Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
POINT DE VUE

Plaidoyer pour des Bibliothèques publiques en R.C.A.


Alwihda Info | Par Léon Kidjimalé Grant - 9 Octobre 2014 modifié le 9 Octobre 2014 - 22:55


Par Léon Kidjimalé Grant.

Ah ! la Centrafrique ! Ah ! Bangui que je connais le mieux! Un Pays et/ou une ville sans une Grande Bibliothèque publique est un Pays et/ou une ville, sans cervelle et sans âme ! L’Éducation populaire, socle du vivre-ensemble, a besoin d'un Lieu où souffle l'esprit ! En Tunisie, mon ami qui occupe un poste important au Ministère de l’Éducation nationale, s'était laissé convaincre par moi! Ils ont même des bibliothèques.ambulantes qui desservent les provinces et les campagnes du Pays..Et oui !.Nul n'est prophète chez soi...
 
Ah! Centrafrique! Pays où les seuls lieux d'évasion sont les bars à alcool !
 
Comment n' y a-t-on jamais pensé ? Il n' y a rien ni une minuscule bibliothèque... C'est "merveilleusement" Navrant !
 
Pourquoi éduquer un Peuple que l'on veut abrutir ? Il y a peut-être une « nolonté » ( négation d'une volonté) politique qui nous dépasse, car ceux qui ont été aux affaires successivement au Pays, sont loin d'être tous des idiots.
 
J'ai du mal à comprendre que quelqu'un qui avait fréquenté le Centre Beau-bourg,ou Georges Pompidou, etc... ou la Bibliothèque Sainte Geneviève ( que j'affectionne), ou plus simplement les petites bibliothèques de quartier qu'il y a dans toutes les communes de France et de Navarre, n'ait point pensé voir quelque chose de telle dans son Pays...
 
Franchement pathétique !
 
Après que l'on ne s'étonne pas que cette Jeunesse détourne sa force de vie vers la bestialité ou la destruction !
 
Les trois dernières : celle du Centre Protestant qui m'a forgée, le Centre Culturel Français parti en fumée, et le Centre Culturel Américain où je m'y rendais les samedi perfectionner mon Anglais, ont tous fermé, plongeant ainsi les esprits jeunes dans l'obscurité...
 
A Bangui, je serai mort avant tout d'ennuis ou je me serai asséché et dégénéré progressivement ...
 
Il y a certes Internet, mais cette marche vers les lieux où se trouvent des ouvrages anciens ou neufs et des lecteurs, ce silence, la lecture gratuite des journaux, ou simplement s'asseoir, se poser pour « tuer » le temps - est irremplaçable ...
 
Je comprend donc les parents qui, de passage, veulent ou lorgnent d'envie ma superbe bibliothèque. patiemment constituée , et toujours inachevée ...
 
LKG