Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
Revue de Presse

Le souci du Président tchadien c’est de défendre son pouvoir à vie et de garantir l’enrichissement de ses proches


Alwihda Info | Par gloria rolel - 14 Juillet 2014 modifié le 17 Juillet 2014 - 16:07


Les pressions internationales, la course effrénée à l’enrichissement illimité et l’obsession de s’assurer un pouvoir à vie désarment le prince tchadien.


Sous pression

Selon le journal Abba Garde, obsédé par les soutiens fallacieux que lui apportent ses bouffons, les aventures affairistes aux quelles il se livre, les mauvais signaux venant de l’Elysée touchant les élections de 2016 , l’achèvement des drones, véritable engins de morts pour garantir ses arrières, sous la coupe des délinquants pétroliers, le chef de l’Etat a perdu ses repères.
A son avis, le PR n’est plus sûr de rien, c’est ainsi qu’il oubli d’où il vient et de qui il tient ce pouvoir qu’il veut à vie, en traitant de tous les noms d’oiseaux la France qui l’avait aidé à s’installer « triomphalement » au trône en décembre 1990 et à frauder plusieurs élections grâce aux informaticiens Français . Le PR est ingrat envers la France qui a sauvé de justesse son trône lors des attaques des récalcitrants en 2006 et 2008.par contre, il a gracié les voleurs d’enfants de l’ONG Arche de Zoé. Aussi, il préfère fonder son espoir sur ses revenus pétroliers qui le permettent de s’enrichir e d’enrichir sa famille partout comme un bien familial. Ainsi, ils ont investi, lui et ses siens en Afrique du sud et en Malaisie, actuel plongeoir du terrorisme internationale.
Lors de sa dernière visite- précampagne, il a traité la population du Batha des « indésirables » .Il a prouvé aux arabes d’Ati qu’il ne les aime pas et il les a accusé d’être des prometteurs d’islam au Tchad il y a de cela quelques années. Il a tacitement renouvelé ses injures en termes de « mangeurs de rats », ou « porteurs d’eaux au Logone oriental. Tout ceci justifie que le Chef de l’Etat tchadien méprise ses compatriotes, déclare le journal Abba Garde. A lire le journal, le PR est un incitateur à la haine, qu’il a hurlé lors de sa honteuse scène de rupture avec Haroun Kabadi en ces termes : « allez, vous les sudistes, sortez tous, je ne veux voir personne ici appelez-moi Moussa Faki ».C’est ainsi que ce dernier reçoit l’onction du chef de gouvernement pendant que Djimrangar Dadnadji attendait cette onction au salon.
Le journal rajoute que, Deby ne fonctionne qu’avec les hommes qui ne s’occupent que de leur ventre que les humiliés sont condamnés à accepter des spoliations, qui vienne même des loubards du palais royale. Beaucoup de ses collaborateurs, comme Loum hinaÏsou LaÏna qui a reçu son coup de gueule à Ati avant de jouir D’un siège au palais rose, soignent discrètement les cicatrices de leur visage par les surprises des cendriers en verre. Les vestiges du FROLINAT, qui tenaient à la pérennisation de la mise en application du calendrier caché de cet ancien mouvement politico-militaire à multiples faces, sont déçus, car leurs situations sont affreuses, leurs villages n’existent presque plus et les quelques rares habitants meurent de soif.
Le souci du PR c’est de défendre son pouvoir à vie et de garantir l’enrichissement de ses proches parents, et non d’atteindre les vrais objectifs du FROLINAT, ni d’assurer le bien -être des tchadiens, l’avenir du pays. Renchérit le journal Abba Garde.
A la lueur des analyses, le journal conclut que ce sont ces projets maléfiques, qui développent en Deby cette Aigreur à l’égard de ses compatriotes. Cependant, qu’il n’ignore pas que Dieu est toujours en colère.