Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Loi liberticide à l'assemblée nationale du Cameroun : Le CODE appelle les députés à quitter l’Assemblée Nationale


Alwihda Info | Par La Cellule de Communication du CODE - 4 Décembre 2014 modifié le 4 Décembre 2014 - 13:14

Le Code en appelle à la conscience patriotique et républicaine des membres du Parlement pour qu’ils repoussent ce projet de loi en quittant la salle des délibération. L'histoire en retiendra car, ne pas le faire constituera un acte de trahison dont ces élus "du peuple" en seront comptable devant l'histoire du Cameroun


Quand on lit ce texte, en profondeur, l'on constate qu'il constitue un frein à toute manifestation populaires au Cameroun. Le cas récent du Burkina Faso qui a entraîné la chute du régime faisant école

Le CODE (Collectif des Organisations Démocratiques et Patriotiques des Camerounais de la Diaspora) avait prévenu les Camerounais en 2008, que Paul Biya avait l’intention de se donner les moyens pour s’éterniser au pouvoir. Et nous l'avons vécu avec la modification de la constitution cette même année afin d'ôter la disposition qui limitait le mandat présidentiel. Cette fois ci, la seconde partie de cette tragédie se déroule ce jeudi 4 décembre 2014 à l’assemblée nationale du Cameroun avec le projet de loi "n°962/PPJL/AN portant répression des actes de terrorisme" et qui prévoit la peine de mort en cas de manifestation..

Outre les dispositions de l’article 2 de ce projet de loi, en ses alinéas 1 et 2, définissant les actes de terrorisme et leurs sanctions, qui révulsent les partis de l’opposition siégeant à l’Assemblée nationale, le gouvernement a introduit, un nouvel alinéa à l’article 8 sur l’apologie des actes de terrorisme. Ce nouvel alinéa dispose : « L’offense est caractérisée même si la déclaration des actes se fait par les médias, par la distribution des tracts ou tout autre pour atteindre le public ». Un alinéa qui ouvre la porte à tous les abus si tant est que l’acte de terrorisme n’est pas clairement défini. L’alinéa (1) de cet article indique, quant à lui, les sanctions : un emprisonnement de 15 à 20 ans assorti d’une amende de 25 millions à 50 millions Cfa ou l’une des deux peines."

Ce projet de loi est louable à certains égards quand on sait que le Cameroun est actuellement en lutte contre des terroristes présumés appelés Boko Haram .
Cependant, c'est le contenu de cette dernière qui suscite des inquiétudes quand on sait que ce dernier constitue une grave entrave aux libertés individuelles.

Quand on lit ce texte, en profondeur, l'on constate qu'il constitue un frein à toute manifestation populaires au Cameroun. Le cas récent du Burkina Faso qui a entraîné la chute du régime faisant école.

Ce projet de loi n'est manifestement que la volonté du pouvoir en place à terroriser le peuple camerounais en le renvoyant aux tristes aléas de notre histoire politique qui avaient donné naissance, à la triste Ordonnance de 1962 sur la subversion.

Pour le CODE, ce projet de loi est inacceptable pour les raisons ci-après.

Ce projet de loi liberticide n'est en autre qu'une infâme provocation du régime qui espère pouvoir travestir la volonté du peuple camerounais, en le privant (Peuple) par avance de toute velléité de contestation populaire

Le CODE avait prévenu les députés du RDPC des responsabilités qu’ils prennent à jouer avec le destin et l’avenir du Peuple Camerounais, et des risques sérieux qu’ils encourent.

Le CODE prend le peuple Camerounais à témoin et affirme que face à la volonté de Paul Biya d’instrumentaliser ces députés pour s’éterniser et mourir au pouvoir, le Peuple combattant n’aura plus d’autre choix que de prendre ses responsabilités en descendant dans les rues pour contester cela.

Le CODE, lance à cet effet un appel patriotique afin que ceux d’entre eux qui ne souhaitent pas être associés à cette trahison suprême puissent quitter l’assemblée nationale au moment où la loi passera

Le CODE réitère que pour libérer le Cameroun, l’insurrection populaire reste le seul et unique moyen, et l’exemple de février 2008 démontre que le Peuple peut faire tomber ce régime.

Le CODE appelle les Camerounais de tous les coins du pays, à s’organiser et à défendre, à tous les prix, l’avenir du Cameroun qui se joue en ce moment,

Le CODE met en garde Paul Biya quant au risque de guerre qu’il fait peser sur le Cameroun et affirme qu’il sera le seul à en assumer les conséquences.

Le CODE sera aux cotés du Peuple Camerounais pour son ultime combat pour sa Liberté et sa dignité

Le Code en appelle à la conscience patriotique et républicaine des membres du Parlement pour qu’ils repoussent ce projet de loi en quittant la salle des délibération. L'histoire en retiendra car, ne pas le faire constituera un acte de trahison dont ces élus "du peuple" en seront comptable devant l'histoire du Cameroun.

Fait à Bruxelles le 04/12/2014

La Cellule du communication du CODE
Contact: comitedecoordinationcode@yahoo.fr
http://www.lecode.canalblog.com


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements