Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Mini sommet de la CIRGL à Luanda : Les FDLR et les FAD invités à s’arrimer au processus politique en cours en RDC


Alwihda Info | Par Jonas Mvouanzi - 26 Mars 2014 modifié le 26 Mars 2014 - 21:05

Les chefs d’Etat et de gouvernement de la Conférence internationale de la région des Grands Lacs (CIRGL), réunis ce 25 mars au mini sommet de Luanda, ont réexaminé la situation actuelle en RDC et approfondi l'étude des mesures devant permettre la neutralisation de toutes les forces négatives dans ce pays. A ce titre, une invite a été lancée à l’endroit des FDLR et des FAD à s’arrimer au processus politique en cours.


Par Jonas Mvouanzi

Mini sommet de la CIRGL à Luanda : Les FDLR et les FAD invités à s’arrimer au processus politique en cours en RDC
Autour de l’hôte et président en exercice de la CIRGL, Jose Edouard Dos Santos, six autres chefs d'Etats africains : Denis Sassou N’Guesso de la République du Congo, Joseph Kabila Kabange de la RD Congo, Yoweri Museveni de l'Ouganda, Paul Kagamé du Rwanda, Jakaya Kikwete de Tanzanie et Jacob Zuna d'Afrique du Sud, ont analysé la situation sécuritaire dans la région des Grands Lacs. Les Chefs d’Etat congolais, tanzanien et sud-africain ont pris part à ces assises en qualité d'invités spéciaux.

Les dirigeants de la CIRGL et leurs invités ont exprimé leurs vives préoccupations quant à la persistance des foyers de violences à l'Est de la RDC, où subsistent toujours les forces négatives. Ils ont appelé à la neutralisation de celles-ci par tous les moyens, même militaires en cas de besoin, avant d’inviter les groupes armés persistants de s'arrimer au processus politique en cours en RDC à l'instar des FDLR et des FAD .
Ils ont également exigé aux pays des Grands Lacs de régler tout différend par les voies pacifiques, tout en évitant que certains pays servent de bases arrières aux forces négatives susceptibles de mettre à mal la paix et la sécurité des pays voisins.

Le président angolais, hôte de ces assises, a souligné la nécessité pour les pays de la région de protéger les droits humains et de renforcer les relations de bon voisinage. Il a refusé de laisser subsister les groupes négatifs qui infestent l'Est de la RDC : «Nous ne pouvons pas permettre à des groupes de rebelles, sans aucune base de soutien social et qui violent les principes démocratiques, de continuer à mettre en cause l'Etat de Droit et l'intégrité des frontières nationales, et de déstabiliser la vie économique et sociale ainsi que de garder des populations en otage de leurs pratiques illégales et criminelles », a-t-il indiqué.

L’urgence impose aux Chefs d'Etats de la CIRGL de trouver des mesures concrètes susceptibles de permettre la pacification complète et définitive de la RDC, ainsi qu'à la promotion des relations de bon voisinage entre pays de la région. Denis Sassou N’Guesso, qui attache du prix à la paix, la stabilité de la région et du continent, partage avec l'hôte du mini sommet, des liens particuliers d'amitié et de fraternité dont bénéficient leurs deux pays. Il a été invité à ces assises, notamment, par rapport à son expérience continentale sur les thématiques de paix et de règlement des conflits.


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements