Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ANALYSE

Les services secrets de renseignements : Une nécessité ou une calamité ?


Alwihda Info | Par AHMAT BRAHIM - 28 Février 2017 modifié le 28 Février 2017 - 20:36

Mais pourquoi les agences de renseignements des pays du sud terrorisent leur population ? 
Pourquoi craint-on ces agents de renseignement alors que la population doit collaborer avec eux pour des renseignements intérieurs ? 


Crédits photo : /
Crédits photo : /
Etymologiquement on définit un renseignement comme étant une information estimée pour sa valeur et sa pertinence. Le renseignement est ainsi par opposition à la donnée (qui se réfère à la précision de l'information) et au fait (constatation objective). Le renseignement se définit aussi par son usage : c'est une information délivrée (à un gouvernement ou une institution) pour guider des prises de décisions et des actions.

Donc, le renseignement est l'ensemble des activités consacrées au traitement des renseignements (orientation, recherche, analyse, diffusion). Pour les non-spécialistes et la littérature de fiction, ces activités sont souvent désignées sous le terme usuel d'« espionnage », en les définissant de manière dépréciative, imaginaire ou réductrice sous le seul angle de la collecte clandestine d'informations secrètes ou privées1. Pour les spécialistes, l'espionnage définit néanmoins certaines actions de renseignement : celles de l'ennemi.

En dépit de la croyance populaire selon laquelle le renseignement ne traiterait que d'informations secrètes ou dissimulées, ce n'est pas toujours le cas puisque beaucoup d'informations essentielles au processus de renseignement peuvent être trouvées dans l'espace public.

Le renseignement en sources ouvertes rassemble l'ensemble des activités et méthodes analytiques mises en œuvre à partir d'informations ouvertes (OSIF), c’est-à-dire d'informations disponibles publiquement : journaux, rapports administratifs publics, documents universitaires, bilans économiques publics, pages du web, etc.

Dans le renseignement en sources ouvertes, la collecte des informations est généralement différente de celle d'autres disciplines de renseignement, où l'obtention de l'information brute à analyser peut être une difficulté majeure, particulièrement si on doit l'obtenir de cibles non coopératives. Dans le renseignement en sources ouvertes, la difficulté principale est d'identifier les sources pertinentes et fiables dans la quantité considérable d'informations accessible publiquement. L'obtention de l'information elle-même est comparativement plus facile puisqu'elle est, par définition, accessible publiquement.

En réalité, les sources ouvertes permettent d'établir un fonds documentaire suivi et orienté, utile par exemple pour commencer à évaluer un événement inopiné. Elles sont par ailleurs riches en potentialité de veille quant à la perception des différences ou des évolutions, qui peuvent constituer autant d'orientations de recherches. L'abondance de la documentation disponible nécessite cependant la définition de secteurs de vigilance correspondant à l'expression des besoins établie par la planification ou à la volonté intuitive des analystes. Ces derniers jouent donc un rôle important dans la chaîne du renseignement, qui dépend largement de la qualité de leur formation. Initiant une bonne partie des alertes, ils établissent aussi le fondement du renseignement opérationnel, qui pourra d'autant mieux se développer que le renseignement de documentation aura été mieux charpenté et actualisé, pour une bonne part à partir de sources ouvertes. En cas d'engagement à court terme, les opérationnels pourront ainsi disposer d'emblée de dossiers d'objectifs (cartographie à jour, caractéristiques des infrastructures, biographies de personnalités, ethnies, etc.) destinés à faciliter leur adaptation à leur milieu d'engagement.

