Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
POINT DE VUE

Le guinéen se comprend-il, lui-même ou sait-il ce qu’il veut?


Alwihda Info | Par Alwihda Info - 26 Avril 2010 modifié le 26 Avril 2010 - 18:17


Le guinéen se comprend-il, lui-même ou sait-il ce qu’il veut?

La Voix des Sans Voix

La Guinée est mal gérée, la corruption et les détournements sont érigées en système de gouvernement, il y a ceci, il y a cela… C’est pourquoi la Guinée est en retard sur tout les plans malgré les immenses potentialités en ressources de sol et de sous sol: sans eaux, ni électricité, ni nourriture, ni médicament et équipement adéquat dans les formations sanitaires, etc.

Voilà ce que nous tous nous disons au sujet de la Guinée depuis son accession à l’indépendance.

Avec l’avènement du Cndd au pouvoir, nous avons vu avec Dadis shows comment les choses se passaient sous le Général Lansana CONTE. Nous avons vu comment l’usine de Fria a été bradée à Russal, comment la banque centrale a été privée des huit (8) tonnes d’or, comment les avions de notre compagnie nationale Air Guinée ont été bazardés, comment l’argent du cinquantenaire a été géré, etc. etc.

Il y a aussi l’affaire Paris Bas, l’affaire de projet coton Kankan, la surfacturation de l’électrification des autoroutes à Conakry par le système panneau solaire dénoncée à une radio privée par Chantal COLL et autres affaires floues que la Guinée n’en finit pas d’enregistrer.

Autant de scandales économiques et financiers qui restent à élucider devant l’opinion publique guinéenne.

Tous ces scandales, qui ont contribué à mettre la Guinée à terre, ont comme auteurs des guinéens. Rien que des guinéens. Nous les connaissons, nous les voyons. Ils sont devenus très riches et ils sont devenus des leaders politiques, ils veulent briguer la magistrature suprême. Tout cela n’est pas notre problème, car c’est leur droit. Et il revient au Peuple de faire la différence. Mais là où le bas blesse pour nous, c’est quand nous voyons les gens suivrent, protéger et même s’acharner à défendre aveuglement, pour des raisons qui nous échappent, les mêmes personnes mêlées à ces scandales économiques et financiers. C’est pourquoi nous nous posons la question de savoir si le guinéen se comprend-il, lui-même ou s’il sait ce qu’il veut?

Pour nous, de la Voix des Sans Voix, l’on ne peut pas se ranger derrière des prédateurs d’hier et essayer de dénoncer ceux qui se sont aux affaires aujourd’hui pour mauvaise gouvernance. Cela est vraiment absurde et même stupide. A notre avis, c’est ce que le guinéen doit comprendre.

Un prédateur, qu’il soit reconverti ou non, qu’il soit parent ou ami, ne peut et ne saurait faire l’affaire de la Guinée et des guinéens. Soutenir un prédateur pour qu’il gagne le pouvoir est un crime contre le peuple. A l’heure où nous sommes, la Guinée n’a plus besoin d’un prédateur comme président de la république, au risque de sombrer d’avantage dans la misère.

Quelqu’un qui a eu ses biens dans le vol peut-il empêcher un autre de faire autant ou de mener des enquêtes sérieuses autour d’un voleur? C’est cela l’handicap d’un prédateur s’il est élu président de la république, car il faut qu’il s’audite lui-même d’abord, avant d’auditer les autres. Ce qui est pratiquement irréaliste en Afrique, surtout en Guinée.

Ce que le guinéen doit comprendre, c’est que pour mettre réellement fin aux corruptions et détournements et à toutes les malversations économiques et financières dont la Guinée a souffert, il faut que les prédateurs d’hier soient démasqués et qu’ils rendent à l’Etat ce qu’ils ont volé. L’on ne peut pas laisser les voleurs Pierre et Paul se promener librement dans l’impunité la plus totale et mettre Jacques en prison parce qu’il est entrain de voler. Ce n’est pas logique, ce n’est pas normal. Pour éviter deux poids deux mesures, il faut sanctionner d’abord Pierre et Paul de ce qu’ils ont fait pour faire peur à Jacques pour ne pas qu’il vole. Sinon la Guinée ne s’en sortira jamais avec ce problème de corruption et de détournements. Cela doit être clair pour nous tous.

Autrement dit, si l’on laisse aujourd’hui des grands fossoyeurs de l’économie nationale jouir, dans l’impunité la plus totale, des biens qu’ils ont acquis au détriment de l’Etat et du Peuple de Guinée, qui peut-on arrêter demain pour vols ou pour malversations économiques et financières ? Personne!

Aussi il faut que les guinéens sachent que l’on traite aujourd’hui beaucoup d’anciens dignitaires de prédateurs, peut-être ils ne le sont pas. Mais comment peut-on le savoir s’il n’y a pas d’audits au vrai sens du mot? Nous avons vu les gens se lever, menacer même, et dire: « Ah! Les audits, c’est le règlement de compte, c’est la chasse à l’homme ». Quand ils ont vu leur parent ou leur leader devant Dadis Shows. Même si nous savons que Capitaine Moussa Dadis n’était pas au sérieux dans ’’l’opération mains propres’’ qu’il a voulu initier. Il voulait seulement créer de la sensation pour convaincre les guinéens parce qu’il avait d’autres ambitions. Sinon il y avait beaucoup plus de bruits que de réalités.

En matière d’audits, personne n’est au dessus de la loi. Il faut que le guinéen comprenne cet alphabet de la bonne gouvernance pour qu’il débarrasse de la susceptibilité et de la subjectivité. Si chacun défend son parent contre les audits aujourd’hui, qui sera audité demain en Guinée? Il est temps, grand temps, que les gens comprennent et se ressaisissent.

Sans audit en Guinée, il ne saurait y avoir de la bonne gouvernance!

Nous, à notre niveau, nous souhaitons que le Peuple de Guinée arrive choisir un bon président de la république le 27 Juin prochain, quelqu’un de propre, de mains propres, un homme intègre qui n’est mêlé à aucun scandale politico économico financier en Guinée. Seul ce genre de président de la république peut mener à bien les réformes nécessaires pour une bonne gouvernance dans notre pays.

C’est pourquoi nous demandons à l’actuel Ministre de Contrôles d’Etat et des Audits du gouvernement de la transition de recenser tous les cas de scandales et de malversations économiques et financières pour permettre au nouveau président élu de vite et bien traiter ces dossiers d’Etat afin de mettre les basses d’une administration moderne et non corrompue au service de nos populations.