Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
EDITORIAL

Le Billet d'Albert : Centrafrique, Rire ça fait du bien


Alwihda Info | Par Albert FALL - 16 Décembre 2015 modifié le 17 Décembre 2015 - 18:29


Par Albert FALL

CE QUI EST IMPORTANT N'EST PAS POURQUOI ON VOTE, MAIS DE VOTER.

N'DJAMENA (LNC) — Depuis près de 3 ans là, les occasions de se payer une tranche de rigolade en Centrafrique sont rares, voire inexistant.
Et pourtant, à bien creuser, on trouve encore matière à rigoler.

WILFRIED MAURICE SEBIRO qui dirige le blog très connu "Centrafrique libre", est régulièrement la cible du pouvoir de passage de Bangui a une fois de plus mis le doigt dans le mille.
CSP l'avait fait embastillé quelques heures à la Compagnie nationale de la Sécurité à Bangui, c'est dire si elle le porte dans son coeur.

Car c'est lui qui a mis à jour un arrangement entre amis. Les amis en question ? Catherine Samba-Panza et Martin Ziguélé, ci-devant candidat aux élections présidentielles.
Et le guy de mettre plein de sable dans leur couscous.
Parce que, mise à jour d'un décret fantôme de Catherine Samba-Panza, nommant Martin Ziguélé ministre d'état (s'il vous plaît) à la présidence de la République.

Là, rien que ça, on se dit que la Conseil Constitutionnel, fort du fait qu'être trempé dans le processus de la transition politique actuelle, c'est automatiquement invalidation.
Ben non !
Le ministre d'état Martin Ziguélé est bien maintenu candidat.
D'autres ont été refoulés pour moins pire, mais pas lui.
Deux poids deux mesures ? EVIDEMMENT !!!!

La France qui décidera de qui sera le président de la Centrafrique balance entre ses deux candidats : Anicet Dologuélé ou Martin Ziguélé ?
Son coeur hésite encore... surtout avec toutes les casseroles que traînent Dologuélé aka "Mister 10%".
A Brazza, Sassou le démocrate lui vote Meckassoua. Une sorte de gimmick chez lui.

On ne gagnerait pas du temps si la puissance coloniale nous disait tout de suite qui sera président non ?

Maintenant, on se dit que Catherine Samba-Panza n'a pas oublié son décret nommant Ziguélé ministre d'état non ?
Donc, si elle n'a rien dit au Conseil Constitutionnel sur sa petite magouille, c'est bien qu'elle magouillait.
Déjà que ces élections imposées de force par la France s'annonçait peu crédible, là, on touche le fond.

Le fond, parlons-en !
REFERENDUM SUR UN TEXTE DE CONSTITUTION CONCOCTE PAR DES PUTSCHISTES.
Bah si ! Qui ose dire le contraire ?
Les drôles là du CNT, qui les a élu ? Et ce sont eux qui décident des lois devant gérer l'avenir de la RCA ? Misère !
Même leur boutique d'A.N.E la bien nommée, de se plastronner du : "Nous sommes nommés pour longtemps, indépendamment de la politique."

Le Réferendum de l'A.N.E fut un succès, paraît-il.
Sauf que les gens ne savaient pas pourquoi ils votaient.
Le texte de cette offre de Constitution, les 99% des électeurs n'en ont pas eu connaissance.
Tranche de rigolade, CSP disait voter OUI ! Mais oui à quoi ?
Banana, banana, drôle de pays.

Après tout, pas grave, le truculent Gervais Lakosso qui dans une ancienne vie était chanteur, depuis mué en "société civile" de dire sans rire :

"En Centrafrique on dit toujours OUI aux référendums constitutionnels."

Dans ce cas, pourquoi avoir risqué la vie des gens pour aller voter pour rien, un texte que non seulement elles (gens est du genre féminin je précise) ne connaissent pas, et dont l'issue était acté déjà par avance ?
De là à penser que ces gens prennent les centrafricains pour des idiots...Complètement !
MA PIRE RIGOLADE

Les gars et les filles, la numérotation des candidats aux présidentielles, c'est juste LNC qui a mis cela en place, question de pratique. Rien d'officiel.
Et pourtant, repris par des candidats, moi je suis le numéro tant, et moi le numéro tant....Plié de rire ! Cette numérotation vient de nous ho !
Au moins, je suis rassuré, ils lisent tous LNC héhéhé !

Et pendant qu'on y est, le Gabon et la Guinée équato avaient promis des pépettes aux élections en RCA lors de leur dernier brunch à Libreville.
Euh, on attend toujours le fric promis.
Même que ça a agacé avant hier Hervé Ladsous, le SG adjoint de l'ONU.
"Il faut tenir ses promesses" a-t'il déclaré.

Donc donc donc, il y a toujours un trou béant de plus de 6 millions de $ pour boucler la boucle électorale.
"Mais on ira quand même, même si les urnes sont déjà par avance bourrées." déclarait un effeboukeur qui ne devait pas bien comprendre de quoi il retournait.
Et pendant ce temps là Nourredine Adam dribble les drôles des forces internationales dans son NORD.
Comme quoi, en Centrafrique, on trouve toujours matière à rigolade.

© Décembre 2015 LNC - LA NOUVELLE CENTRAFRIQUE

a a agacEuh, on attend toujours le fric promis.


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements