Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
LIVRE

LIVRE : Le roman « Les mains vides » de Raymond Loko nous conduit dans les drames de la séparation


Alwihda Info | Par Franck CANA - 20 Mars 2015 modifié le 20 Mars 2015 - 10:02


LIVRE : Le roman « Les mains vides » de Raymond Loko nous conduit dans les drames de la séparation

« Les mains vides » est une prise de conscience sur l'importance de chaque acte que nous dévoilons à la lumière. Même si la polygamie tente une percée au début de l'ouvrage, ce dernier n'est pas à considérer comme un panégyrique du comportement polygamique. Il a pour point de départ le foyer de Dina et Koumba, futurs parents d'une petite fille prénommée Espoir. Venant lui-même d'une famille polygame, Dina tente d'imposer une seconde épouse à Koumba qui refuse cet affront. Pour cette dernière, il est écrit que : « L'homme quittera son père et sa mère et s'attachera à sa femme », et non à ses femmes. Dina, pourtant chrétien, veut outrepasser la loi de Dieu. C'est la rupture ! Koumba et sa fille quittent Brazzaville pour s'installer à Dolisie.

A partir de là, le roman « Les mains vides » devient le parcours d'un sort qui s'abat d'abord sur Koumba puis sur Espoir. L'espoir et le désespoir y sont minutieusement décrits. Un désenchantement bien éveillé. Dans son récit, Raymond Loko évoque la polygamie africaine, les antivaleurs occidentales, le suicide, la méchanceté des belles-mères et l'éducation. Tout ceci sous le regard de Dieu qui voit et sait tout.

La rencontre d'Espoir et de Mpiaka va apporter du soleil dans ce récit. Bienveillant à son égard, Mpiaka prend à sa charge ses études et son quotidien, mais il en tombe amoureux. Seulement, Mpiaka est déjà marié.

Ici, l'auteur nous invite à une réflexion sur la manière de se conduire dans la vie. Si Dina n'avait pas voulu imposer la présence d'une seconde femme dans son foyer, alors les malheurs se seraient-ils abattus avec autant de force dans la vie de ces personnages ? La polygamie n'est-elle pas, de nos jours, davantage une source de drames dans les sociétés où elle est pratiquée ? L'auteur nous invite à une digne réflexion et à une autocritique lorsque cela s'impose. Il y a toujours en chacun de nous une ultime décision qui nous engage inexorablement vers le progrès ou la régression, avec les avantages ou les inconvénients qui peuvent en découler.

Le lecteur trouvera dans ce roman une logique de pensée consistant à interroger les faits empiriques afin qu'émergent dans son esprit la raison, le but et le sens de chacun des actes à poser dans la vie. Étant donné le contenu fort intéressant de ce roman, nous sommes persuadés que « Les mains vides » de Raymond Loko surprendra ses lecteurs avec un accueil très mérité.
Franck Cana

« Les mains vides », Raymond Loko, roman, éd. Langlois Cécile à Paris, 207 pages, 16 euros.

Source : Mito revista cultural n°19 de mars 2015.