Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
EDITORIAL

Libérez Moussa Kaka


Alwihda Info | Par - Җ€BIЯ - - 21 Mars 2008 modifié le 24 Mars 2008 - 21:18

Cet homme est en prison depuis six mois pour avoir fait simplement son travail. Moussa Kaka n’est pas un rebelle. Il est journaliste. Libérez Moussa Kaka. Sa famille, ses proches et ses amis ont besoin de lui. Libérer le citoyen Moussa.


Libérez Moussa Kaka
Libérez Moussa Kaka. Cet homme n’a rien fait de mal. Il n’a fait que son travail de journaliste. Un journaliste c’est quelqu’un qui doit traiter l’information en toute objectivité, sans parti pris. A cet effet, le journaliste est appelé à aller partout à la quête de l’information, recueillir l’information, vérifier l’information, recouper l’information, la traiter de façon impartiale ensuite la mettre à disposition du public. C’est ce qu’ont toujours fait les journalistes, c’est ce qu’a toujours fait Moussa Kaka.

Un journaliste est avant tout un citoyen comme les autres. Lorsqu’un problème perdure dans son pays, comme tout bon citoyen, le journaliste se préoccupe de comprendre les causes du problème pour rechercher ensuite les voies et moyens susceptibles d’apporter la solution au problème. Pour ce faire, le journaliste se doit d’aller recueillir l’information auprès de toutes les parties en conflit. Car dans la plupart des cas, c’est le manque de communication entre les Hommes qui engendre le conflit. Ainsi, le journaliste sert de courroie de transmission entre les parties en confit. C’est ce qu’a osé Moussa Kaka.

En effet, c’est dans le strict cadre de son travail de journaliste que Moussa Kaka était entré en contact téléphonique avec les rebelles touaregs nigériens. Auparavant, ce journaliste a maintes fois réalisé des interviews avec des membres du gouvernement. Il est effectivement de son devoir de recueillir également les impressions des rebelles. Voilà les raisons pour lesquelles Moussa Kaka était entré en contact téléphonique pour enquêter, obtenir de réponses sur les motivations réelles des rebelles et tenter de trouver les pièces qui manquent à l’alternative de la paix dans son pays, c’est-à-dire faire son travail de journaliste.

Le gouvernement nigérien accuse Moussa Kaka d’«atteintes à l’autorité de l’Etat» et de «complicité avec une organisation terroriste» parce qu’en tant que journaliste indépendant il a osé entrer en contact téléphonique avec la rébellion. Pour s’être engagé à éclairer l’opinion sur la crise qui déchire son pays, ce journaliste risque aujourd’hui la prison à vie. Ça n’est pas digne d’un Etat aussi avancé en termes d’alternance démocratique et de respect des droits de l’Homme comme le Niger. Cet homme est en prison depuis six mois pour avoir fait simplement son travail. Moussa Kaka n’est pas un rebelle. Il est journaliste. Libérez Moussa Kaka. Sa famille, ses proches et ses amis ont besoin de lui. Libérer le citoyen Moussa.

Kébir

EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements