Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
POINT DE VUE

Lettre ouverte à monsieur le président français NICOLAS SARKOZY


Alwihda Info | Par - Җ€BIЯ - - 4 Février 2008 modifié le 4 Février 2008 - 17:51

Pour finir monsieur le président, la population tchadienne compte sur votre impartialité.
Dans l’attente d’une réaction de votre part, je vous prie d’agréer, monsieur, l’expression de mes profonds respects.


Je viens par la présente vous annoncer que votre pays a longtemps soutenu le régime dictatorial d’IDRISS DEBY. Monsieur le président cela se justifie par l’intervention militaire des éléments français au Tchad en 1993 contre les nationalistes de Mouvement pour la Démocratie et le Développement (MDD) et aussi contre les éléments du Front Uni pour le Changement (FUC) le 13 avril 2006 en voulant coûte à coûte garder ce gouvernement des malfaiteurs, inconscients, lâches et irresponsables.

Monsieur le président, pour justifier votre intervention illégale et injuste dans le conflit armé tchado -tchadien, votre gouvernement ne cesse de mettre en avant l’application des accords de coopération militaire entre le Tchad et la France.
Mais d’après notre partie signataire desdits accords regrettables et maudits, il n’est dit nulle part dans ces textes une telle éventualité.

Monsieur le président, au lieu de continuer à endeuiller la population tchadienne pauvre et victime de votre injustice, il est beaucoup plus favorable encore d’aider cette population en lui trouvant une voie juste et légale de sortie.

Le faite de garder un régime tyrannique dans notre patrie constitue déjà un frein pour une coopération tchado-francaise dans l’avenir. Car toute la jeunesse tchadienne est consciente de ce que votre gouvernement est entrain de faire pour son beau pays et elle le suit de prés.
Monsieur le président, votre conscience vous permet de massacrer toute une nation à cause des simples intérêts. Ceci est une indignation totale de votre part.

Pour finir monsieur le président, la population tchadienne compte sur votre impartialité.
Dans l’attente d’une réaction de votre part, je vous prie d’agréer, monsieur, l’expression de mes profonds respects.


ABDALLAH CHIDI DJORKODEI
chididj@yahoo.fr