Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Les assureurs sénégalais contre l’arrivée des « trop gourmands » Marocains de « Wafa-Assurance »


Alwihda Info | Par Pape NDIAYE - 21 Juin 2014 modifié le 21 Juin 2014 - 10:08

PSE : HABITAT, BANQUE ET ASSURANCE « Exclusif »


Il y a plus d’un an, « Le Témoin » avait sonné l’alerte sur une éventuelle arrivée des Marocains dans le secteur sénégalais de l’assurance. Avec force détails, nous avions révélé qu’après le rachat de la Compagnie bancaire de l’Afrique de l’Ouest (Cbao) et la Banque Sénégalo-Tunisienne (Bst), les hommes d’affaires marocains rodaient autour de trois compagnies sénégalaises d’assurance pour les racheter. Comme des oiseaux de « mauvaise augure », les assureurs marocains avaient été dispersés dans la nature dès le premier coup de feu médiatique du « Témoin ». Il a fallu que le président Macky Sall dégage le ciel de Diamniadiao pour que les sujets de Sa Majesté le roi Mohamed VI reviennent par la grande porte du Plan Sénégal Emergent (Pse). Prétextant la réalisation du Pôle urbain de Diamniadio où les entreprises du royaume ont eu la part du lion foncier, les assureurs marocains de « Wafa-Assurance » débarquent ! En effet, « Wafa-Assurance » appartenant au groupe AttijariWafa Bank a déjà créé une filiale sénégalaise et s’active pour décrocher son agrément. Une arrivée imminente qui a déclenché une levée de boucliers de la part des assureurs sénégalais décidés à utiliser toutes les armes de destruction massive pour barrer la route à ces Marocains connus pour leur agressivité commerciale et leur gourmandise en affaires. « Le Témoin » a enquêté… 
 
Dans la ville nouvelle  que sera Diamniadio,  plus de 40.000 logements, toutes catégories confondues, seront construits.  A court terme, c’est-à-dire d’ici à 2016 au moment juste où le président de la République s’apprêtera à demander un second mandat, 15.000 logements seront déjà terminés. Le président Macky Sall ayant donné la priorité à l’habitat social aura donc de quoi pavoiser devant les électeurs sénégalais. Dans  ce domaine,    il y a de la place et de l’espace pour tout le monde, particulièrement les promoteurs immobiliers (nationaux et étrangers). Surtout que l’habita social, avec ses programmes d’accélération de l’offre, occupe une place importante dans le plan d’actions prioritaires du Pse. Une opportunité politique pour le gouvernement afin de  répondre aux vieilles attentes et nouvelles exigences des  citoyens sénégalais plus préoccupés par l’habitat que par la mobilité urbaine…
Sachant cela, les assureurs et promoteurs immobiliers marocains arrivent par la grande porte !  Dans le sillage des promoteurs immobiliers, les assureurs du Royaume débarquent. Une première tentative d’abordage, nous l’avons dit, avait échoué. Disposant  d’importants capitaux, des assureurs marocains  avaient ciblé discrètement trois compagnies d’assurance à 100 % nationales pour les racheter. Des entreprises d’assurances aux activités florissantes que les hommes d’affaires marocains voulaient « bouffer »  sous forme de « fusion-absorption ». Leurs offres étaient tellement alléchantes que certains administrateurs sénégalais de deux  sociétés ciblées s’étaient démarqués de leur conseil d’administration pour se ranger du coté des éventuels « repreneurs » marocains. Donc, il ne restait que quelques procédures à évacuer puisque les courtiers et activistes avaient déjà dégagé le ciel de tout nuage au profit des assureurs marocains. C’est justement dans ce ciel couvert de quelques voiles nuageux seulement que « Le Témoin » avait tiré un coup de feu médiatique dispersant les « oiseaux migratoires » de l’assurance. Une opération de charme avortée ! 
 
« Habitat »  et « Assurance » : deux secteurs paresseux !
 
