Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
POINT DE VUE

Le Sénégal de Wade est mal parti?!


Alwihda Info | Par Alwihda Info - 23 Juillet 2010 modifié le 23 Juillet 2010 - 21:35

En France c’est l’austérité nous dit-on !

Au Sénégal c’est carrément la bamboula pour le WADE et son Gouvernement


Par OUMAR NDIAYE

Si en France on parle d’austérité, la réalité est autre au Sénégal. On semblait jusqu’ici se diriger vers la réduction du nombre de fonctionnaires, alors que la logique de bonne gouvernance aurait plutôt voulu qu’on réduise le nombre de ministres.

Tenez par exemple un ministère comme celui d’Awa NDIAYE (Ministre d’Etat, Ministre du Genre et des Relations avec les associations féminines africaines et étrangères). Qui y comprend quelque chose ?

Un pan du ministère de Karim WADE, les transports aériens, n’y aurait-il pas mieux valu le regrouper avec les Transports terrestres et Transports ferroviaires de Madame NAFY Diouf NGOM ; ou alors le Ministère chargé des Ecovillages, des Bassins de rétention, des Lacs artificiels et de la Pisciculture de Monsieur BABACAR NDAO

Là n’est pas le seul problème, l’autre grand est qu’il faut doter tout ce monde : ministres d’Etat, ministres, ministres délégués, ministres conseillers, de véhicules, carburants, gardes du corps, chauffeurs, téléphones, mobiliers de bureaux, sans parler de la pléthore de conseillers, …

L’autre catastrophe, c’est le coût du téléphone pour le contribuable sénégalais qui dépasse le milliard. WADE et ses Ministres ne connaissent pas, vous l'aurez compris, l'austérité

 Les yeux rivés sur un troisième et dernier mandat à l’âge de 86 ans, le président WADE a élargi son gouvernement, uniquement aux femmes acquises à la cause de son fils, Karim. Mais, le contribuable sénégalais devra débourser plus de 6 milliards par mois, pour l’entretien de ses 41 ministres, soient 120 milliards avant la prochaine élection présidentielle.
Le contribuable sénégalais sera obligé, par son président de s’échiner davantage. Car, en dehors de la location de jets privés au profit du fils du président, le ministre d’État Karim MEÏSSA WADE, les 41 ministres que le chef de l’État vient de nommer vont coûter, au minimum, par mois et par ministre 150 millions de francs Cfa ; le Premier ministre Souleymane NDÉNÉ NDIAYE non compris, soient 6 milliards 150 millions par mois.

Dans les détails, chaque ministre perçoit par mois, au minimum, 2 millions, dispose de 1000 litres de carburant, de 500 000 francs de frais de logement, de 250 mille francs pour ses coups de fils ; sans compter l’enveloppe, mensuelle que lui remet le président WADE, les salaires et avantages de son directeur et de son chef de cabinet et ses 3 conseillers "techniques". On devait dire "politiques".
Le président WADE va saigner le contribuable sénégalais, pendant que l’État ne trouve toujours pas les 12, 5 milliards de francs Cfa, représentants le minimum pour que les paysans, qui ont toujours entre les mains leurs récoltes de l’année dernière, puissent faire face à l’hivernage, qui s’est installé dans la quasi totalité du pays.

Abdoulaye WADE va imposer plus de 6 milliards mensuels pour payer ses ministres, pendant que les hôpitaux du pays se meurent, tout comme ses écoles et universités. C’est à se demander si pour de tels choix, Me Abdoulaye WADE qui entend dégraisser la fonction publique, après avoir mis à genoux les opérateurs économiques du pays, pourra, objectivement, disposer d’un troisième mandat en tant que président du Sénégal.

Rappel : 1 euro = 655,957 F CFA

Mais avec quel argent financent-ils tout cela me direz vous ? En bien en grande partie grâce à l'argent envoyé par les émigrés sénégalais. ...