Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
MEDIAS

Le terrorisme décortiqué par la presse sénégalaise


Alwihda Info | Par - 21 Février 2013 modifié le 21 Février 2013 - 22:00

« La surveillance des 800 Km de frontière terrestre entre le Sénégal et la Mauritanie n’est pas une sinécure », relève le journal. A l’occasion de cette visite dans la capitale nord du pays, rapporte-t-il, le général Pathé Seck a déclaré que « chaque citoyen doit se sentir comme le policier de son pays ».


Le terrorisme décortiqué par la presse sénégalaise
Les quotidiens sénégalais traitent lundi de sujets variés se rapportant notamment au volet sécuritaire de la crise malienne, une question qui côtoie d’autres relevant de préoccupations encore plus domestiques.

Sud Quotidien et Direct Info évoquent ainsi la menace terroriste liée à la crise malienne, et parlent en particulier de la surveillance aux frontières visant à empêcher des infiltrations de djihadistes présents depuis bientôt un an dans le nord-malien. « Le ministre (de l’Intérieur) +enrôle+ 12 millions de Sénégalais », affiche le premier des deux quotidiens cités.
« Dans ce contexte de guerre au Mali, avec ses possibles conséquences transfrontalières, le ministre de l’Intérieur (Pathé Seck) a mené, ce week-end, une brève visite dans la région de Saint-Louis, pour un contrôle physique du dispositif opérationnel de surveillance aux frontières », rapporte Sud Quotidien.
« La surveillance des 800 Km de frontière terrestre entre le Sénégal et la Mauritanie n’est pas une sinécure », relève le journal. A l’occasion de cette visite dans la capitale nord du pays, rapporte-t-il, le général Pathé Seck a déclaré que « chaque citoyen doit se sentir comme le policier de son pays ».
« Le pouvoir invite les Sénégalais à dénoncer toute personne suspectée d’appartenir aux salafistes. D’ailleurs, quelqu’un a été appréhendé à Kédougou. Au rythme où vont les choses, il y a lieu de rester très vigilant tout en évitant les dérives constatées dans certains pays africains », note Direct Info, affichant à sa Une : « Les Sénégalais +transformés en policiers+ ».
« Un Pakistanais cueilli à Dindéfélo », souligne Le Populaire, plus explicite. « Titulaire d’un passeport pakistanais, il serait en provenance de la Guinée et ne s’exprime qu’en anglais et en arabe », note ce journal. « Des éléments suspects mobiles aperçus à une cinquantaine de kilomètres de la frontière avec le Mali », ajoute-t-il par ailleurs.
« Les réseaux terroristes qui sont au Sénégal ne sont pas dormants, ils sont actifs », assure quant à lui Jean Paul Dias, leader du Bloc des centristes gaïndé (BCG), dont les propos sont rapportés par L’Observateur. « Ce sont les réseaux terroristes actifs qui ont profané les tombes des chrétiens » de Dakar, en octobre dernier, déclare-t-il, ajoutant un nouvel élément à ce sujet.
Loin de ce sujet, Le Pays au quotidien annonce que le magistrat Antoine Félix Diome, nommé substitut du procureur spécial près la Cour de répression de l’enrichissement illicite, se trouve récusé. « Cheikh Tidiane Sy, Me Ousmane Ngom, Awa Ndiaye… réclament sa tête », informe le journal, ajoutant que dans ce contexte, la Cour suprême a été invitée à statuer sur son reclassement.
Un peu dans le même sens, Libération révèle que le parc automobile de la présidence de la République a grossi de 25 véhicules tout neufs. « Un gré à gré de 1,5 milliard » de francs CFA, souligne le journal à sa Une, avant de préciser que « deux marchés sans appel d’offres (ont été ainsi) passés en quatre jours et offerts à SERA et Africaine de l’automobile ».
Selon L’As, le chef de l’Etat sénégalais Macky Sall est monté au créneau pour venir au secours d’Alcaly Cissé, un ex-député sénégalais détenu au Maroc mais qui risque l’extradition en Arabie Saoudite. Il est poursuivi pour escroquerie portant sur deux milliards et risque la décapitation s’il est extradé en Arabie saoudite, selon l’As.
« Le dossier Alcaly Cissé intéresse au plus haut niveau le chef de l’Etat (Macky Sall) qui a envoyé au Maroc depuis samedi soir une délégation de quatre personnalités, conduite par la ministre déléguée Seynabou Gaye Touré », rapporte le journal.
Le quotidien Walfadjri, pour ce qui le concerne, révèle qu’un appel d’offres a été lancé par l’Etat, pour la construction d’une prison pour l’ancien président Hissène Habré. « Macky (Sall) accusé de construire une prison avant la condamnation de Habré », note le quotidien. Puis d’ajouter que sur cette base, les défenseurs de Habré accusent le chef de l’Etat sénégalais « de vouloir sceller le sort (…) » de l’ancien président tchadien.
Le Quotidien s’intéresse à un tout autre sujet. « Abdoul Mbaye fume pour les industries », affiche-t-il. Selon le journal, les associations de la société civile de lutte contre le tabac « en veulent au Premier ministre du Sénégal, qui a demandé aux parties prenantes devant élaborer la loi sur le tabac d’impliquer l’industrie du tabac » dans ce travail. « Ce qui est contraire à l’article 5-3 de la convention-cadre de lutte contre le tabac que le Sénégal a pourtant ratifiée en 2006″, précise Le Quotidien.
Le Soleil enfin annonce l’élection du chef de l’Etat sénégalais Macky Sall à la présidence du Comité d’orientation du NEPAD, lors de la 28e session du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique, tenu à Addis-Abeba (Éthiopie) ce week-end. Seneco




Dans la même rubrique :
< >

Lundi 23 Mai 2016 - 16:26 Médias : lancement de Gabon 24

EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements