Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERVIEW

Le Tchad est "sur le pied de guerre"


- 4 Avril 2014 modifié le 4 Avril 2014 - 13:34

"C’est la paix et la sécurité. Aujourd’hui, le Tchad, géographiquement, est pratiquement entouré par des zones de conflit : la Libye au nord, le Darfour depuis une dizaine d’années à l’est, la Centrafrique au sud, à l’ouest c’est le Nigeria avec Boko Haram. Et nous sommes sur le pied de guerre."


Par RFI

Le Tchad est "sur le pied de guerre"
Moussa Faki Mahamat : Le contingent tchadien en Centrafrique est déployé dans le cadre d’une mission internationale. Nous avons constaté depuis plusieurs mois un lynchage systématique qui touchait le Tchad, son contingent et même les citoyens tchadiens vivant en Centrafrique. On fait porter la responsabilité sur le Tchad, sur le contingent tchadien, même si ce contingent agit dans le cadre du mandat. Le week-end passé, des éléments [tchadiens], qui sont en mission, ont été appelés par le commandant de la force de la Misca pour venir à Bangui. Ils sont tombés dans une embuscade tendue par les anti-balaka. Naturellement, ils ont réagi. Cela a soulevé un tollé. 
 
Et il faut que les choses soient très claires, pour nous. Les milices anti-balaka ont été qualifiées par les forces internationales, notamment par la Misca et Sangaris [l'opération française en Centrafrique, ndlr], comme des forces ennemies à la paix, et qui devraient être traitées comme telles. Ce sont les propos du général Mokoko [le général congolais Jean-Marie Michel Mokoko, chef de la Misca, ndlr]. Alors, quand les Tchadiens ont réagi à cette attaque, il y a eu un tollé. Il y a des responsables politiques, et pas des moindres, qui ont qualifié les anti-balaka de « patriotes » et dit que les Tchadiens sont venus tuer des citoyens centrafricains. Cette campagne a trop duré. Nous nous sommes vraiment fait violence pendant longtemps, ramant pratiquement à contresens de notre propre opinion [publique], qui ne comprend pas que ses fils se sacrifient, que le Tchad continue, que le gouvernement continue à se taire sur des agissements contre le Tchad et contre les Tchadiens. 
 
Est-ce que ce retrait est irrévocable, définitif ? 
 
Absolument. Ce n’est pas une décision qui a été prise à la légère. Nous en avions étudié tout le contour. Il est mieux pour nous, peut-être pour la Centrafrique, qu’il n’y ait pas de soldats tchadiens en République centrafricaine. Nous avons suffisamment encaissé et il est tout à fait légitime pour nous de défendre quand même la réputation de nos forces, même si les responsables de la transition et même si bon nombre de milieux pensent que la présence des troupes tchadiennes pose problème. Notre objectif n’est pas de poser des problèmes en Centrafrique. C’est d’aider au rétablissement de la paix et de la sécurité dans ce pays. Si notre retrait peut aider au retour de la paix, nous le ferons volontiers et nous avons pris la décision de le faire. 

Comment expliquez-vous cette mauvaise réputation du contingent tchadien, alors que les autres contingents de la Misca ne subissent pas le même traitement ? 
 
C’est une mauvaise réputation fabriquée ! On n’arrive pas à le comprendre. La même armée tchadienne, dont on loue le courage et le professionnalisme au Mali, on la traite ici comme si elle était une milice venue à la rescousse d’une région ou d’une confession. Pour nous, c’est absolument inadmissible. 
 
Un rapport d’experts du Haut commissariat des droits de l’homme de l’ONU, présenté en janvier, pointe un certain nombre d’exactions... 
 
Aucun rapport ne nous a été présenté. Si tel était le cas, on n’aurait pas accepté le contingent tchadien dans le cadre de la Mission internationale de soutien à la République centrafricaine. 
 
Aujourd’hui, est-ce une organisation ou un pays qui demande au Tchad de partir ou est-ce une décision du Tchad ? 
 
C’est une décision souveraine. Nous avons informé nos partenaires. C’est nous qui avions pris la décision. Personne ne nous l’a demandé. 
 
Concrètement, comment va s’articuler ce retrait ? 
 
Nous allons en discuter pour que d’autres contingents, éventuellement, occupent les postes occupés par les Tchadiens. De toutes les façons, nous sommes en contact avec la Misca, donc avec l’Union africaine, pour les modalités pratiques du retrait de notre contingent. 
 
Le contingent tchadien a participé à organiser et à protéger l’évacuation de populations musulmanes. Ce travail-là est-il terminé ? 
 
Il ne devrait pas être du ressort uniquement du contingent tchadien. C’est la mission de l’ensemble des forces internationales. Si on nous reprochait ça, ce serait non assistance à personnes en danger. Tout le monde le sait, même maintenant. Hier [jeudi 3 avril, ndlr] au mini-sommet sur la Centrafrique à Bruxelles, le secrétaire général des Nations unies a dit que « le génocide a été évité parce que les communautés ont fui vers leurs régions d’origine ». Donc, il y a une situation extrêmement grave. Et si notre contingent a escorté ou a protégé, c’est tout à son honneur. 
 
Cette décision peut-elle avoir un impact sur l’engagement du Tchad au Mali par exemple ? 
 
Nous aviserons. 
 
Ce n’est pas exclu ?
 
Nous aviserons. 
 
Le Tchad est au Conseil de sécurité de l'ONU en ce moment. Quels sont ses principaux objectifs, ses priorités ? 
 
C’est la paix et la sécurité. Aujourd’hui, le Tchad, géographiquement, est pratiquement entouré par des zones de conflit : la Libye au nord, le Darfour depuis une dizaine d’années à l’est, la Centrafrique au sud, à l’ouest c’est le Nigeria avec Boko Haram. Et nous sommes sur le pied de guerre. C’est par volontarisme, volontarisme qui nous coûte parfois extrêmement cher, que nous avons accepté d’envoyer des troupes, parce que notre propre territoire a besoin d’être protégé, parce que ces crises sont pratiquement à nos frontières. 
 
Source : Rfi.fr 



1.Posté par hassan le 04/04/2014 21:58 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mais a quand la guerre tchad # cameroun ?

2.Posté par Albicher Martin Nzasso le 05/04/2014 00:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le ministre des affaires inutiles du tchad doit démissionner si on était dans un pays démocratique
quelle erreur de communication ?
on se pose la question de savoir si la diplomatie est réserver a un individu qui vit au crochet du clan DEBY
Dans ce Pays Tchad il n y a pas une commission des affaire étrangères pour statuer avant de demander à l ONU une explication.
Ils sont limités ce gouvernement Tchadien sur le plan intellectuel même le savoir est très loin.

ho , ho l'opposition tchadienne sortez, combattez ce pouvoir avec les armes de la démocratie, le Tchad sort sur la scène international l'argent du pétrole rend deby et son gouvernement insensible même à la valeur du paysje suis discriminé par ce que je suis centrafricain islamisé par alwihda
Le directeur de Alwihda
c'est honteux de voir le media que vous diriger n'accepte une autre lecture de choses, je porte cette accusation pouvez-vous la démentir ?
quand je dénonce cela vous fait mal
pouvez vous trouver autre travail que celui de media, soit allez vous faire valet
votre media est islamiste, la voix de seleka c'est dommage vous allez vous enfermer entre vous car l'homme tchadien n'est pas prêt pour rentrer dans l'histoire il fuit de regarder son propre ombre via votre media. votre appel aux islamiste n a pas payé
Je suis musulman je suis discriminé a cause de ma nationalité centrafricaine de souche
tous les messages laissés qui n'ont pas vocation à soutenir seleka, dénoncés le tchad est systématiquement enlevés, preuve que vous soutenez les sous hommes seleka sur le plan intellectuel.
oui les mots sont fort qu'on dites-vous ?

3.Posté par Daouda Lawa le 05/04/2014 10:33 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Chers terriens!
je suis de nationalité tchadienne et musulman de confession. Cela ne m''empèche de lire correctement à travers une honèteté intellectuelle la situation centrafricaine. Il faut se dire la verité, nous savons comment depuis le temps de bozizé de pauvres soldats tchadiens après avoir fait un tour en centrafrique revenaient si riches et dodus. C''est biensùr incompréhensible. Comment comprendre qu''en allant pour une mission militaire à la solde de deby dans un pays aussi pauvre que le notre?

4.Posté par Daouda Lawa le 05/04/2014 10:37 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Comment comment comprendre qu'en allant pour une simple mission militaire à la solde de deby et son clan des simple militaires devenaient aussi riches? Faites votre propre analyse et la décision de Deby à retirer le contigent tchadien n'est pas fortuite. Il comprend que la situation n'est plus à son avantage, tout se depeint à afficher, déjà sue, aux yeux de tous!

5.Posté par Daouda LAwa le 05/04/2014 10:50 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Deby et sa horde de politico--politiciens payeront pour ce qu''ils ont fait au peuple frère centrafricain. son perroquet de ministre des affaire etrangère sait la réalité et essaye de jouer à un jeu d''aveugle sournois. Il va jusqu''à dire que certaines autorités et pas de moindres qualifient les antibalaka de patriotes!ben oui, à votre place que qualifierez vous des gens qui se battent contre de personnes étrangères qui viennent chasser un président pr mettre le leur pour spolier tuer et arracher des biens des honètes populations?

6.Posté par Daouda LAwa le 05/04/2014 10:57 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Des patriotes?? Et oui le mot me parait leger. Un proverbe biblique disait,ne fait pas à autrui ce que tu ne veux pas que l''on te fasse. Deby à ton attention, ne fait pas à la Centrafrique ce que tu ne voudras pas que ton régime sanguinaire subisse. Eh bien l''avenir nous en dira plus car tu cueillera en bonne moisson ce que tu aurais semé mème dans les champs de tes voisins

7.Posté par mahamat idriss le 05/04/2014 13:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Un jour j'ai croisé un soldat de la garde de Deby! celui ci été posté à la sortie de N'guéli pour contrôler les véhicules qui entrent au Tchad après avoir passé la douane! il a été désigné pour m'escorter! une fois arrivée à destination, je lui ai tendu un billet pour le remercier! cet honnête m' a dit ceci: mon frère ne te gènes pas, tu sais quand j'ai été en mission en RCA je pouvais m'enrichir facilement, mais comme le bien à autrui ne profite Guer, je suis rentré bredouille et depuis lors j'ai décidé de vivre que de mon salaire! parole de sage. Comme quoi au Tchad il y a aussi des soldats compétents et intègres.

8.Posté par Gaby le 05/04/2014 14:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci à vous mes chèr frères du Tchad, je toujours l'habitude de dire à mes compatriota et à la colonie tchadienne que ce ne sont pas les attrocités menées par l'armée tchadienne et dirigées par les plus grandes autorités tchadiennes qui vont nous diviser, voila un exemple concrèt des fils digne et democratiques du tchad qui sont contre les autorités tchadiennes par rapport aux evenements de la centrafrique. Merci à vous tous, que Dieu vous benisse. Soyons vigilant le tcahd et la centrafrique ne vont jamais diviser à cause d'une seule personne, la justice de Dieu viendra un jour.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Pour poster un commentaire, vous devez utiliser un Email valide. Les commentaires non conformes à la net-étiquette et ou à la loi seront effacés.
En raison d'un nombre important de commentaires non conformes à la net-étiquette et ou à la loi, les commentaires sont désormais soumis aux modérateurs afin d'être vérifiés.

EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements