Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
LIVRE

Livre jeunesse : Nathalie Tall publie une fantastique trilogie des aventures d'Ariane et Bouh


Alwihda Info | Par Franck CANA - 19 Novembre 2015 modifié le 19 Novembre 2015 - 12:45


Nous avons rencontré et interviewé Nathalie TALL qui, tout en travaillant au sein de l'Education Nationale, vient de publier une trilogie riche, ludique et pédagogique : « Ariane et Bouh au pays des sorciers », « Ariane et Bouh et la magie du Nil » ainsi que « L'étrange odyssée d'Ariane et Bouh ». A une époque où le dialogue intergénérationnel fait cruellement défaut, cette œuvre permet le rapprochement et le partage entre parents et enfants, entre lesquels la communication est souvent rompue.

1. Nathalie Tall, vous avez publié une trilogie destinée aux jeunes lecteurs qui relate les aventures de deux chiens, Ariane et Bouh. Pourquoi un tel choix d'écriture ?
En fait, tout s’est fait naturellement. A la disparition de mon père en mai 2007, j’ai soudainement ressenti le besoin d’écrire, mais pas du tout pour la jeunesse. Il s’agissait pour moi de relater son parcours de jeune métis à l’époque coloniale. L’idée d’écrire des livres pour les plus jeunes m’est venue seulement plusieurs mois après . Je suis tentée de dire que j’ai été guidée par le besoin de retrouver mes racines.

2. Pourquoi avoir choisi de relater ces aventures plutôt sous la forme d'une trilogie que celle d'un roman unique ?
Je ne saurais pas vraiment vous l'expliquer, mais sans doute avais-je besoin de conserver une ligne directrice, « le fil d’Ariane », me permettant de garder auprès de moi, et pour longtemps encore, les êtres que j’aimais et que j’aimerai toujours. C'est ainsi que la trilogie s’est imposée d’elle-même.

3. Comment résumeriez-vous succinctement votre œuvre ?
Il s'agit en quelque sorte d'un voyage initiatique qui propose de réfléchir au monde qui nous entoure. Partir vers l’inconnu, sous d’autres latitudes, à la découverte de l’autre et donc de soi-même, apprendre, comprendre et surtout s'interroger, mais également rêver, s’amuser et frissonner : voici énumérés quelques-uns des ingrédients de cette trilogie. Entre petite et grande Histoire, entre visible et invisible, à travers les deux grands continents que sont l'Europe et l’Afrique, le lecteur se trouvera emporté dans un tourbillon infernal qui le mènera jusqu’aux origines de notre planète.

4. L'essentiel des pérégrinations de vos personnages se déroule en Afrique. Avez-vous des liens particuliers avec ce continent ?
J’ai effectivement des liens très forts avec ce continent, ma grand-mère paternelle étant Peule. Originaire du Sahel, elle a passé la majeure partie de sa vie à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso. Faire voyager mes personnages en Afrique, où je puise une grande partie de mes racines me semblait donc une évidence.

5. Vos ouvrages abordent des problèmes tels que la pauvreté, l'exploitation de l'homme par l'homme, ou encore le réchauffement climatique. Votre objectif est-il de transmettre des valeurs morales et de tirer la sonnette d'alerte ?
Bien évidemment. Tout auteur(e) transmet forcément une part de son histoire et de ses convictions dans ce qu’il écrit. Je devais absolument, à travers les pérégrinations de mes héros, partager ma propre expérience. Par ailleurs, l’avenir de notre planète me préoccupe au plus haut point. C'est pourquoi j’ai ressenti le besoin d'évoquer le comportement de l’Homme et, par voie de conséquence, des méfaits qu’il engendre.

6. Vos principaux personnages sont deux chiens. Pourquoi avoir choisi des animaux plutôt que des humains pour incarner les héros de vos histoires ?
Parce que l’animal est par essence bienveillant, sans artifice, non corrompu. On lui accorde donc aisément notre confiance et le lecteur peut s’identifier plus facilement à lui. De plus, un animal qui parle, exprime ses peines et ses espoirs, raconte l’Histoire et des histoires, réfléchit, philosophe en émettant des hypothèses, tout ceci avec humour, c’est bien plus amusant et un brin réconfortant !

7. Quelle part d'imagination et de réalité y a-t-il dans vos écrits destinés à la jeunesse ?
Il y a effectivement une part de fiction et une part de réalité dans ma trilogie. Une part de fiction, puisque des chiens qui voyagent et parlent, cela n’a rien de réel ! Encore que... Une part de réalité, puisque je mets un point d’honneur à décrire des lieux, des personnages, des dieux, des habitats… bien réels, tout au long du récit. Par exemple, le marché des têtes à Lomé existe bel et bien, un trafic de chiens y est organisé. C'est la raison pour laquelle nos amis Ariane et Bouh ne sont pas rassurés lorsqu’ils traversent ce lieu.

8. On remarque chez vous, Nathalie Tall, une fascination pour les pyramides, les mystères, les divinités... Tenez-vous cela de votre vécu ou bien de vos lectures personnelles de légendes ?
Je ne saurai pas dire vraiment à quoi cela tient. Ceci dit, lorsque j'ai découvert en classe de sixième l’Histoire de l’Egypte et de la Grèce, j’ai été fascinée par ces deux civilisations. J’ai eu par la suite l'immense bonheur de voyager dans ces deux pays, ce qui a renforcé ma curiosité pour leur culture.

9. Où les lecteurs peuvent-ils se procurer vos livres ?
Sur mon site internet, à l’adresse suivante : www.nathalietall.com

Franck CANA
Source : Magazine "Mito revista cultural" n°27 du mois de novembre 2015.