Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Le Maroc va régulariser plusieurs milliers de migrants subsahariens


Alwihda Info | Par - 14 Décembre 2016 modifié le 14 Décembre 2016 - 19:40

Le Maroc va régulariser plusieurs milliers de migrants subsahariens pendant que l'Algérie procède à leur expulsion sommaire et massive.


Crédit photo : Sources
Crédit photo : Sources
Le Royaume Chérifien décide de régulariser plusieurs milliers d'africains migrants vivants en situation irrégulière sur son sol. C'est le Roi Mohammed VI qui a ordonné immédiatement le lancement de la deuxième phase d'intégration de ces personnes conformément au programme de fin 2016, a annoncé lundi, la commission nationale chargée de la régularisation et de l'intégration des migrants au Maroc, dans un communiqué. 

La deuxième phase intervient après la tournée effectuée par le souverain dans plusieurs pays d'Afrique subsaharienne. Le Maroc a été salué par plusieurs chefs de l'État pour sa politique migratoire visant l'intégration économique et sociale des personnes en situation irrégulière issues principalement des pays de l'Afrique subsaharienne. 

Cette deuxième phase de régularisation des migrants qui sera lancée immédiatement, se déroulera dans les mêmes conditions que la première phase, qui avait concerné environ vingt-cinq mille personnes, a-t-on appris de la même source. 

Depuis quelques temps, le Maroc compte parmi les premiers pays du Sud à avoir adopté une politique solidaire authentique pour accueillir les migrants subsahariens selon une approche humaine intégrée qui protège leurs droits et préserve leur dignité. Pendant que l'Algérie procède à l'arrestation arbitraire de 1400 ressortissants subsahariens, transportés manu militari, à Tamarasset, situé dans l'extrême Sud puis interné dans des conditions inhumaines dans des camps de fortune ayant pour seul objectif de les déporter dans de pays voisins. 

Ces migrants africains ont subi des traitements inhumains, des actes de tortures dans des geôles algériennes, dépouillés  de leurs biens, se sont vus proférés des insultes racistes à leur égard, étant considérés par certaines autorités Algériennes d'être à l'origine de la propagation du sida. 

Cette chasse aux sorcière opérée par l'Algérie sur les ressortissants subsahariens  a suscité une vive indignation à l'échelle continentale et internationale, traduisant le mépris de ce dernier vis à vis de tous les pays de l'Afrique subsaharienne et de l'échec cuisant de sa politique africaine d'intégration. 

L'expulsion massive et sommaire des migrants constitue déjà une violation flagrante de la convention de 1951 relative au statut de réfugiés dont l'Algérie est signataire, qui interdit à tout État de renvoyer de force toute personne reconnue comme réfugié, demandeur d'asile ou tout autre étranger dans un lieu où elle serait menacée de persécution, de torture, ou soumise à des traitements dégradants et inhumains. 

Par ailleurs, elle exige que les revendications de toute personne exprimant de telles craintes devraient être examinées soigneusement, donnant lieu à une procédure de détermination du statut de réfugiés équitables ainsi que des mesures appropriées avant de procéder à l'expulsion des concernés, ce qui n'a pas été fait par l'Algérie. 

Le Maroc a toujours récusé les méthodes inopérantes à savoir l'explusion sommaire et massive de migrants violant de facto les conventions internationales relatives aux réfugiés et a toujours adopté une politique volontariste d'integration africaine prenant en compte la précarité de migrants subsahariens à risquer leurs vies, à quitter leurs familles et leur pays. Ces derniers finiront par être inséré dans la vie socio-économique du Royaume Chérifien après leur régularisation. 

Ces migrants devront remplir des criteres simples pour bénéficier de ces régularisations massives à savoir avoir une bonne moralité, une bonne conduite à l'égard d'autrui, l'ardeur à l'ouvrage et le respect de la loi en vigueur. Le Maroc est réputé pour ses qualites d'hospitalité, de bienveillance et de cordialité qui sont ancrées dans sa culture et ses traditions séculaires. 

Djimet Wiche Wahili
Journaliste, directeur de publication. Tél : +(235) 66304389 E-mail : djimetwiche@gmail.com En savoir plus sur cet auteur