyers multiples dans le pays.
 
Toutefois, elle rappelle que gouverner c’est prévoir et l’Etat a le devoir de protéger les citoyens en toutes circonstances et en tous lieux. C’est donc à lui qu’il revient de prendre et de faire respecter toutes les dispositions visant à freiner la propagation et à éteindre les foyers infectieux de cette grave maladie fébrile et hémorragique sans vaccin ni traitement.
 
C’est l’occasion de remercier vivement les partenaires de la communauté internationale pour leurs solidarité et appuis pour enrayer cette tragique épidémie et éviter son expansion dans la sous région.
 
La COORDINATION de l’OPPOSITION EXTRA-PARLEMENTAIRE (C.O.E.P.) recommande :
 
> Aux Autorités gouvernementales :
 
* la transparence et la cohérence des informations dans la communication qui doit être scientifique, simple, claire et précise.
 
* Il ne faut ni intimider, ni banaliser la maladie, plutôt il faut recourir à des spécialistes avertis et compétents qui communiqueront sur les modes et risques de contamination ainsi que sur les moyens de protection collective et individuelle permettant d’éviter l’infection.
 
* la sensibilisation des citoyens sur la nécessité de restreindre les déplacements et traitements funèbres (religieux et /ou coutumiers) des dépouilles mortelles de quelques causes que ce soit, par les proches.
 
* De désigner, former et équiper des équipes chargées de traiter et d’inhumer tous les corps hospitaliers dans le respect (religieux et traditionnel) et dignité des morts et leurs familles.
 
* Identifier dans un cimetière un carré réservé aux victimes avérées d’Ebola afin de faciliter le travail de l’équipe sus indiquée et de respecter les normes en la matière.
 
C
 
* De sensibiliser les citoyens sur la nécessité de réduire les déplacements interurbains au juste minimum indispensable ; pour la durée maximale (21 jours) d’incubation de la maladie surtout vers et en provenance des zones épidémiques.
 
* De créer des structures d’accueil des malades suspects qui seront mieux équipées et étoffées pour éviter d’associer et de condamner des malades à pathologies curables dont certains symptômes sont semblables à ceux de la maladie d’Ebola.
 
* De mettre les équipements appropriés et moyens nécessaires suffisants à la disposition des services et équipes commis à la tache. Que les dons et assistance annoncés ne soient pas détournés aux fins d’enrichissement illicite des responsables.
 
* D’associer toutes les autres structures de santé (publiques et privés) périphériques à cette prévention collective, car un malade d’Ebola peut être une source d’infection, n’importe où il aura été reçu en consultation avant d’être identifié positif.
 
* Les écoles étant par excellence des lieux de grands regroupements surtout de mineurs, où il est difficile de respecter les mesures de protection collective (contacts, cantines scolaires non contrôlées); il serait judicieux d’anticiper et de prolonger le congé de Pâques, sans attendre qu’une 1ère victime n’y soit déclarée.
 
> Aux Personnels de santé : malgré le lourd tribu que vous avez déjà innocemment payé, vous avez le devoir déontologique:
 
* de Secourir, soulager et orienter tous les malades qui vous consultent.
 
* De se protéger soit même, protéger et préserver la vie de vos familles par le respect rigoureux des principes d’hygiène.
 
* D’être l’interface entre l’administration sanitaire ou gouvernementale et les populations sinistrées pour que ce soit le bon et vrai message qui est diffusé.
 
> Aux populations :
 
* De garder la sérénité, de suivre et respecter les consignes des autorités à travers les spécialistes dans la mesure où l’Autorité gouvernementale aura respecté les recommandations formulées à elle.
 
Il est important que chacun et tous prennent la pleine mesure du danger mortel qui nous guette.
 
Publiée le 03 Avril 2014
 
La C.O.E.P


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements