Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Le Tchad demande le remboursement de 3,5 milliards de Fcfa à Hissein Habré


Alwihda Info | Par Gloria Rolel - 1 Juillet 2014 modifié le 1 Juillet 2014 - 01:40

Constitution de l’Etat tchadien en partie civile contre l’ex- dictateur, à Dakar : Le Tchad veut récupérer son argent de HH


Journal Le Progrès

Hissein Habré. Crédit photo : Sources
Hissein Habré. Crédit photo : Sources
Certaines organisations de la société civile et quelques hommes politiques  soupçonnent  l’Etat tchadien de constituer un blocus pour la tenue de procès de l’ex dictateur tchadien Hissein Habré.
 
vu le caractère accablant de la rumeur, le ministre de la justice et des droits de l’Homme, maitre Béchir Madet, de retour de Dakar, siège des chambres africains Extraordinaires (CAE) prés des juridictions sénégalaises, passe à la vitesse supérieure en organisant une réunion publique le  vendredi 27 juin 2014  au CEFOD,  avec les victimes des crimes et répressions du régime de l’ex-président Hissein Habré , sur leur poursuite judiciaire contre l’ancien dictateur tchadien.  
 
Des débats tournent sur l’affaire Hissein Habré sur le plan national et international. Selon le ministre de la justice, Certains parlent de lenteur dans le démarrage du procès, d’autres relaient que l’Etat tchadien constitue un obstacle au procès. Cependant maitre Béchir Madet a précisé que le but de ce point de presse n’est pas de chercher à convaincre les pessimistes, mais de permettre à  chacun d’être dans le bain de l’information.
 
40.000 morts sous le régime HH
 
Lors de son intervention, le ministre de la justice a souligné que tous les tchadiens sont touchés, dans leur cœur et dans leur chair par les crimes et actes de torture du régime Habré. Il a rappelé que le président de la république Idriss Deby Itno dés sa prise de pouvoir, a décidé de la mise sur pied de la commission  d’enquête nationale un rapport révélant plus de 40.000 morts. Pour satisfaire les familles des victimes et les rescapés, le gouvernement de la république du Tchad a manifesté sa volonté  de voir juger Hissein Habré. « La volonté du gouvernement était de tenir un procès où Habré serait confronté à ses victimes, aux survivants, pour répondre de ses actes. Le gouvernement voulait un procès historique  pour donner, ne serait-ce qu’une satisfaction morale, aux milliers de victimes qui ruminent leurs souffrances. C’est pour cela que le gouvernement a lancé la traque d’Habré … » explique maitre Béchir Madet.
 
Pour le PROGRES, le ministre de la justice soutient au plan international que des dispositifs  sont mis en place dans le cadre de ce procès. Par arrêté du premier ministre, un comité de réflexion  sur le dossier a été crée le 10 avril 2012. Un pool judiciaire chargé de l’affaire Habré prés du ministère  de la justice a été mis en place en 2013. En juillet de la même année, a été nommé le secrétaire  général du point focal des CAE au Tchad, etc.
 
L’Etat a donné 2 milliards FCFA
 
A parcourir l’article, le ministre de la justice a rappelé que les quatre commissions rogatoires internationales composés de juges, des membres du parquet général des CAE et des experts internationaux, ont visité les sites supposés abriter des charniers, ont étudié des travaux d’analyse anthropologique légiste des ossements  et ils ont auditionné des milliers  témoins. C’est ainsi qu’il se demande si l’on pouvait réaliser toutes ces activités sans la volonté du gouvernement tchadien ? Il se dit désagréablement surpris d’entendre, malgré tous ces efforts, dire que l’Etat tchadien constitue un obstacle  à la tenue du procès Habré : « nous estimons qu’un tel propos a pour seul objectif d’anéantir les efforts considérables du gouvernement tchadien. Car, sur le plan financier, l’Etat a été plus qu’expressif. Le procès Habré nécessite beaucoup d’argent et le Tchad a donné la grosse part de 2 milliards ».
 
Par ailleurs, il informe que la constitution tchadienne en partie civile dans le procès est fondée sur l’article des statuts des CAE et de l’article 78 du code de procédure pénale du Sénégal, qui détermine que les crimes relevant de la compétence  des chambres africains extraordinaires sont le crime de génocide, les crimes contrez l’humanité, les cimes de guerre et les tortures.
 
L’avion présidentiel et la valise
 
Sur ce, le ministre a indiqué qu’ Habré et ses complices sont poursuivis pour des crimes de guerre, qui prennent en comptent des pillages. « S’agissant des pillages, dans la nuit où Habré devrait fuir, il s’est fait remettre 3, 5 milliards FCFA sortis de la BEAC, nous avons les preuves irréfutables, le Tchad a réussi à récupérera à ce jour, l’avion présidentiel et la valise satellitaire. Doit-on abandonner les milliards FCFA à Habré à Dakar ? Notre démarche vise seulement à récupérer notre dû par tous les moyens de droit », déclare maitre Béchir Madet.
 
M. Ousmane Moussa, président de la cellule des réseaux  des associations des droits de l’Homme du Tchad, a indiqué dans une motion spéciale adressée au président de la république, que les victimes des crimes et les répressions politiques du regimbe Habré recommandent la prise en charge  psycho-médicale des victimes , l’attribution de terrain( un lot par personne) à toutes les victimes , l’accompagnement des associations des victimes dans leur fonctionnement ,le jugement des agents de la DDS  arrêtés depuis quelques.
 
Vu toutes ces informations données par le PROGRES, si l’Etat tchadien ne constitue pas un blocus pour la retenue du procès de l’ex-dictateur Hissein Habré, qu’est ce qui retarde son jugement afin que ses victimes et les rescapés  soient soulagés de leur souffrance, douleur et attente ? C’est la question qui reste à savoir. 



Dans la même rubrique :
< >

EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements