Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERVIEW

"Le Cinquantenaire nous offre l’occasion de mettre nos pendules à l’heure" Hassina Djamil Aboud


Alwihda Info | Par Alwihda Info - 18 Janvier 2011 modifié le 16 Janvier 2011 - 00:41

En tant jeune, je vous encourage de poursuivre votre ligne éditoriale. En ce qui concerne votre question, je suis de la génération du Cinquantenaire et pourquoi pas « cinquantenairienne ».


Hassina Djamil Aboud

26 ans mère de deux enfants

Agent Comptable dans l’agence de voyage SATGURU

 

Propos recueillis par Rakhis

 

Alwihda Actualités : Que pensez-vous du Cinquantenaire ?

 

Hassina Djamil Aboud : Je dois tout d’abord m’acquitter d’un devoir, celui de remercier le journal Alwihda Actualités qui m’a offert l’occasion de m’exprimer.

 

Je dois dire que vous avez apporté une nouvelle vision pour la presse au Tchad. C’est vraiment nouveau de voir un journal offrir l’occasion à la nouvelle génération de s’exprimer.

 

Je suis une lectrice assidue de votre journal et je suis étonnée qu’il n y ait pas du tout des articles diffamatoires ou divisionnistes.

 

En tant jeune, je vous encourage de poursuivre votre ligne éditoriale. En ce qui concerne votre question, je suis de la génération du Cinquantenaire et pourquoi pas « cinquantenairienne ».

 

 Pour nous, la nouvelle génération qui n’a pas vécu ni l’époque coloniale, ni celle de l’indépendance, la fête du Cinquantenaire nous offre l’occasion de mettre nos pendules à l’heure.

 

Elle nous a permis de penser aux anciennes générations ayant souffert des atrocités de la colonisation, celles qui ont lutté d’une manière pacifique et intelligente pour obtenir l’indépendance.

 

Alwihda Actualités : Le Tchad est en état de développement accéléré. Quel est le sentiment de la nouvelle génération?

 

Hassina Djamil Aboud : Je dis que nous avons la chance de vivre un moment de paix, de stabilité. Une époque où nous constatons que le pays se développe à grande vitesse.

 

Le Tchad est en chantier et cela constitue une nouveauté que nos grands parents n’ont pas vécue.

 

Cette nouveauté de développement, nous la voyons par le passé à la télévision des pays étrangers mais aujourd’hui cela devient une réalité au pays de Toumaï.

 

Comme disait le chanteur Gazonga paix à son âme : « Tchad babga Jané Anina Batane ma nat abo » en langue de Molière « Le Tchad deviendra un paradis et c’est fini pour nous la souffrance ».

 

Gazonga a anticipé mais il est mort sans voir ce qui se passe aujourd’hui.

 

La seule chose qui reste à concrétiser au Tchad c’est combattre la hausse excessive des prix des denrées alimentaires et rétablir l’électricité.

 

 

Alwihda Actualités :  Comment appréciez-vous le combat que mène le gouvernement pour faire baisser les prix ?

 

Hassina Djamil Aboud : Bien sûr que nous suivons mais nous ne constatons aucun effet sur le marché.

 

Nous appelons le Président Idriss Deby à s’impliquer davantage pour faire baisser les prix et rétablir l’électricité.

 

Je demande en même temps d’exonérer toutes les taxes douanières des matériels informatiques et électroniques.

 

Alwihda Actualités : Pouvez vous nous parler de votre cursus scolaires ?

 

Hassina Djamil Aboud : J’ai une licence en Administration des entreprises que j’ai obtenue en 2009 à ISCAM, l’Institut Supérieur de Commerce, des Affaires et de Management. Dès l’obtention de la Licence, j’ai été admise comme Agent Comptable dans l’agence de voyage SATGURU Travelers et Tours.

 

C’est une grande agence indienne spécialisée dans les voyages et qui est implantée dans plusieurs pays d’Afrique et dans les pays arabes.

 

Après mon Bac en 2005 au Lycée Félix Eboué de N’djamena, j’ai obtenu un BTS (Banques et Assurances) en 2007 à la Chambre de Commerce. 

 



EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements