Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

"Le Tchad est extrêmement riche", assure Zakaria Idriss Déby


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 10 Avril 2017 modifié le 10 Avril 2017 - 19:56


"Nous, nous sommes trop reposés sur le pétrole, alors qu’elle est une ressource tarissable. Le Tchad est extrêmement riche. On a un sous-sol qui renferme une merveille de richesses où il regorge de l’or, de diamant, de manganèse, des gaz, du pétrole, etc. On peut aussi exploiter notre potentiel touristique", analyse-t-il.


Zakaria Idriss Déby. Crédits photo : Oeil d'Afrique.
Zakaria Idriss Déby. Crédits photo : Oeil d'Afrique.
N'Djamena, Alwihda. Le discret juriste Zakaria Idriss Déby a accordé un entretien à Oeil d'Afrique dans lequel il évoque son parcours politique, mais aussi scolaire et étudiant. Le jeune juriste et conseiller, n'a pas manqué d'évoquer la crise financière au Tchad, la guerre contre Boko Haram et, le procès Habré. Il reste optimiste sur les capacités du Tchad à relever les défis, notamment économiques, et se projette dans l'avenir.

"Nous, nous sommes trop reposés sur le pétrole, alors qu’elle est une ressource tarissable. Le Tchad est extrêmement riche. On a un sous-sol qui renferme une merveille de richesses où il regorge de l’or, de diamant, de manganèse, des gaz, du pétrole, etc. On peut aussi exploiter notre potentiel touristique", analyse-t-il.

Pour servir le pays, Zakaria Idriss Déby préfère la discrétion, et pense que c'est la manière la plus efficace. "Je crois qu’il est préférable d’être actif et réservé que passif et très visible", souligne-t-il.

Il s'est aussi prononcé sur ses activités à la tête de la compagnie Toumai Air Tchad, évoquant des stratagèmes pour lui faire du mal, malgré des projets prometteurs qu'il comptait propulser.

Longtemps Directeur adjoint du Cabinet civil de la Présidence, il admet que la fonction l'a forgé, étant une mission exaltante et pleine de défis. "Ce poste m’a permis d’avoir une vue d’ensemble de la gestion de la situation socio-économique du pays", selon Zakaria.

Refusant de se prononcer sur son avenir politique pour ne pas "nourrir tous les fantasmes", il n'exclut pas toutefois de se présenter aux "différentes élections", que ce soit "locales, municipales ou législatives".

La question de la monnaie Franc FCFA n'a pas été mise à l'écart. "Certains pensaient tout bas, il faut quelqu’un pour le dire tout haut pour que les autres comprennent que l’Afrique a peut-être besoin d’avoir sa propre monnaie", tranche-t-il.

Enfin, Zakaria appelle la jeunesse à être "consciente", et à savoir "prendre en main son destin". "Nous devons certes aborder sans tabou tous les sujets liés à nos préoccupations, nos interrogations, notre avenir, mais sans sacrifier la paix sociale. Le plus dangereux pour nous, c’est de se laisser entrainer par des courants destructeurs qui allument le feu et viennent jouer ensuite aux pompiers", explique-t-il.