Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
COMMUNIQUE

L’Union européenne doit faire cesser l’exploitation illégale des ressources naturelles qui alimente le conflit


Alwihda Info | Par Djamil @ - 14 Novembre 2008 modifié le 14 Novembre 2008 - 18:30

Les ministres des affaires étrangères de l’Union européenne viennent de reconnaître que «l’exploitation illégale des ressources naturelles constitue une source de financement des groupes rebelles et, dès lors, de la déstabilisation de la région »[1]. Mais aucune mesure concrète n’a été prise.


L’Union européenne doit faire cesser l’exploitation illégale  des ressources naturelles qui alimente le conflit

COMMUNIQUE DE PRESSE

République démocratique du Congo (RDC)

L’Union européenne doit faire cesser l’exploitation illégale

des ressources naturelles qui alimente le conflit

 

Les ministres des affaires étrangères de l’Union européenne viennent de reconnaître que «l’exploitation illégale des ressources naturelles constitue une source de financement des groupes rebelles et, dès lors, de la déstabilisation de la région »[1].  Mais aucune mesure concrète n’a été prise. Or, les populations civiles continuent de souffrir dramatiquement des effets d’un conflit qui perdure à cause de la capacité des belligérants de s’auto financer.

 

« Les groupes rebelles et les forces de l’Armée congolaise ont un intérêt à voir continuer la guerre car cela leur permet de s’enrichir grâce à l’exploitation du coltan, de la cassitérite et de l’or. Tant que ces ressources pourront être commercialisées, le conflit s’achèvera difficilement » indique Kambale Malembe, coordinateur du Forum des Amis de la Terre, partenaire du CCFD- Terre solidaire en RDC.

 

Pour Zobel Behalal, chargé de plaidoyer Paix et conflits au CCFD-Terre solidaire, « la situation en RDC démontre l’insuffisance du dispositif international pour mettre un terme à la possibilité pour un groupe rebelle ou un Etat d’utiliser les ressources naturelles pour entretenir les conflits ».

 

L’Union européenne doit peser de tout son poids pour que dans tous les processus de négociations en cours, l’exploitation des ressources naturelles soit abordée. Celle- ci est en effet l’une des racines du conflit dans la région. Nous lui demandons de :

  • œuvrer pour que la MONUC[2] ait explicitement le mandat de surveiller l’exploitation des ressources naturelles à l’est de la RDC.
  • exercer une pression sur les pays voisins de la RDC, qui profitent de l’exploitation des ressources et ceux par lesquels elles transitent, afin de ne pas fournir à ces ressources des débouchés internationaux « blanchis ».
  • œuvrer pour que le Conseil de sécurité de l’ONU adopte des sanctions à l’égard des différents bénéficiaires de l’exploitation des ressources qui alimente le conflit en RDC.

 

Contact presse : Véronique de La Martinière - 01 44 82 80 64 - v.delamartiniere@ccfd.asso.fr

 

COMITE CATHOLIQUE CONTRE LA FAIM ET POUR LE DEVELOPPEMENT

4, rue Jean Lantier -75001 Paris - Tél. 01 44 82 80 00 - www.ccfd.asso.fr

Première ONG française de développement, avec 40 millions d’euros de budget et plus de 500 initiatives soutenues chaque année dans 70 pays du sud et de l’est, le CCFD a acquis depuis près de 50 ans un savoir faire et de nombreuses références dans le dialogue avec les sociétés civiles de ces pays. Cette expertise est utilisée aujourd’hui dans de nombreuses activités de communication, de plaidoyer, et d’éducation au développement en direction du public français et européen, grâce à un réseau de 15 000 bénévoles militants.

 


[1] C’est l’une des conclusions de la réunion du conseil les 10 et 11 Novembre 2008 sur la RDC

[2] Mission des Nations Unies en République Démocratique du Congo



EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements