Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
Informations

Mise au point conjointe de Kamougué Wadal ABDELKADER et Saleh KEBZABO, deux députés tchadiens en exil


Alwihda Info | Par - Җ€BIЯ - - 25 Février 2008 modifié le 27 Février 2008 - 09:34

Nous, Présidents des Partis URD (Union pour le Renouveau et la Démocratie) et UNDR (Union Nationale pour le Développement et le Renouveau), déclarons à l’opinion nationale et internationale ce qui suit : (...)
. La libération immédiate et inconditionnelle de MM. Lol Mahamat Choua, Ibni Oumar Mahamat Saleh et N’Garléjy Yorongar, enlevés par des éléments de la Garde présidentielle.
· L’instauration immédiate d’un cessez-le-feu sur l’ensemble du territoire national.
. La création, en procédure d’urgence, d’une Commission internationale d’enquête chargée de faire la lumière sur les arrestations opérées à la faveur de ces évènements...


Mise au point conjointe de Kamougué Wadal ABDELKADER et Saleh KEBZABO, deux députés tchadiens en exil
Les évènements du mois de février 2008 ont malheureusement ramené le Tchad au devant de l’actualité et ce, en dépit des accords signés à N’Djaména entre le Gouvernement et l’opposition démocratique d’une part, et à Syrte (Libye) entre le Gouvernement et l’opposition armée, d’autre part.



Après une réflexion approfondie de cette situation devenue endémique depuis l’indépendance de notre pays, et solidaires des propositions jusqu’ici annoncées par la CPDC (Coordination des Partis Politiques pour la Défense de la Constitution), nous, Présidents des Partis URD (Union pour le Renouveau et la Démocratie) et UNDR (Union Nationale pour le Développement et le Renouveau), déclarons à l’opinion nationale et internationale ce qui suit :

1- Le Gouvernement fait une mauvaise gestion de la crise et pose des actes nuisibles à l’entente entre les communautés nationales. Ainsi, profitant du retrait des rebelles de N’Djaména le 3 février 2008, il a procédé à l’arrestation des leaders de partis politiques, dont certains ont eu leur salut à l’étranger ou dans la clandestinité.

2- La communauté internationale, la France notamment, a choisi de soutenir massivement le pouvoir en place, au lieu de l’amener à emprunter le chemin de la paix pour son pays.

De ce qui précède, nous invitons la communauté internationale à accompagner le Tchad dans la recherche d’une paix véritable et durable par :

· La libération immédiate et inconditionnelle de MM. Lol Mahamat Choua, Ibni Oumar Mahamat Saleh et N’Garléjy Yorongar, enlevés par des éléments de la Garde présidentielle.
· L’instauration immédiate d’un cessez-le-feu sur l’ensemble du territoire national.
· La création, en procédure d’urgence, d’une Commission internationale d’enquête chargée de faire la lumière sur les arrestations opérées à la faveur de ces évènements.
· La convocation sans délai d’un dialogue national inclusif, sous les auspices des Nations unies, de l’Union africaine et de l’Union européenne, afin d’aboutir à la paix et à la réconciliation nationale tant attendue par les Tchadiens depuis des décennies.



Le 25 février 2008

KAMOUGUE WADAL ABDELKADER SALEH KEBZABO
Député, Président de l’URD Député, Président de l’UNDR

EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements