Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ACTUALITES

L’Afrique centrale et l’Occident resserrent l'étau contre Boko Haram


Alwihda Info | Par Les Echos - 16 Mai 2016 modifié le 16 Mai 2016 - 21:25

François Hollande a participé à un sommet sur la sécurité au Nigeria. Boko Haram a perdu du terrain – mais reste une menace dans la région des Grands Lacs.


 

Sur le plan des statistiques meurtières, Boko Haram est le mouvement terroriste le plus meurtrier au monde en ce moment, devançant même Daech. La lutte contre ce mouvement djihadiste était au coeur du sommet international auquel a participé François Hollande samedi au Nigeria. Si le président français était le seul chef d'Etat occidental présent dans cette ancienne colonie britannique, le sommet a réuni les chefs de l'exécutif des pays riverains du lac Tchad (Nigeria, Cameroun, Tchad et Niger) ainsi que le Bénin, au coeur du conflit déclenché par l'organisation djihadiste en 2009. Un conflit qui a fait 20.000 morts et près de 2,6 millions de déplacés.
 
 

Un « accord de défense "

Mohammed Buhari, le président du Nigeria, a évalué à 960 millions d'euros l'aide nécessaire pour les pays du lac Tchad, après avoir estimé que Boko Haram a été « techniquement vaincu ». En effet, l'organisation djihadiste perd du terrain. Alors qu'elle contrôlait trois des 39 Etats fédérés du Nigeria, dans le nord-est du pays, il y a deux ans, elle s'est repliée sur les alentours de la forêt de Sambisa et ne parvient plus à opérer au Cameroun, Niger et Tchad. En revanche, elle multiplie les attentats suicide, souvent avec de jeunes enfants. Mais la force pan-africaine de 8.000 soldats décidée l'an dernier par les pays riverains se met très lentement sur pied et manque de moyens logistiques. Si Londres soutient militairement a minima son ancienne colonie, Paris, via ses renseignements aériens, et Washington sont les plus importants soutiens du Nigeria. Déjà de facto « gendarme du Sahel », Paris cherche, via la visite du président François Hollande, à acquérir le statut de co-gendarme de la région du lac Tchad avec Washington. Le président français a d'ailleurs annoncé avoir signé avec son homologue nigérian une lettre d'intention en vu d'un « accord de défense " entre les deux pays. Washington a récemment annoncé la possibilité de vendre une douzaine d'avions militaires à Abuja.
 
 

Juste après le sommet de samedi, les deux principales centrales syndicales
 

du pays ont appelé à une grève générale illimitée à partir de mardi minuit si le gouvernement ne revient pas sur sa décision d'augmenter de 67% le prix de l'essence à la pompe, à 0,7 euro le litre. Le Nigeria, qui tire les deux tiers de ses recettes fiscales du pétrole, est affecté par la chute des prix de l'or noir et le manque de devises. En outre, en raison d'une série d'attaques de milices chrétiennes sur ses infrastructures, dans la région sudiste du delta, le numéro un du pétrole en Afrique ne produirait plus que 1,6 million de barils par jour, selon l'agence internationale de l'énergie, son plus bas depuis vingt ans.
 


En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/monde/afrique-moyen-orient/021935453321-lafrique-centrale-et-loccident-unis-contre-boko-haram-1222152.php?Vb0xqpSk82libblb.99



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 6 Décembre 2016 - 12:10 Trump bombarde la Chine sur Twitter

Mardi 6 Décembre 2016 - 12:00 Annonce de la date des Jeux mondiaux Nitro 2017

ACTUALITES | INTERNATIONAL | TCHAD | POLITIQUE | CULTURE | EXCLUSIF | Revue de Presse | English News | 中國