Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

INSTITUTION PAR L’U.A ET LE BURKINA D’UN PRIX SPÉCIAL POUR LA PAIX ET LA SÉCURITÉ AU SEIN DU FESTIVAL


Alwihda Info | Par - 3 Janvier 2013 modifié le 3 Janvier 2013 - 18:46



AFRICAN UNION
UNION AFRICAINE
UNIÃO AFRICANA
Addis Abéba, Éthiopie, B.P.: 3243 Tél.: (+251‐11) 5513 822 Télécopie: (+251‐11) 5519 321
Courriel: situationroom@africa‐union.org
COMMUNIQUÉ DE PRESSE


PANAFRICAIN DU CINÉMA ET DE LA TÉLÉVISION DE OUAGADOUGOU
Addis Abéba, le 28 décembre 2012: La Commission de l’Union africaine (UA) et le Gouvernement du
Burkina Faso ont signé, aujourd’hui, à Addis Abéba, un Protocole d’Accord instituant un Prix spécial
pour la Paix et la Sécurité au sein du Festival panafricain du Cinéma et de la Télévision de
Ouagadougou (FESPACO). Le Protocole a été signé par le Commissaire à la Paix et à la Sécurité,
Ambassadeur Ramtane Lamamra, au nom de l’UA, et la Représentante permanente du Burkina Faso
auprès de l’UA et Ambassadeur en Éthiopie, Minata Samate Cessouma, au nom du Burkina Faso. Le
Commissaire de l’UA chargé des Affaires sociales, Dr. Mustapha Sidiki Kaloko, a également participé
à la cérémonie.
La décision de l’UA de décerner un Prix pour la Paix et la Sécurité participe de la mise en oeuvre de la
Campagne ‘Agissons pour la Paix’, lancée par l’UA en vue de renforcer la mobilisation de tous les
acteurs concernés sur le continent, aux fins de mettre un terme définitif aux conflits et crises qui
affligent l’Afrique. Il s’agit également de mieux faire connaître l’action de l’UA dans ce domaine.
Doté d’un montant de 8 millions de Francs CFA (environ 16 000 dollars américains), ce Prix vise à
primer, récompenser et honorer, à travers le FESPACO, les meilleures productions
cinématographiques africaines qui promeuvent la culture de la paix et de la non violence sur le
continent. Il sera réservé aux films africains, et décerné lors de chaque édition par un jury spécial
proposé par l’UA.
S’exprimant à l’occasion de la cérémonie de signature, le Commissaire Lamamra a réitéré la
détermination de l’UA à utiliser tous les médiums disponibles pour faire avancer la cause de la paix
sur le continent. Dans ce contexte, il a souligné le cadre privilégié qu’offre le FESPACO, un des plus
éminents festivals de cinéma sur le continent. Il a poursuivi en déclarant: « La décision de l’UA de
décerner un Prix dans le cadre du FESPACO est aussi une reconnaissance de la contribution du
Président Blaise Compaoré à la promotion de la paix, de la sécurité et de la stabilité dans la région
ouest africaine, ainsi qu’en témoignent les médiations successives qu’il a entreprises pour aider au
règlement de conflits et de crises dans cette région ». Pour sa part, l’Ambassadeur Samaté Cessouma
s’est réjouie de cette nouvelle étape dans la coopération entre l’UA et le Burkina Faso au service de
l’objectif visant à débarrasser le continent du fléau des conflits et à faire de la paix une réalité.
« Depuis sa création, l’Union africaine a fait montre d’un dynamisme unanimement reconnu dans la
prévention et le règlement des conflits, s’employant à mobiliser toutes les énergies sur le continent.
L’institution du Prix pour la Paix et la Sécurité de l’UA, dans le cadre du FESPACO, contribuera
assurément à la promotion de la culture de la paix, en même temps qu’elle honore mon pays et ses
dirigeants ».

NOTE AUX ÉDITEURS
À propos du Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou (FESPACO): Le
FESPACO a été créé en 1969 sous l’appellation de « Premier festival de cinéma africain de
Ouagadougou ». Du stade artisanal, il évolue en une manifestation importante de l’agenda culturel
mondial et prend le nom de FESPACO en 1972, année au cours de laquelle il est institutionnalisé.
Dès lors, son développement connaît différentes phases liées aux évolutions politiques du Burkina
Faso. À partir de 1991, la manifestation correspond à une nouvelle dynamique et se dote d’un volet
commercial, avec la création du Marché international du Cinéma africain (MICA), qui permet des
échanges avec des chaines de télévision et l’achat de droits sur les films.
Le FESPACO a grandement contribué à l’essor de l’industrie cinématographique et vidéo du
continent africain, et demeure le principal festival du genre en Afrique à donner la visibilité requise
aux films africains. Il joue un rôle important dans la conservation et la sauvegarde du patrimoine
cinématographique africain aux côtés de la Cinémathèque africaine de Ouagadougou, institution qui
en est l’émanation et grâce à laquelle la diffusion et la mise en valeur du patrimoine suscité est
possible.
En 2013, le FESPACO sera à sa 23ème Édition, qui se tiendra du 23 février au 2 mars 2013 autour d’un
thème d’actualité à l’instar des éditions précédentes. Le thème retenu est « Cinéma africain et
politiques publiques en Afrique ».
Au cours de l’édition 2013, des films africains (courts et longs métrages, films documentaires, TV et
vidéo africaines, films de la diaspora africaine) seront en compétition. Les meilleurs seront
sanctionnés par des prix provenant d’institutions diverses, le plus convoité étant l’Étalon d’or de
YENNENGA, attribué au meilleur long métrage et doté d’une valeur de dix millions de Francs CFA. À
titre de rappel, l’Étalon YENNENGA depuis 1972 est allé aux pays suivants : Niger (1972), Cameroun
(1976), Maroc (1973), Mali (1979, 1983,1995), Côte d’Ivoire (1981,1993), Algérie (1985), Mauritanie
(1987, 2003), Burkina Faso (1991, 1997), Ghana (1989), RDC (1999), Maroc (2001,2011), Afrique du
Sud (2005), Nigeria (2007), Éthiopie (2009).
A propos de la Campagne ‘Agissons pour la Paix’: Cette campagne a été lancée en 2010, qui fut
proclamée Année de la paix et de la sécurité en Afrique. L’objectif poursuivi est d’imprimer une
nouvelle dynamique aux efforts de paix sur le continent, de donner une visibilité accrue à l’action de
l’UA en vue du règlement des crises et conflits que connait le continent, d’assurer une synergie entre
les initiatives officielles de promotion de la paix et celles entreprises au niveau de la société civile,
ainsi que de mobiliser des ressources accrues pour appuyer les efforts de l’UA.
La Campagne ‘Agissons pour la Paix’ culmine chaque année avec la célébration, le 21 septembre, de
la Journée internationale de la paix. Si la paix ne peut être réalisée en un jour, le 21 septembre n’en
offre pas moins aux Africains l'occasion de célébrer des succès notables dans le domaine de la
consolidation de la paix et celle de mettre la paix en pratique à travers un moment de communion et
d’unité.


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements