Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
REACTION

Le Gouvernement centrafricain s'insurge contre un article de La Lettre du Continent


Alwihda Info | Par Primature Centrafrique - 21 Mars 2015 modifié le 21 Mars 2015 - 11:04

Le Gouvernement est proprement outré par la rédaction de cet article écrit à charge et sans prudence.


Le Gouvernement centrafricain s'insurge contre un article de La Lettre du Continent
Bangui, le 20 mars 2015

Monsieur le Directeur de Publication de 
La Lettre du Continent
Paris

Objet : Droit de réponse à votre article « Centrafrique: le FMI s’agace des dérapages de la transition »

Monsieur le Directeur de Publication,

Vous avez publié dans votre édition du 19 mars dernier un article intitulé « Centrafrique: le FMI s’agace des dérapages de la transition » qui comporte des allégations fantaisistes et porte des appréciations gravement accusatoires sur les plus hautes autorités de la Transition en République Centrafricaine.

Le Gouvernement est proprement outré par la rédaction de cet article écrit à charge et sans prudence.

Il n’est ni sérieux ni responsable de la part d’une publication à la réputation et l’audience établies depuis fort longtemps comme « La Lettre du Continent » de se faire l’écho des rumeurs dont on connait les origines fallacieuses.

Aujourd’hui, tout le monde sait que le dossier de la République Centrafricaine est passé devant le Conseil d’administration du Fonds monétaire international et a été, ironie du sort, validé le jour même de la publication de votre fameux article.

C’est dire que ces rumeurs qui sont distillées dans la presse ne sont que l’alibi dont usent certaines personnes malveillantes et malfaisantes pour déstabiliser la Transition en cours.

Rien n’est plus faux de lier l’effondrement des recettes douanières à la nomination du directeur général comme affirmé dans votre article. Car la crise politique et sécuritaire sans précédent que connait la République Centrafricaine impacte négativement tous les secteurs de l’économie nationale. Dire le contraire c’est faire preuve de mauvaise foi.

Le Gouvernement précise enfin que la vocation du FMI n’est pas d’intervenir sur les questions de nomination ou de révocation des fonctionnaires centrafricains qui relèvent exclusivement de la compétence des plus hautes autorités de la Transition.

Parfaite considération.

CONSEILLER SPÉCIAL DU PREMIER MINISTRE EN MATIÈRE DE
COMMUNICATION DE RELATIONS PUBLIQUES
ET DES NOUVELLES TECHNOLOGIES


Georges Adrien Poussou


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements