Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
POINT DE VUE

Lynchage médiatique du Général Abdoulaye Fall : Gardons-nous de hurler avec les loups!


Alwihda Info | Par - 20 Juillet 2014 modifié le 20 Juillet 2014 - 12:54


Lynchage médiatique du Général Abdoulaye Fall : Gardons-nous de hurler avec les loups!
Depuis quelques jours, le Général de Corps d’Armée Abdoulaye Fall, ex- Haut Commandant  de la Gendarmerie Nationale,  fait l’objet d’un lynchage médiatique savamment orchestréayant comme soubassement une haine qui le dispute à une lâcheté sans bornes. 
 
En effet, un journal de la place consacre de nombreuses pages à la sortie du livre publié par le Colonel Abdou Aziz Ndaw, éphémère Haut Commandant en second de la Gendarmerie Nationale, en distillant des extraits du livre agrémentés de commentaires rédhibitoires de  journalistes tendant à présenter le Général Fall comme un traitre à la nation, un comploteur, un prévaricateur des deniers publics, un trafiquant de drogue, etc.
 
Notre intention n’est point d’apporter une contre-argumentation aux accusations du fameux Colonel Ndaw décrit comme un officier courageux et intègre ; et lui-même ne cessant de clamer le sens de son engagement que porte même le titre de son livre. Notre seul souci est  ici d’apporter un témoignage sur les véritables personnalités du Général Fall et de son contempteur. Pour ce faire, nous allons les déshabiller de leurs fonctions et titres pour ne cerner que leurs personnalités d’hommes tout court.
 
Au Sénégal, tout le monde se connait et nul ne peut berner tout le monde et tout le temps, relativementà sa véritable personnalité. Le Général Fall ne fait pas exception à la règle.  Interrogez ses camarades de promotion aux lycées Faidherbe et Blaise Diagne ou à l’école des officiers de St Cyr ! Interrogez ses camarades, voisins et parents à Yang Yang, Dahra, St Louis et Dakar ! Interrogez les imams des mosquées de Tambacounda, Ziguinchor, Kaolack, Dakar et partout où il a servi ! Interrogez les soldats, sous-officiers et officiers  de l’ENSOA, de l’Etat-Major de l’Armée! Interrogez les  gendarmes, sous-officiers et officiers de la Gendarmerie Nationale ! 
 
La réponse sera constante : Le Général Fall vous sera décrit comme un homme respectueux de l’Etre humain, humble, pieux, honnête, intègre et discret. Sa moralité n’a jamais été remise en question. La personnalité du Général Fall a suivi une trajectoire rectiligne. Depuis sa tendre enfance jusqu'à maintenant, Dieu l’a préservé des vices qui ont pour noms alcool, tabac, drogue et femmes. Ses charges ne l’ont jamais empêché de fréquenter assidûment les mosquées pour les cinq prières,la pratique du wazifa et du hadratoul Juma. C’est ce qui lui a valu son élévation au titre de « Mukhadam » par Serigne Mansour Sy, défunt Khalife Général des Tidianes. Son appartenance à la « tarikha » Tidiane ne l’a pas empêché d’entretenir les meilleures relations avec les Cheikhs mourides, en l’occurrence Serigne Cheikh Ibn Serigne Saliou Mbacké qui l’a véritablement adopté. 
 
Pendant tout le temps qu’il a dirigé la Gendarmerie Nationale, le Général Fall a systématiquement refusé de donner un coup de pouce à ses propres neveux ou autres parents dont certains ont eu à passer trois fois le concours d’entrée à la gendarmerie sans succès. Cela lui a valu des critiques acerbes de la part de proches parents qui lui reprochaient de ne pas faire comme tout le monde au Sénégal. Il n’a jamais voulu faire des interventions pour caser ses propres frères de même père et de même mère, qui, jusqu'à présent, sont sans emploi.
 
Par contre, amusez-vous à faire un sondage sur la personnalité du Colonel Ndaw. Interrogez ses camarades de promotion du Prytanée Militaire ! Interrogez ses voisins à Fass ! Interrogez les gendarmes et officiers. Vous entendrez alors ce que vous entendrez.
 
Le Général Fall a acquis dignement ses galons et étoiles. Il a servi pendant près de cinq ans en Casamance pendant les années de braises (souvenez-vous de Médina Mancagne et de Babonda) où son courage et sa témérité n’ont jamais été pris à défaut.
 
C’est fort de sa belle et immaculée carrière d’officier que le Président Wade (avec qui il n’avait aucun rapport) avait jeté son dévolu sur lui pour lui confier sa propre sécurité en le nommant Gouverneur Militaire du Palais.  A ce poste, il fit preuve d’autorité et de courage pour résister à l’entourage du Président Wade découvrant le pouvoir et se croyant tout permis.
 
Conscient de son professionnalisme et de sa loyauté, le Président Wade le nomma Chef d’Etat-major Particulier,  ce qui fut une première pour un officier gendarme. C’est donc logiquement qu’il devint Haut Commandant de la Gendarmerie, un corps d’élite qu’il dirigea pendant huit bonnes années.  
 
Peu de gens savent qu’il a décliné une prolongation que lui proposait le Président Wade qui lui aurait permis de prendre sa retraite à 65 ans au lieu de 60ans. La raison invoquée était qu’il ne voulait bloquer la promotion de ces nombreux colonels méritants.
 
A son accession à la magistrature suprême, le Président Macky Sall le confirma à son poste jusqu'à son départ à la retraite. C’est donc logiquement qu’il devait aspirer  à la reconnaissance de la Nation et àun repos mérité. Malheureusement, c’est cet homme qu’on cherche à salir en le traînant dans la boue.
 
C’est faire insulte aux institutions du Sénégal telles que le Président de la République et la Gendarmerie Nationale que d’affirmer que le Général Fall ait pu commettre incognito et en toute impunité tous les péchés d’Israël qu’on lui prête. L’armée et la gendarmerie ont beaucoup changé. Même les plus hautes autorités ne règnent plus en maitres comme dans l’armée sénégalaise du début des indépendances. Leurs plus petits gestes sont observés et leurs décisions discutées  par la troupe qui regorge d’intellectuels qui ne manquent pas l’occasion d’étaler leurs travers et de les dénoncer. Le Général Fall n’a pas comptéque des amis dans la gendarmerie. Des ennemis, il ena certes eus comme tout être humain. Ces derniers n’auraient pas manqué de sauter sur l’occasion pour le dénoncer s’il avait un tant soit  peu prêté le flanc.
 
Pourquoi diantre notre valeureux Colonel qui clame son engagement n’a pas osé dénoncer les agissements du Général pendant les huit ans durant lesquels ila dirigé la Gendarmerie, si tant est qu’il se reconnaisse un valeureux officier ? Un valeureux officier aurait pris ses responsabilités pour dénoncerle Général Fall et  n’aurait pas attendu que ce dernier prenne sa retraite pour lâchement tirer sur lui. Un valeureux officier ne tire pas dans le dos d’un soldat désarmé, fût-il son ennemi.
 
Le sens du discernement devrait amener l’opinion publique à ne pas hurler avec les loups. La ficelle du complot et de la calomnie est trop grosse pour passer inaperçue. La vérité finira par triompher.
 
Mon Général, «  sa ganaw badang ».  Avec la foi qui t’accompagne, tu triompheras de tes ennemis avec comme seules armes la vérité et l’Aide de Dieu.
 
(Un ancien camarade de lycée du général Abdoulaye Fall)
Article paru dans « Le Témoin N° 1173 » –Hebdomadaire Sénégalais ( Juillet 2014)

Gloria Ronel
Coordinatrice de rédaction. En savoir plus sur cet auteur