Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
EDITORIAL

Le Tchad de demain : Comment exploiter le soleil ?


Alwihda Info | Par Adil Abou - 23 Octobre 2013 modifié le 23 Octobre 2013 - 21:32

Le Tchad peut-il tirer profit de l'énergie solaire ?


Panneaux solaires. Crédit photo : Sources
Panneaux solaires. Crédit photo : Sources
Au Tchad, l'électricité est un luxe qui n'épargne aucune couche sociale, le réseau électrique est aléatoire entre les différents quartiers et la question ressort fréquemment dans les promesses politiques. Certaines zones du pays ne sont tout simplement pas desservis par le réseau électrique. Enchaînant les promesses, l'Etat a promis à plusieurs reprises de remédier au problème ; La solution, la création d'une, puis une deuxième centrale solaire pour une capacité totale qui est loin de contenir la population à court terme. La Société Tchadienne d'Electricité qui a enterré l'ancienne Société Tchadienne d'Eau et d'Electricité, n'a cependant pas innové dans ses pratiques et ses installations : Un réseau électrique vétuste, des installations fragiles, des interventions très lentes et un service-client inquiétant. Une surfacturation de l'électricité et des générateurs de dépannage Abderahim Ali est un père de quatre enfants. Il est enseignant et avec son modeste salaire, il prend en charge sept personnes dans son foyer. Il fait partit de ces 60% de N'Djamenois qui n'utilisent pas de compteur électrique trop coûteux que ce soit pour son installation et son utilisation. Habitant dans un quartier en périphérie de la capitale, le courant est parfois coupé pendant des semaines entières, cependant, il dispose d'un petit groupe électrogène de 3kva, suffisant pour l'éclairage, la télévision, un petit réfrigérateur ainsi que la charge des appareils téléphoniques. Chaque soir, il achète environ 3 litres d'essence, l'équivalent de 1500 Fcfa à raison de 500 Fcfa/litre. Il doit également penser à faire la vidange chaque semaine, soit 1500 Fcfa par semaine, tout cela en dehors d'éventuelles réparations liés à des dysfonctionnement. Tout cela lui permet de bénéficier de 5 heures de courant par jours. Sur un mois, il aura dépensé pas moins de 51.000 Francs CFA. On frappe à une autre porte cette fois-ci, Hassan Abakar est gérant d'une entreprise, il gagne bien sa vie. Ces derniers temps, il est plutôt satisfait du courant qui est assez fréquent dans son quartier, cependant, il faut toujours un groupe électrogène de secours. Lui, il dispose d'un compteur. « Parfois je me demande pourquoi le compteur absorbe-t-il aussi vite le crédit, j'ai même posé la question à la société, on me répond que c'est comme sa. Par mois, je met au moins 150.000 Francs CFA dans ce compteur, malgré que le courant n'est pas permanent. J'achète également 200 litres de gazoil, qui me coûte 100.000 Francs CFA pour environ 7 litres par jour. En prenant en compte l'entretien du groupe car les problèmes sont fréquents, pour environ 300.000 Francs CFA par mois, j'ai le courant 18/24h par jour, presque quotidien pour une somme colossale. On m'a parlé du solaire, je pense que c'est la solution miracle pour les tchadiens. Moi, j'ai les moyens de me fournir en électricité, mais la plupart n'ont pas cette possibilité, il y a un sérieux déséquilibre », révèle-t-il. Avec une température qui avoisine les 50°C pendant l'été, le pays de Toumaï est en mesure d'utiliser la meilleure alternative pour entériner le problème de l'électricité : Celle de l'énergie solaire. Il est à savoir que l’énergie solaire ce n'est pas seulement le soleil mais également la lumière du jour. L'énergie solaire, la meilleure alternative compte tenu des conditions climatiques Unique en son genre, le désert tchadien est certe l'un des plus beaux du monde mais mérite une attention particulière ; En effet, grâce au soleil, il se révèle que c'est l'endroit idéal pour abriter une centrale solaire. Pour beaucoup, c'est un projet irréalisable, il suffit pourtant d'y croire. Le Tchad « se situe dans l’un des endroits les plus chauds de la planète. Cette position a rarement été considérée comme une bénédiction . Cette chaleur est le résultat du soleil , il s’agit alors de créer de l’énergie propre à partir de cette chaleur », observait un confrère journaliste tchadien. Le problème de l'électricité au Tchad demeure une impasse qui affecte les citoyens directement, le développement du pays et l'économie du pays. Un investissement bénéfique à long terme, le pétrole n'est pas éternel Demain n'est pas loin ! Comme la plupart des pays du monde entier, le Tchad s'est aussi engagé à s'aligner aux objectifs du millénaire pour le développement. A titre d'exemple, le Qatar, et ce malgré ses réserves pétrolières, projette de substituer ses revenues pétroliers par des revenues liés à ses nombreux investissements, et ce d'ici 2030. Qu'est ce qu'une centrale solaire ? Qu'est-ce que cela va apporter au Tchad ? Comment cette technologie peut changer la vie des tchadiens et se substituer aux groupes électrogènes et aux systèmes archaïques de la Société Tchadienne d'Electricité ? Prenons une superficie de 5 km² dans le désert soit à peine 1% du territoire tchadien et l'équivalent de 570 terrains de football. On a une capacité de 200 MW qui permettra d'alimenter plus de 60.000 foyers. Sachant qu'en moyenne un foyer est composé de 7 personnes, c'est près de 500.000 tchadiens qui bénéficieront de l'électricité en permanence. S'agissant des émissions de C02 évités, cela représente plus de 350 000 Tonnes, l'équivalent de 30.000 véhicules retirés de la circulation. Le coût est de 1.2 milliards de dollars soit 500 milliards de Fcfa (582 900 781 540.75) tandis que la durée du chantier est de 3 ans. Un tel type de projet est certain d'avoir des financements provenant d'autres Etat comme ce fût le cas du projet Shams 1 aux Emirats Arabes Unis en partenariat avec la France et l'Espagne qui ont participé à hauteur de 20% chacun. La plupart des foyers qui se sont mis aux panneaux solaires photovoltaïques sont satisfaits « Dans certains quartiers de la capitale, l'électricité est vraiment aléatoire, en tant qu'utilisateur de l'énergie solaire, je peut vous confirmer que c'est une petite révolution pour mon foyer. A long terme, c'est vraiment économique, il suffit juste d'un bon entretien », nous explique un habitant du cinquième arrondissement, assis sur un tapis devant sa concession. L’énergie solaire peut diviser le prix actuel du courant électrique de la Société Tchadienne d'Electricité par dix. L'objectif est de permettre à toutes les couches sociales de la population de pouvoir bénéficier du courant électrique en permanence. « La première différence qui distingue l'énergie solaire des groupes électrogènes réside au niveau du bruit. L'énergie solaire ne fait aucun bruit. De plus, le solaire n'a pas besoin d'un entretien aussi compliqué qu'un groupe électrogène, le solaire peut fonctionner en permanence et sans bruit. L'idéal n'est pas que chacun s'achète son kit solaire mais plutôt que l'Etat investisse dans un projet de centrale solaire, ce qui ferait profiter tous les tchadiens », commente Yahya, lui-même vendeur de panneaux solaire dans la capitale. En réalité, plusieurs analystes révèlent que le Tchad pourrait grâce au désert produire suffisamment d'énergie pour en vendre à ses voisins ! Comme disait le Président John Kennedy, il ne faut pas se demander ce que le pays peut apporter pour nous mais qu'est-ce-que nous pouvons apporter pour notre pays. Djamil Ahmat Yacoub Université du Maine Faculté des Droits


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements