Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
SCOOP

Les doléances paroxystiques de l’ex-ministre tchadien de la Défense


Alwihda Info | Par Җ€BIЯ - 28 Janvier 2008 modifié le 31 Janvier 2008 - 00:00

« Je lance une fois encore un appel à l’endroit des organisations de défense des droits de l’Homme, en l’occurrence Amnesty International et la Ligue Internationale des Droits de l’Homme afin d’obtenir des autorités tchadiennes l’autorisation d’une évacuation sanitaire en faveur de ma personne.» Mahamat Nour Abdelkérim.


Les doléances paroxystiques de l’ex-ministre tchadien de la Défense
Depuis l'annonce faite ici-même faisant état d'une détérioration sérieuse de la santé de Mahamat Nour Abdelkérim, beaucoup d'organisations internationales se sont manifestées. Il y en a parmi lesquelles qui ont eu à effectuer les démarches légales pour solliciter expressément une autorisation auprès des autorités compétentes en vue de se rendre au chevet du patient confiné dans l'enceinte de l'ambassade de Libye à N'Djamena mais en vain. Plus personne n'a pu franchir jusqu'ici le seuil du portail de la chancellerie libyenne parce que les demandes d'autorisation adressées aux services concernés sont restées sans suite.

L'ex-ministre de la Défense est sur le qui-vive

Le simple vrombissement du moteur de chaque véhicule qui doit s'apprêter à se garer aux abords de l'ambassade libyenne pourrait attirer l'attention, du moins celle du reclus. L'ancien ministre de la Défense qui a été victime d'un malaise depuis un mois n'a pu obtenir de rendez-vous avec un médecin agréé afin d'être consulté sur place conformément à ses souhaits. Les cachets que le personnel de l'ambassade ne cesse de lui administrer dès le début lui ont permis de surmonter les maux subséquents à sa pathologie sans qu'il puisse s'en remettre. Selon des sources diplomatiques, le patient est visiblement à bout de souffle et seule une évacuation sanitaire d'urgence serait la solution idéale.

Se trouvant dans une situation de « personne en danger non assistée », Mahamat Nour Abdelkérim est affecté par une dépression nerveuse qui a particulièrement fragilisé sa santé. Il n'a pas manqué de signaler le déplorable état de santé dont il jouissait dès les premières heures qui ont suivi son confinement. Outre les nouvelles faisant état de la « disparition » de ses deux frères et sept de ses plus proches parents, d'autres échos relatant l'« enlèvement » de deux autres personnes proches à l'ancien ministre viennent encore alourdir l'atmosphère autour de lui aujourd'hui.

« Je lance une fois encore un appel à l'endroit des organisations de défense des droits de l'Homme, en l'occurrence Amnesty International et la Ligue Internationale des Droits de l'Homme afin d'obtenir des autorités tchadiennes l'autorisation d'une évacuation sanitaire en faveur de ma personne », réitère l'ex-ministre tchadien depuis l'ambassade de Libye à N'Djamena où il a trouvé refuge le 30 novembre 2007.

Kébir



EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements