Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Le Tchad expulse sans ménagement un journaliste de RFI


Alwihda Info | Par Le Monde - 24 Juin 2015 modifié le 24 Juin 2015 - 19:26

Aucune explication n’a pour l’heure été donnée pour justifier l’expulsion de Laurent Correau.


Interpellé à son hôtel de N’Djamena, la capitale du Tchad, l’envoyé spécial de Radio France internationale (RFI) Laurent Correau a été expulsé du pays dans la soirée de mardi 23 juin, comme l’a rapporté mercredi la radio sur son site Internet. Lors de l’interpellation, Laurent Correau et Reed Brody, porte-parole de l’organisation non gouvernementale internationale Human Rights Watch, qui l’accompagnait, ont été giflés, rapporte RFI. Des témoignages cités par RFI évoquent deux hommes se présentant comme des « agents de la police des airs et des frontières » venus signifier au journaliste « son expulsion du territoire tchadien ». Il est alors 22 heures et Laurent Correau dîne avec Reed Brody à son hôtel. Les deux agents n’auraient fourni ni « explication ni document officiel ». Lire aussi : Au Tchad, un procès contre la torture Retour à Paris Alors que l’envoyé spécial essayait d’en savoir plus en passant plusieurs appels téléphoniques, les deux hommes se sont impatientés, ont montré un badge, avant que le ton monte. « Reed Brody est giflé, Laurent Correau aussi », d’après RFI. Dans la foulée, Laurent Correau a été conduit à l’aéroport de N’Djamena. Il a pris place à bord d’un avion d’Air France à destination de Paris qui a décollé à minuit. Le journaliste était au Tchad depuis le 18 juin pour une série de reportages consacrée au procès d’Hissène Habré, qui s’ouvre le 20 juillet à Dakar. L’ancien président du Tchad comparaît pour crimes contre l’humanité, crimes de guerre et crimes de torture. Mercredi matin, Laurent Correau a expliqué sur les ondes de RFI qu’il avait « effectué les procédures habituelles d’enregistrement » auprès des autorités, qui lui avaient « clairement indiqué » qu’il pouvait se mettre au travail « en attendant le document officiel ». « Aucun motif n’a pour l’heure été invoqué » Présente à l’aéroport au moment de l’expulsion, l’ambassadrice de France au Tchad n’a pas été autorisée à parler au journaliste avant le décollage de l’avion. La direction de RFI, qui « s’indigne et proteste », dit qu’« aucun motif n’a pour l’heure été invoqué » pour justifier cette expulsion. Les représentants de la Société des journalistes (SDJ) de RFI ont également réagi dans un communiqué. En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/06/24/le-tchad-expulse-sans-menagement-un-journaliste-de-rfi_4660802_3212.html#hqDVPCZfx0JbsCXx.99



Dans la même rubrique :
< >

EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements