Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ANALYSE

La femme marocaine, victime d'une culture qui ne porte de l'Islam que le nom


Alwihda Info | Par Islam al-Maghribi - 9 Mars 2017 modifié le 9 Mars 2017 - 08:16

Au Maroc, un rapport du HCP (Haut-Commissariat au Plan) avait révélé que le taux d'activité des femmes est près de 3 fois inférieur à celui des hommes (4 fois en milieu urbain contre 2,2 fois en milieu rural).


La femme marocaine, victime d'une culture qui ne porte de l'Islam que le nom
De l'an 2000 à 2013, l'activité féminine a enregistré une baisse et passé de 28,1% à 25,1%. Le taux d'emploi des femmes au niveau national a également baissé durant la dernière décennie : il a passé de 25% en 2000 à 22,6% en 2014.

Toujours selon le même HCP, 44% des jeunes femmes âgées de 15 à 24 ans au niveau national ne travaillent pas, ne vont pas à l'école et ne suivent aucune formation.

Pour expliquer cette situation, on a interrogé pour vous Kamal Znidar, écrivain marocain, féministe et musulman. Âgé aujourd'hui de 38 ans, il est l'auteur d'un livre qui s'intitule "Islam : meilleure religion au monde", publié en 2014 chez Edilivre.

Pour Kamal Znidar, "la culture dominante au Maroc n'encourage pas le travail de la femme et programme dès l'enfance les femmes marocaines à devenir ménagères et pas fonctionnaires ou managers".

"L'image de la femme à la maison, à la rue, et même à l'école et à la télévision, est toujours associée au rôle de la mère très attachée à son foyer, sacrifiant sa vie et renonçant à ses études voire à son travail pour s'occuper des tâches ménagères et de l'éducation de ses enfants", regrette-t-il.

Et ajoute que "ceci donne naissance à des femmes complètement désintéressées des réussites estudiantines et professionnelles qui mettent fin à leurs études voire démissionnent de leur job dès qu'elles se marient, ce qui pousse de nombreux investisseurs à éviter le maximum possible l'emploi de la femme".

"Cette culture dominante au Maroc ne porte de l'Islam que le nom", estime l'auteur du livre "Islam : meilleure religion au monde". Pour lui, "cette religion n'a rien contre le travail des femmes. Au contraire, il l'encourage et lutte contre l'inactivité, l'oisiveté et l'improductivité des femmes".

"L'Islam a voulu des femmes qui participent pleinement aux différentes vies sociale, économique, politique, scientifique, etc.", rappelle l'écrivain marocain. "Mais des uns se sont toujours opposés à cette volonté divine et ont tout fait pour que le rôle des femmes reste limité aux taches ménagères et l'éducation des enfants", a-t-il déploré.



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 10 Mars 2017 - 20:13 Chronique : Une histoire d’immigration

EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements