Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
LIVRE

La France et le Tchad avaient-ils les mêmes préoccupations après l'indépendance? ( suite)


Alwihda Info | Par - 1 Septembre 2012 modifié le 1 Septembre 2012 - 11:26

« Dites bien à votre gouvernement que je n'ai pas changé et que je suis toujours le fidèle ami de la France et du général de Gaulle" François Tombalbaye


La France et le Tchad avaient-ils les mêmes préoccupations après l'indépendance? ( suite)
(...) Apparemment la cause du retrait des troupes françaises du Tchad était liée à un incident banal survenu à l'aérogare de
Fort-lamy. Dans la soirée du 25 avril à l'aérogare, un sergent chef français sous le nom de Soulière, en état divresse, a fait une réflexion déplacée au passage de Adoum Maurice Elbongo
, ministre de lAgriculture. Le sous-officier avait dit alors que Adoum Maurice passait: « je sais que celui-là na pas son certificat détudes » alors qu'il est licencié en droit. Le Colonel Bienaime, commandant de la base aérienne, a été aussitôt présenter ses regrets au président F. Tombalbaye et l'ambassade a fait de même. Le Sergent a été puni de 15 jours d'arrêts au rigueur. A cela sajoute une autre cause, une femme ayant pénétré à l'intérieur du camp Dubut a été blessée.
Pour se justifier, le président F. Tombalbaye reçoit le 30 avril 1964, l'ambassadeur français Commines. Le président Tombalbaye lui a dit de la manière la plus nette que la motion votée par l'Assemblée avait été une complète surprise et quelle n'engageait en rien la politique du gouvernement, seul compétent en pareil matière. Il attribue cette initiative parlementaire à une nervosité suscitée dans
l'opinion tchadienne par quelques paroles et geste regrettable des militaires français. « Dites bien à votre gouvernement que je n'ai pas changé et que je suis toujours le fidèle ami de la France et du général de Gaulle (...) A suivre

Extrait du livre "Les Relations Franco-tchadiennes"
Auteur: Ahmat M. Yacoub Dabio
Maison d'édition: www.publibook.com