Quatre ans plus tard, et à la faveur de l’avènement du Pse, les assureurs marocains reviennent sous un ciel plus clément. Et pour cause puisque ciel ne peut être plus clément lorsqu’il a été dégagé par l’Etat. Un Etat facilitateur du fait que tout investissement présentant un intérêt particulier pour le Plan Sénégal Emergent (Pse) bénéficie de nombreux avantages : attribution gratuite de terres, dérogation fiscale, moins de droits et taxes de douane à payer etc… Forts de ces avantages, assureurs et promoteurs marocains ne pouvaient pas ne pas répondre à l’appel du Pse ! Et ce dans des secteurs bien muris et bien ciblés qui se trouvent être les plus paresseux, mais les plus rentables : l’assurance et l’habitat. Evidemment !  Car les projets tels que les autoroutes, l’électricité, l’hydraulique, l’agriculture, le textile, l’hôtellerie, les loisirs, le transport, les mines etc. sont des secteurs à problèmes ! Des secteurs où il faut déployer d’énormes efforts logistiques et financiers pour une rentabilité incertaine à long terme. Pire encore, l’agriculture, le textile, l’hôtellerie, les mines etc. font partie des secteurs provocateurs d’emplois et générateurs d’endettement. Demandez aux toubabs de « Eiffage » qui ont financé et construit l’autoroute à péage, ils vous diront qu’ils séjourneront plus de 30 ans au Sénégal pour exploiter et maintenir l’infrastructure routière avant de se désengager comme les forces françaises du Cap-Vert. Pour nos frères investisseurs marocains, ces secteurs à problèmes, c’est le domaine réservé des Chinois, des Français, des Espagnols ou des Brésiliens !  Comme le jardin potager du paresseux, l’habitat et l’assurance font bien l’affaire des « paresseux » investisseurs étrangers et nationaux  qui ne sont attirés que par  la consommation immédiate et juteuse. C’est d’ailleurs sous cette enseigne, sans doute, que certains promoteurs immobiliers marocains ont choisi « l’Assurance » par facilité et « l’Habitat » par paresse. Comme dans tout projet immobilier de ce genre, les mécanismes de financements sont les mêmes ou presque... Mieux, le Pse du président Macky Sall est encore beaucoup plus avantageux puisque c’est le gouvernement qui attribue gracieusement les terrains en guise de « Téranga », les futurs bénéficiaires préfinancent les travaux avec des apports personnels, les banques (marocaines) complètent, les promoteurs immobiliers marocains exécutent, puis le tour de « Diamniadio » est joué !  Dans ce Sénégal futur émergent, tout semble revenir aux Marocains ! Et en particulier les secteurs « habitat »,  « assurance » et « banque » au point que notre glorieux PSE est en passe de devenir un Plan Sénégalo-Marocain Emergent (Psem) ! Car à  l’heure où, dans notre pays, l’industrie est  presque inexistante et des territoires entiers (Pout et Allou Kagne),  le président de la République appuie et oriente les investisseurs marocains vers l’habitat. Et comme les promoteurs immobiliers marocains ont mis la main sur le volet habitat social du Pse, le groupe bancaire  marocain « Attijariwafa Bank », qui les finance déjà, veut aussi couvrir leurs risques  à travers sa filiale assurance. Car « Wafa Assurance », la branche d’assurance de la multinationale bancaire marocaine, vient de créer une filiale sénégalaise. Tenez ! Sous le registre de commerce N° SNDKR2014B2624 datant du 13 février 2014 à Dakar est crée la société « Wafa Assurance Sénégal » pour un capital d’un milliard fcfa. Et pour aller vite, Casa a déjà nommé à la tête de « Wafa Assurance Sénégal » M. Abed Ouazzani Chahdi, ex-directeur  du pôle assurance des entreprises à Wafa-Assurance. D’ailleurs, on nous révèle que le Groupe marocain a déposé une demande d'agrément auprès du ministère de l’Economie et des Finances. Et comme les banquiers marocains ont réussi à contrôler les 50 % du tissu bancaire sénégalais, il est fort  à craindre que leurs compatriotes de « Wafa-Assurance »  domestiqueront  de manière agressive les compagnies sénégalaises pour se hisser au sommet. Pire, rien ne sera laissé aux assureurs sénégalais dès lors que les Marocains vont assurer les projets immobiliers des entrepreneurs marocains. En fait, il s’agit d’une police d’assurance  par laquelle l’assureur va garantir l’ensemble des activités du chantier et ses ouvriers. Et quelle que soit la durée des travaux, toutes les personnes qui interviennent dans les périmètres de construction de Diamniadio doivent être assurées. Donc si les promoteurs immobiliers marocains réussissent à s’emparer des gigantesques chantiers de Diamniadiao, il ne fait l’ombre d’aucun doute que les retombées des assurances passeront au nez et à la barbe des compagnies sénégalaises. Déjà,  ces derniers s’étranglent de rage et comptent provoquer un « printemps arabe »  pour freiner l’invasion marocaine. « On va convoquer un comité de réflexion pour chercher les voies et moyens de défendre l’intérêt national bien que nous ne soyons pas contre l’arrivée des investisseurs étrangers. Seulement voilà, dans certains domaines, l’Etat doit protéger les nationaux » nous confie un assureur sénégalais. C’est bien le moins, devrait-on dire !
 
Mais qui a donc dit que la bataille de l’assurance n’aura pas lieu à Diamniadio ? 
 
Pape NDIAYE 
« Le Témoin » N° 1169 –Hebdomadaire Sénégalais ( JUIN  2014)


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements