Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
LIVRE

Orphelin en pays tchadien, un récit du Professeur Avocksouma Djona

Enterrons l’enfant de la veuve avec sa mère


Alwihda Info | Par - 3 Août 2013 modifié le 3 Août 2013 - 17:35


Orphelin en pays tchadien, un récit du Professeur Avocksouma Djona
Le Professeur Avocksouma Djona présente son livre autobiographique intitulé "Enterrons l’enfant de la veuve avec sa mère" aux éditions l'Harmattan.

Au Tchad, en pays moussey/marba, Djona est le nom générique donné à un garçon né à sa naissance orphelin de père.

Ce dernier s’inscrit lui-même à l’école, comme bon nombre d’autres enfants de sa contrée, mais doit affronter les affres de la vie dès l’enfance. Quand bien même la souffrance est à l’orphelin ce que sont la lumière et la chaleur au soleil, tout orphelin qui espère n’en est plus un dès lors que, lâché seul dans la vie, il entend être maître de son destin.

Lorsque éclate la guerre civile au Tchad en 1979, Djona est emprisonné par les hommes d’Hissein Habré à l’abattoir de Diguel. Il s’en sort à bon compte pour avoir sauvé la vie de l’un de ses geôliers souffrant d’une crise palustre. Réfugié politique par la suite, il parcourt le monde à l’occasion de ses études universitaires : le Congo, la France et le Canada où il obtient un PhD en santé publique en 1995 à l’université de Montréal.

Malheureusement, « il lâche la proie en Occident pour l’ombre » au CIESPAC (Centre Inter-États d’Enseignement Supérieur en Santé Publique), au Congo-Brazzaville, où il affronte farouchement la fameuse nébuleuse « Françafrique ». Son retour, dans son pays natal, en 1997, lui permet de mener une carrière universitaire, non sans encombre.


Avocksouma Djona Atchénémou est le tout premier maître de conférences agrégé en sciences de gestion du Tchad, et il a été plusieurs fois ministre dans son pays. Il travaille actuellement dans un organisme du système de Nations Unies à Brazzaville, au Congo.