Tous les gouvernements du monde disposent d'organisations destinées à protéger la sécurité de leurs pays respectifs. Pour ce faire, la principale activité de ces services secrets consiste à récolter des renseignements, afin de prévoir et mieux contrer les éventuelles attaques. Leurs rôles, les objectifs et les activités sont bien défini. Voici donc 4 agences de renseignements situées dans 4 régions du monde différentes :

La NSA/CSS est une agence américaine qui est créée le 4 Novembre 1942, son quartier général se trouve à Fort George G.Meade,Maryland et son nom complet est National Security Agency / Central Security Service se définit comme une organisation de cryptologie des Etats-Unis. Cette agence a deux objectifs primordiaux qui sont la création des systèmes de chiffrement destinés à protéger l'intégrité des informations du gouvernement, et la recherche des faiblesses des codes utilisés par les adversaires. C’est pour cette raison que, la NSA emploie une quantité considérable des mathématiciens et des cryptographes de haut niveau. La NSA/CSS s’occupe également de la collecte de toutes les formes de communications - militaires, commerciales, privées - diffusées par n'importe quel mode de transmission : Internet, téléphone, radio, etc. La NSA est le principal instigateur du Réseau Echelon, système mondial d'interception des communications. La NSA, comparativement au fameux FBI et autre CIA, reste méconnue du grand public, bien que son budget soit considérablement plus élevé. Cette discrétion lui a d'ailleurs valu des sobriquets tels que Never Say Anything (Ne jamais rien dire) ou encore No Such Agency (Une telle agence n'existe pas). Enfin, contrairement à la CIA qui s'occupe de contrecarrer les menaces qui viennent de l'extérieur, la NSA ne concerne que la sécurité intérieure du pays.

Le SIS/MI6 est le redoutable service secret du Royaume-Uni, il est créé en Octobre 1909 et a pour nom officiel Secret Service Intelligence / Military Intelligence section 6.Son rôle est de conduire les activités d’espionnage à l’extérieur du Royaume-Uni. Plus exactement, le Intelligence Services Act 1994 donne pour mission au SIS d’obtenir et de fournir des informations relatives aux actes et intentions des personnes d’outre-mer, dans le but de veiller à la sécurité nationale, aux intérêts économiques du Royaume-Uni et de prévenir et détecter les crimes sérieux. Le nom originel et officiel du service est SIS, bien que MI6 soit assez connu (notamment grâce à James Bond). La dénomination "MI6" est apparue après la Première Guerre Mondiale, dans les années 30. Lors de la Second Guerre, il a été utilisé lorsqu'il y avait besoin de faire un lien administratif avec le MI5, l'organe de la sécurité intérieure.

En rappel, le premier directeur du SIS fut Sir Mansfield Smith Cumming, qui utilisait son initiale « C » comme nom de code. Cette habitude a été reprise par tous ses successeurs, ce qui a donné "M", le fameux directeur du James "007" Bond de Yan Fleming.

Le FSB est le Federalnaïa Sloujba Bezopasnosti Rossiyskoï Federatsii,1992 est son année de création avec son quartier général à Loubianka , Moscou. Il est le principal successeur de la défunte KGB. Ses activités officielles se reposent sur le contre –espionnage, la lutte anti-terrorisme, la lutte contre la corruption et le trafic organisé, la protection des frontières et le contrôle des exportations. Il s’occupe principal de la sécurité intérieure.

Le Mossad est créé à Tel Aviv le 1er Septembre 1951, ses activités s’apparentent à celle de la CIA pour contrer les menaces extérieures du pays. Son objectif s’articule en trois parties : le renseignement, les opérations spéciales et le contre –terrorisme.

Le Mossad comporte 8 divisions : information, recherche, guerre psychologique, technologie, relations internationales, opérations spéciales, formation, et administration. C'est la division "Information" qui est la plus importante : l'objectif étant bien sûr de collecter des renseignements grâce à ses espions ou via des

antennes d'écoute. L'espion le plus célèbre du Mossad était Elie Cohen, longtemps infiltré dans les plus hautes sphères du gouvernement syrien avant de se faire démasquer et exécuter. Autre fait notable, le Mossad est reconnu comme étant le meilleur service secret du monde, ou du moins, il l'a été.

Mais pourquoi les agences de renseignements des pays du sud terrorisent leur population ?

Pourquoi craint-on ces agents de renseignement alors que la population doit collaborer avec eux pour des renseignements intérieurs ?

Est-ce que parmi les meilleures agences de renseignement du monde la liberté d’expression est-t-elle muselée ?

Pourquoi ces agents arrêtent les populations dans les locaux tenus toujours secrets ?


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements