Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERVIEW

Nelson Ndjadder, je suis le président du FRD, mouvement politico-militaire en Centrafrique


Alwihda Info | Par - 1 Octobre 2014 modifié le 1 Octobre 2014 - 19:44

Opposant de la Séléka de Michel Djotodia et au président déchu François Bozizé. François-Nelson Ndjadder est le fils du Général NDJADDER BEDAYA François assassiné le 28 Mai 2001, et est également le fondateur du partit politique les Forces révolutionnaires pour la Démocratie en Centrafrique(FRD).
Il donne des explications sur son parcours et ses envies à Africa24monde.com.


Africa24monde : François-Nelson Ndjadder Bonjour,

Bonjour

Parlez nous un peu de vous,

Je m'appelle François Nelson Ndjadder, je suis le président des forces révolutionnaires pour la démocratie, mouvement politico-militaire en Centrafrique.

Quel est l'historique des FRD, qui étaient les premiers membres?

Les FRD ont été crée suite à ma démission de la Séléka par moi et certains officiers qui m'ont suivi, parce que nous pressentions les dérives criminelles de Michel Djotodia qui rêvait de transformer la Centrafrique en un état islamique et qui ne pensait qu'a se venger des centrafricains, s'enrichir avec les siens.
La reconstruction de la Centrafrique, même la cohésion nationale n'avait pas sa place..L’idée qui a soutenu la création des FRD était de réunir tout les centrafricains sans exclusive et faire impliquer tout un chacun dans la nouvelle reconstruction du pays.

Vous démissionnez du(CPSK) Convention Patriotique Pour Le Salut Du Kodro en mars 2013 pour créer votre propre partit, les Forces Révolutionnaires pour la Démocratie en Centrafrique(FRD). Pourquoi ? Quel était le motif ?

Comme je vous l'ai dit, notre mission n’était pas de nous venger ni de tuer ou de massacrer nos frères et sœurs centrafricains mais de reconstruire le pays et amener la jeunesse à prendre ces responsabilités et en finir définitivement avec l'esprit de ségrégation et du favoritisme ethnique .
En un mot ma vision pour la nouvelle Centrafrique a été trahit donc je ne pouvais pas poursuivre mon combat aux côtés de ceux qui voulaient vendre mon pays aux étrangers..

Vous accusez François BOZIZE d'avoir plongé la République Centrafricaine dans cette situation chaotique. Est ce c'est vrai ?

Ce n'est pas une accusation en l'air, c'est la vérité et c'est connue de tous, j'ai été le tout premier centrafricain a le dénoncer haut et fort je réitère fermement mes propos. BOZIZE en prenant le pouvoir grâce à des mercenaires étrangers et avec ces parents et enfants ont plongé ce pays dans le chao y compris la Séléka de Michel Djotodia. Jean jacques DEMAFOUTH et autre, mais la listeest très longue et ils vont répondre tôt ou tard .

Votre père, le général NDJADDER BEDAYA François, a été assassiné le 28 Mai 2001, par qui ? et pourquoi ?

Je vous remercie pour cette question qui me permettra une fois de plus de faire le point sur la disparition tragique de mon père. Mon père le Général NDJADDER BEDAYA François a étéassassiné lâchement par François BOZIZE et Jean Jacques DEMAFOUTH, tous deux commanditaires, mission exécutée par l'actuel Directeur de la gendarmerie centrafricaine, DAMANGO Guy Bertrand et le commandant Anatole NGAYA. Parce-que mon père représentait un véritable obstacle ou un mur en béton pour tout ceux qui voulaient prendre le pouvoir des mains de Ange Félix PATASSE, élu démocratiquement, donc il fallait que ces lâches éliminent physiquement le chef de la sécurité, mais comme vous le savez il n'ont pas pris le pouvoir pour autan. Ils ont oublié que le Général avait des enfants capables et que ceux ci pouvaient un jour venger leur père, et frapper à tout moment les responsables de ce crime. Il faut savoir que les enfants NDJADDER n'ont pas encore fait leur deuil ni même pleurer leur père parce que le temps n'est pas encore arrivé et c'est bientôt.

Votre pays , la Centrafrique est devenu en quelques années un des pays les plus insécurisé en Afrique. que pensez vous ?

C'est vrai, mon pays est l'un des pays au monde le moins recommandé, avec la Syrie et l'Irak et d'autre. C'est encore le pays où il y a des morts tous les jours, des violations des droits humains et surtout une impunité insupportable. Il faut savoir et c'est ce que je dénonce sans arrêt depuis plusieurs mois, rien n'est véritablement entrepris par les autorités de la transition pour endiguer cette insécurité récurrente qui empêche le peuple centrafricain de vaquer à ses occupations quotidiennes. Aujourd'hui encore, des armes continues de rentrer sur le territoire centrafricains sans contrôle. Toutes ses armes en provenance de la Lybie qui transitent par le Tchad ou le Soudan sont encore l'une des causes de cette insécurité que vous dénoncé. Mais nous n'oublions pas le rôle de tous ses politiciens véreux qui n'ont de cesse d'alimenter à dessein l'instabilité dans ce pays.

A un moment donné, certaines personnalités centrafricaines prononçaient le mot " division" du paysen deux. Quel était votre réaction ?

Si vous vous rappelez, c'est l'un des projets de Michel Djotodia et c'est d'ailleurs, comme je vous le disais, l'une des raisons qui m'ont amené à quitter la Séléka et à créer avec mes amis les FRD.

Est ce que certains rebelles centrafricains ont eu des liens avec des hommes politiques Camerounais, un soutien ou complices par exemple ?

C'est possible, nous savons que certains rebelles centrafricains ont transité par le Cameroun, il n'est pas impossible que des opposants camerounais aient eut envie de profiter de ces circonstances pour créer de l'instabilité dans leur pays. Les FRD n'ont pas de bases à l'extérieur de la RCA et pas de complicités étrangères.

Quel est votre point de vu sur l’invasion de l'armée Française sous couvert de l'Opération Sangaris en Centrafrique ?

Nous ne pouvons pas parler d'invasion, je vous laisse la paternité de ces propos. Ce que nous disons c'est que la France, pays ami de la Centrafrique n'a pas pris toute la mesure de la complexité de la crise centrafricaine. Si la France était intervenu pour sauver le peuple centrafricain d'un génocide, par solidarité avec son ancienne colonie, elle a réussi sa mission. Mais nous attendions mieux de la France.

Vous n’avez pas peur de représailles même étant en France ? et si quelque chose vous arrivait ?

je suis serein et j'attend fermement la première personne qui oserait s'en prendre à mon intégrité, parce que je n'hésiterai pas à frapper très dur pour que mes détracteurs ressentent la douleur au risque d'y laisser leur vie, donc je suis serein. Par rapport au droit, mon combat est loyal et je l'ai dit plusieurs fois aux autorités françaises. Je respecte le pays qui m'accueille.

La maire de Bangui, Catherine Samba-Panza est présidente actuellement, vous la soutenez ?

Pour commencer elle n'a jamais gagner les élections loyalement elle a juste été nommée. Au début je croyais en elle, mais elle a commencé à répéter les mêmes erreurs de ces prédécesseurs en favorisant l'idée ethnique et remplir ces comptes bancaires à l'étranger, en un mot s'enrichir.

Vous dites que l'ancien président de transition Michel Djotodia avait donné des diamants au président sénégalais actuel Macky Sall en échange de plusieurs faveurs. Pouvez-vous être plus précis?

Vous faites allusion aux allégations d'une certaine presse. S'il y a du vrai concernant ce dossier, je laisse le soin à la justice de se prononcer, encore faut il qu'elle soit saisie. Je n'ai pas d'autres informations que celle véhiculée par les médias. Pour ma part, l'Etat centrafricain devra poursuivre toutes celles et tous ceux qui auront trempé dans des malversations. Bozizé, Djotodia et même Catherine Samba Panza avec l'affaire de l'aide financière angolaise.

Le gouvernement français vous propose-t-il un soutien diplomatique ou matériel? Quelles rencontres avez-vous eut?

Je suis en très bonne relation avec les autorités françaises par rapport aux liens qui unissent la Centrafrique et la France. Je ne demande rien de particulier à la France pour moi et mon mouvement.

Quel est la solution pour faire sortir la Centrafrique de la crise ?

Les choix stratégiques des autorités centrafricaines ne sont pas les plus judicieux en conséquence nous proposons la destitution de madame SAMBA PANZA de son premier ministre et du CNT et leur remplacement par des compatriotes intègres et courageux, qui auront à cœur de sauver la République Centrafricaine.

Quel est votre plan de sortie de crise? Et si c’était vous le président aujourd'hui qu'allez vous faire?

Les crises récurrentes que vit ce pays sont le fait d'une poignée d'hommes et de femmes véreux attachés à leurs intérêts personnels et qui se retrouvent d'année en année aux commandes du pouvoir. Lorsque le peuple se sera débarrassé de ses bandits en les mettant aux arrêts, nous verrons plus clair. Mais d'ores et déjà:
- La CPI doit engager des poursuites à l'encontre des responsables politiques depuis 2003, des responsables et exécutants des Séléka et des Anti Balaka, désarmer leurs troupes et les renvoyer dans leurs foyers respectifs,
- Mettre sous mandat onusien pour trois années: l'administration du territoire, l'armée, la police et la gendarmerie, la justice et les finances. Le financement de ce mandant étant susceptible d'être couvert par les ressources nationales sur vingt ans.
- Durant cette période, des élections au suffrage indirect seront organisées, même en 2015, suivies du choix d'une nouvelle constitution.
Nous ne pouvons plus faire l'économie d'une mise sous tutelle onusienne pour sauver le pays, c'est ma conviction.

Propos recueillis et Ecrit par Tinno Mbang


FRANÇOIS NELSON NDJADDER . FNN PRÉSIDENT DES FORCES RÉVOLUTIONNAIRES POUR LA DÉMOCRATIE .+33629837955/+33658063565

Interview envoyée à la rédaction d'Alwihda info par l'intéressé.


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements