Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
Enquête

Libye: L'enquête confirme l'implication de l'Égypte et Emirats dans les frappes aériennes


Alwihda Info | Par Adil Abou - 22 Septembre 2014 modifié le 22 Septembre 2014 - 13:19

Le porte-parole du " congrès national général libyen" Omar Hamidan à indiqué que "Cette attaque aérienne est une violation de la souveraineté de la Libye"


Une enquête diligentée par une commission spéciale sur les frappes aériennes sur Tripoli par des avions non identifiés à soumis son rapport. 
Le rapport de l'enquête qui a été soumis au "Congrès national général libyen " apporte la preuve que les bombardements aériens  à Tripoli, sont effectués par l'Égypte et les Émirats arabes unis.

Arrivé au pouvoir par un coup d'état militaire, le 3 juillet 2013, en arrêtant le président démocratiquement élu, le général Alsissi ne cache pas ses inquiétudes concernant la prolifération des groupes armés islamistes en Libye et le refuge de certains frères  musulmans égyptiens dans ce pays incontrôlé et désorganisé. L'Égypte apporte désormais un soutien au gouvernement de Toubrouk et autorise aux anciens dignitaires du régime de Kadhafi de  lancer une chaîne de télévision satelitaire qui a commencé à émettre à partir du Caire. 
 
Le porte-parole du " congrès national général libyen" Omar Hamidan à indiqué que "Cette attaque aérienne est une violation de la souveraineté de la Libye"  La commission d'enquête a recommandé qu'une plainte sera déposée au Conseil de sécurité par le Président de la Libye ou le représentant libyen aux Nations unies.
Le congrès national général libyen a condamné cette intervention égyptienne et à promis de riposter par les voies qu'il juge légales. 
L'Égypte, les Émirats arabes unis et l'Arabie Saoudite ne reconnaissent pas le "congrès national général libyen" ni le gouvernement de Tripoli qu'ils accusent d'islamistes alors que Qatar et la Turquie ne sont pas du même avis. Alors que le trio appelle l'occident à combattre le pouvoir de Tripoli et reconnaître celui de Toubrouk, les États Unis et certains pays occidentaux privilégient la réconciliation entre les belligérants.

Abou Adil


Enquête