Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
POINT DE VUE

La Guinée change : "La parole s'envole et l'écrit RESTE !"


Alwihda Info | Par - 4 Octobre 2012 modifié le 4 Octobre 2012 - 21:07


La Guinée change : "La parole s'envole et l'écrit RESTE !"

Dans le parcours des hommes, il est important, à un moment donné de l’histoire (tiens, je me surprends à citer El Dadis !), de s’arrêter et de revoir ce qui a été fait, afin de procéder à une évaluation objective du parcours, dans le but d’y apporter des mesures correctives pour mieux avancer.

 

Je me suis amusé à ce jeu grâce à mes archives constituées de journaux en général et ceux du Lynx en particulier. J’ai fait un constat extraordinaire et l’objet de cette livraison est de partager avec vous ce que j’ai vu dans ces archives. C’est aussi l’occasion pour moi de proposer à ces professionnels du Lynx, le projet de faire une sélection des numéro des 20 dernières années et d’en faire une présentation publique avec la présence des professionnels de la place, afin de voir ce qui a été fait et les attitudes des uns et des autres dans la gestion des affaires publiques ainsi que les différentes déclarations. Cet exercice permettrait pourrait permettre de faire le point de notre vie politique.

 

C’est dans cette volonté de faire un arrêt que cette réflexion vous est proposée et est basée sur l’analyse de trois journaux du Journal le Lynx en 2005, il y a donc 7 ans. Les révélations sont tout simplement troublantes :

 

  1. Le Lynx No. 702 du Lundi 5 Septembre 2005 :

    • A la Une, Fory Général et Fory Président, un jeu de dame qui montre l’ambiguïté entre le soldat et le civil dans la gestion des affaires publiques. Cette ambiguïté est d’actualité avec la Présidence Civile de Alpha CONDE, certes, mais une forte présence des Forces de Défense et de Sécurité toujours aussi effective dans la gestion au quotidien des affaires publiques. Cette réalité est révélatrice parce que depuis 1984, la question s’est toujours posée de savoir si le pouvoir en place était militaire ou civile. On peut toujours se poser la question de nos jours, même si selon certains, indiscutablement, le pouvoir est civil ;

 

    • En titre aussi, nous avions dans ce numéro, un point sur EDG et la SEEG, avec une allusion nette à la crise de gestion de ces deux entités en passant par la pénurie dans la déserte avec des titres comme les travailleurs dans le noir et la SEG à sec. Sept ans après, on en est à la même situation avec toutes les difficultés que connaissent ces deux entreprises dans la gestion des énergies dans le pays. Un défi qui reste à relever, à entendre le Président de la République à Boké, à l’occasion de la f^te d’indépendance ;

 

    • Au niveau de l’économie, le journal fait allusion à la présence effective des Experts du FMI pour la revue formelle du programme. A rappeler qu’il s’agissait déjà à cette époque, d’évaluation des efforts du pouvoir guinéen dans la marche d’une facilité tant de financement de programme que de réduction de la dette. Sept ans après, les Institutions de Bretton Woods sont encore à la une avec l’atteinte de la Guinée du point d’achèvement de l’Initiative PPTE ;

 

    • A la Cocoteraie, le journal pointe du doigt la gouvernance dans la conduite des affaires du pays avec le délitement de l’autorité de l’Etat, la mal gouvernance et la corruption qui gangrènent le pays. Il a été question de faire le point de la situation depuis l’arrivée du CMRN au pouvoir en 1984. Le parallèle est troublant avec la gestion actuelle du pouvoir du Président Alpha CONDE qui reconnaît lui-même les tares de cette administration dans l’accomplissement de sa mission de service public.

 

  1. Le Lynx No. 704 du Lundi 19 Septembre 2005 :

    • A la Une, il est question dans ce numéro, de parler de la Bauxite à Kamsar et Sangarédi, avec notamment la présence de Global Alumina et les contrats de concession qui sont favorable ou défavorable à la Guinée et à son peuple. Avec le code minier actuel, la situation de Friguia et la teneur du discours de alpha CONDE hier à Boké à l’occasion de l’an 54 de l’indépendance du pays, il est évident que nous sommes en plein dans les défis avec une drôle d’impression de faire du sur place ;

 

    • Le sang coule à Kouroussa avec encore une fois des problèmes de gestion dans le fonctionnement de la préfecture. Les choses dégénèrent et les forces de l’ordre interviennent avec utilisation d’armes à feu pour imposer l’autorité de l’Etat. Sept ans plus tard, on parle de Siguiri et surtout de Zoghota avec toujours la même utilisation d’armes à feu pour restaurer l’autorité de l’Etat comme s’il n’y avait pas d’autres méthodes toutes aussi efficaces ;

 

    • Sur le plan économique, il est encore fait allusion à une mission conjointe Banque Mondiale et FMI dans ses différentes évaluations. Le message est alors très clair, des efforts de relance doivent être faits, mais d’abord et avant tout par la Guinée elle-même. C’est e quelques sorte la leçon qu’il va falloir retenir avec l’atteinte de la Guinée du point d’achèvement de l’Initiative PPTE. Les autorités ont tellement misé sur cette atteinte comme étant la seule condition pour sortir la guinée de la misère, qu’il est maintenant difficile de faire croire le contraire aujourd’hui ;

 

  1. Le Lynx No. 718 du Lundi 26 Décembre 2005 :

    • Communales et Communautaires du 18 Décembre, à la Une, il est dit « scrutin entre dégoûts et dégâts », des observateurs sous « botte » surveillance, avec, en toile de fond, une victoire programmée du PUP. A souligner que Fory avait donné instruction à un certain Kirdi Kirdi à l’Administration du Territoire pour faire le travail. Le paysage actuel est tout indiqué pour présenter la même volonté de mettre la main sur le processus des législatives ;

 

    • Dans le même cadre, la bafouille d’un certain citoyen Mamadou BARRY, Analyste Financier avait attiré l’attention du Ministre de l’époque en charge des élections de bien choisir entre ls intérêts du peuple de guinée et la démocratie et ceux du général président. Aujourd’hui, ce « cadre » étant encore en bonne place dans la gouvernance actuelle, il est clair qu’il faut se méfier de ces cadres qui font des choses pour un camp aujourd’hui et qui font la même chose pour le camp adverse demain, juste pour se maintenir au pouvoir ;

 

    • Dans le cadre du service public, ce numéro du Lynx pointe du doigt la maladie de l’hôpital de Labé qui n’est rien d’autre que le mal de tous les hôpitaux de guinée à commencer par les deux plus gros du pays. Sept as après cette sonnette d’alarme, on vit encore ici la mal gouvernance et les problèmes de gestion de ces centre, entraînant une dégradation des services, une disparition des médecins au détriments des populations et une fuite en avant des autorités ;

 

    • Des épouses de Militaires détenus prient le Général Kerfala CAMARA pour a cause de leurs maris. Plus de dix mois sans jugement, des militaires sont traînés entre Kindia, le PM3 et la Maison Centrale, avec pour interdiction de voir leurs proches. Cette réalité nous ramène à ces militaires qui croupissent en prison depuis le 19 Juillet 2011 et qui ont fait plus d’un an sans jugement. Au moment où il y a un non lieu, rien n’est fait pour les libérer.

 

Voila en trois numéros du Lynx de 2005, j’ai l’impression, j’espère être le seul, que la guinée fait du sur place. Cette perception, si elle est généralisée, me pose un gros problème. En effet, il est important à un moment, de voir comment les professionnels peuvent nous refaire vivre certains des différents numéros de leurs journaux pour faire un « arrêt sur image », afin de faire un Etat des lieux.

 

Le changement est certes sur toutes les lèvres actuellement, mais la rupture avec les pratiques anciennes n’est pas encore au rendez-vous. C’est vrai qu’il est difficile de faire du nouveau avec de l’ancien. La promesse de changement est là, mais on connaît la notion de promesse chez Alpha CONDE.

 

 

 

 

Mamadou BARRY,

Analyste Financier mamadoubiro@yahoo.fr

68-28-09-09 (Orange – 28 – Septembre – 2009)