Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
REPORTAGE

Les personnes déplacées dans l’est du Tchad toujours en quête de sécurité


Alwihda Info | Par Alwihda Info - 17 Décembre 2010 modifié le 17 Décembre 2010 - 16:23

Un représentant des personnes déplacées à l'intérieur de leur pays du camp de Koubigou, juin 2010
Quatre ans de conflit interne, de violence interethnique et d'attaques de bandits ont poussé des centaines de milliers de personnes à fuir leur foyer de l'est du Tchad.


(Amnesty International) - «Cet endroit est plus sûr que nos villages d'origine. Ici, nous disposons de services de base comme des écoles, des centres de santé et l'accès à l'eau potable. Nous […] aimerions retourner chez nous, mais l'insécurité qui y règne est trop élevée.»

Un représentant des personnes déplacées à l'intérieur de leur pays du camp de Koubigou, juin 2010

Quatre ans de conflit interne, de violence interethnique et d'attaques de bandits ont poussé des centaines de milliers de personnes à fuir leur foyer de l'est du Tchad. Environ 170 000 personnes, pour la plupart des femmes et des enfants, sont toujours déplacées à l'intérieur de leur pays et ne peuvent pas retourner chez elles dans la sécurité et la dignité. D'après les Nations unies, en septembre 2010, environ 48 000 personnes déplacées avaient pu retourner dans leur village d'origine, principalement dans les régions de l'Ouaddaï et du Dar Sila.

En raison de l'insécurité et de la prolifération des armes légères dans leur village, ces personnes ne peuvent pas rentrer chez elles. Le manque de services de base comme l'accès à l'eau potable, aux soins de santé et à l'éducation dans leur village d'origine est un autre obstacle qui s'oppose à leur retour.

Retrait prévu de la MINURCAT

La présence de la mission des Nations unies en République centrafricaine et au Tchad (MINURCAT) a contribué à réduire l'insécurité et les atteintes aux droits humains dans certaines régions de l'est du Tchad, notamment dans les camps de personnes déplacées. Bien que les atteintes aux droits humains commises par des groupes armés tchadiens et soudanais et par les forces de sécurité tchadiennes se poursuivent, avec notamment le recrutement d'enfants soldats et des violences liées au genre, la fréquence de ces actes a diminué. À présent, on craint que le retrait prévu de la MINURCAT avant le 31 décembre 2010 ne mette en péril ces améliorations en termes de sécurité.

Témoignages récoltées par une délégation d’Amnesty

En mai et juin 2010, une délégation d'Amnesty International a passé trois semaines dans l'est du Tchad. Les délégués ont rencontré des femmes et des hommes représentant les personnes déplacées de six camps. Ces témoignages sont la base d’un nouveau rapport d’Amnesty sur la situation dans les camps des réfugiés dans l’est de Tchad.



EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements