Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Municipalisation accélérée au Congo : La Bouenza désenclavée en un temps record


Alwihda Info | Par Olive Jonala - 13 Août 2016 modifié le 13 Août 2016 - 22:49

Les populations de la Bouenza ont manifesté leur reconnaissance et remerciement au président, Denis Sassou N’Guesso, ce 13août 2016, par l’enthousiasme dont elles ont fait montre au boulevard de Madingou à l’occasion de la présentation des projets de la municipalisation accélérée de la Bouenza et des festivités marquant le 56 ème anniversaire de la fête nationale du Congo. La Bouenza qui accueille la dernière édition, douze ans après, a bénéficié d’un large éventail d’ouvrages pour un coût global de 90 milliards 500 millions de francs CFA, sur les 450 prévus.


Municipalisation accélérée au Congo : La Bouenza désenclavée en un temps record
Une des voiries urbaines de Madingou

Qui l’aurait cru que le rouge de la latérite se transformant en poussière à chaque passage d’un véhicule, en l’espace de 4 mois et demi, serait bitumé et offrir un meilleur un cadre de travail et de vie à Madingou. Ces flasques de boue en temps de pluie ne sont plus qu’un vague souvenir. Une véritable renaissance et réussite, selon le préfet de la Bouenza, Célestin Tombé Kendé, qui n’a pas manqué de saluer les efforts du président Denis Sassou N’Guesso et de la première dame, marraine de toutes les municipalisations accélérées.

En effet, deux villes ont principalement bénéficié des bienfaits de la municipalisation accélérée du département de la Bouenza. Son chef-lieu, Madingou, et Nkayi, la plus grande ville du département qui fait office de capitale économique. Rendant public, le rapport sur la municipalisation accélérée de la Bouenza, le ministre de l’aménagement du territoire en charge des grands travaux, Jean Jacques Bouya, a noté un éventail d’ouvrages, parmi lesquels les projets dits grands travaux, liés étroitement aux festivités marquant le 56 ème anniversaire de l’indépendance, et les projets dits préfectoraux.

Dans ce processus, a ajouté Jean Jacques Bouya, le ministère de l’équipement et de l’entretien routier a pu réaliser trois projets routiers, en dépit de la conjoncture. Il a cité notamment 129,6 km de routes ouvertes et aménagées sur 322 prévus, 67,8km de routes latéritées sur 321,64 km prévus et 16 ouvrages de type dalot construits.

Dressant le bilan des 12 ans de la municipalisation accélérée, le ministre de l’aménagement du territoire, a dit que le chemin parcouru a été « couronné de difficultés certes, mais aussi de succès tangibles. » il a tiré trois enseignements au sujet du premier cycle de la municipalisation accélérée. Il s’agit, a-t-il noté, d’abord de l’étroitesse de la relation entre les investisseurs et le bien public, allusion faite ici au classement du Congo dans le hit-parade des « nations qui attirent davantage des partenaires », ensuite de l’importance évidente des infrastructures dont le stock mesurable « jusqu’ici constitue le soubassement de l’économie » et enfin l’accroissement de la mobilité et ,ce « grâce à l’éviction du désenclavement de l’arrière-pays… »

A noter que, la municipalisation accélérée a été lancée en 2004 avec pour ambition d’équiper et de moderniser les villes du Congo. Elle a permis de dynamiser l’économie et d’améliorer les conditions de vie des populations. La Bouenza qui accueille la dernière édition profite déjà de l’ouverture de la nationale N1 pour exporter ses produits et est entrain de renouer avec son passé industriel grâce à l’ouverture, sous peu, de la plus grande cimenterie du Congo « Dangoté Cimente. »



 


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements