Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

L'OMS lance un nouveau projet visant à aider les pays africains à contrôler et éliminer les maladies tropicales négligées


Alwihda Info | Par OMS - 24 Mai 2016 modifié le 24 Mai 2016 - 09:30

Le Projet spécial élargi pour l’élimination des maladies tropicales négligées viendra renforcer les programmes nationaux et aidera les pays à obtenir un financement durable pour lutter contre les maladies liées à la pauvreté


L'OMS lance un nouveau projet visant à aider les pays africains à contrôler et éliminer les maladies tropicales négligées
GENÈVE, le 23 mai 2016 – Le Bureau régional de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l'Afrique (AFRO) vient de lancer un nouveau partenariat majeur pour aider les pays africains à alléger le fardeau que représentent les maladies tropicales négligées (MTN).

Le Projet spécial élargi pour l’élimination des maladies tropicales négligées (ESPEN) offrira aux programmes nationaux de lutte contre les MTN une assistance en matière technique et d'octroi de financements aux fins de contrôle et d'élimination des cinq MTN qui représentent le plus lourd fardeau sur le continent et affectent des centaines de millions d'individus.

Selon le Dr Matshidiso Moeti, directrice régionale de l'OMS pour l'Afrique : « Nous avons hâte de lancer ESPEN et de donner une ampleur accrue au travail accompli dans la lutte contre ces terribles maladies. Nous savons ce que nous avons à faire pour vaincre les MTN, et ESPEN veillera à ce que les programmes nationaux de lutte contre les MTN disposent des données, de l'expertise et des ressources financières nécessaires pour donner un élan supplémentaire à la lutte contre ces maladies. »

Les MTN sont un groupe de maladies affectant principalement, et ce de manière constante et grave, les communautés les plus pauvres, les plus marginalisées et les plus isolées du monde. 40 % des individus affectés par les MTN vivent en Afrique, où ces maladies détruisent des vies, empêchent des enfants d'aller à l'école et condamnent des communautés entières à vivre dans la pauvreté. Selon une étude réalisée par l'Université Érasme, si les objectifs que s'est fixés l'OMS pour 2020 étaient atteints, cela permettrait de générer près de 565 milliards de dollars en gains de productivité d'ici à 2030.

Bon nombre des outils nécessaires au contrôle et à l'élimination des MTN existent déjà, et les médicaments requis pour soigner et prévenir ces maladies sont donnés par les sociétés pharmaceutiques. Rien qu'en 2015, les 1,5 milliards de traitements ont fait don, et la grande majorité est allée aux pays africains. ESPEN permettra de fournir aux pays d'Afrique les capacités techniques et financières pour l'emploi de ces outils dans toutes les collectivités dans le besoin.

Pour le Hon. Prof. Isaac Folorunsho Adewole, ministre fédéral de la Santé du Nigéria : « Pour vaincre les MTN, nous avons besoin d'outils et de données adéquates afin de nous permettre de proposer ces traitements aux personnes qui en ont besoin. Ce projet spécial aidera les gouvernements de l'Afrique entière à assurer un avenir plus sain à nos peuples. »

Conçu pour être déployé de 2016 à 2020, ESPEN permettra la poursuite des efforts pour atteindre les buts en termes du contrôle et de l'élimination des MTN définis par l'Organisation mondiale de la santé et promus dans la Déclaration de Londres sur les MTN en janvier 2012. En 2014, de nombreux pays africains ont fait la promesse d'intensifier la lutte contre les MTN en vertu de l'engagement d'Addis-Abeba pour combattre les MTN.

Le lancement a été annoncé à Genève, lors d'une table ronde dans le cadre de la 69e Assemblée mondiale de la Santé. Figuraient au nombre des intervenants :

* Le Dr Margaret Chan, directeur général, OMS

* Le Dr Matshidiso Moeti, directeur régional pour l'Afrique, OMS

* Le Hon. Prof. Isaac Folorunsho Adewole, ministre fédéral de la Santé du Nigéria

* Le Dr Richard Horton, rédacteur en chef, The Lancet (modérateur)

* Le Dr Ariel Pablos-Méndez, administrateur-adjoint pour la Santé mondiale et coordinateur pour la Survie infantile et maternelle, USAID

* M. Ken Gustavsen, directeur exécutif, responsabilité d'entreprise, MSD

* Le Dr Nasser B. Alrifai, conseilleur technique, The Kuwait Fund

* Le Dr Mwele Ntuli Malecela, président, Groupe d’examen du programme régional pour les MTN

Selon le Dr Ken Gustavsen, directeur exécutif, responsabilité d'entreprise chez Merck Sharp & Dohme (MSD) : « Des grands progrès aient été accomplis au cours des derniers trois décennies pour atteindre des communautés touchées par les MTN. On est maintenant sur le point de contrôler et potentiellement éliminer plusieurs de ces maladies. L’ESPEN nous aidera à réaliser la tâche à travers le continent africain. »

L'hébergement et la gestion du projet incomberont au Bureau régional de l'OMS pour l'Afrique en partenariat avec les gouvernements africains, les donateurs, les organisations non gouvernementales et les sociétés pharmaceutiques en vue d'une réponse coordonnée dans la lutte contre ces maladies.

L'Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) annonce aujourd’hui un engagement de 4 millions de dollars à l’appui d’ESPEN. USAID, le Fonds koweïtien, le Département pour le développement international (DfID) britannique, la fondation Bill & Melinda Gates, le END Fund, la Banque arabe pour le développement économique en Afrique, MSD et Sightsavers, entre autres organisations, fourniront un financement de démarrage de 11,4 millions de dollars. Au final, la poursuite de ces investissements et la durabilité des progrès réalisés nécessiteront un engagement financier et politique plus important de la part des gouvernements africains afin de veiller au contrôle et à l'élimination de ces cinq maladies.

Selon le Dr Ariel Pablos-Méndez, Administrateur-adjoint pour la Santé mondiale et Coordinateur pour la Survie infantile et maternelle à l'USAID : « La lutte contre ces maladies invalidantes est un des meilleurs investissements en matière de la santé mondiale. L’ESPEN aidera les pays à accélérer des progrès contre ces maladies et, potentiellement, libérer des ressources nationales pour atteindre des populations vulnérables. Ce partenariat et d’autres efforts de lutter contre les MTN aideront à mettre fin aux ces maladies liées à la pauvreté extrême pendant cette génération. »

ESPEN a été établi après la fermeture du Programme africain de lutte contre l'onchocercose (APOC) qui, en 20 ans, a largement contribué à réduire l'onchocercose (également appelé « cécité des rivières ») en Afrique. Ce projet spécial permettra de conserver les acquis réalisés au cours des vingt dernières années en intégrant cette approche pour cinq maladies : l'onchocercose, la filariose lymphatique, la schistosomiase, l'helminthiase transmise par le sol et le trachome.


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements