Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
COMMUNIQUE

Plus de 400 morts en Méditerranée: La réaction amère du Cercle Belgo-Africain pour la Promotion Humaine


Alwihda Info | Par Hugues SEUMO, Secrétaire général - 16 Avril 2015 modifié le 16 Avril 2015 - 13:08

C'est avec consternation que l'asbl CEBAPH (Cercle Belgo-Africain pour la Promotion Humaine) a appris la mort le dimanche 12 avril dernier de plus de 400 immigrés aux larges des côtes italiennes à la suite du naufrage de leur bateau.


Les dirigeants africains devraient se mobiliser face à ces drames récurrents de la Méditerranée. Pour qui voulez-vous conserver vos fauteuils présidentiels si toute la jeunesse devrait mourir à Lampedusa? Ceuta et Melilla ? Pas un discours, pas un deuil continental ou national. Pas la moindre larme ni le moindre remords.

Jusqu'à 400 migrants ont disparu dans le naufrage d'une embarcation de fortune en Méditerranée, selon des survivants, environ 150, débarqués le 14 avril au matin en Italie et interrogés par l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) et l'ONG "Save the children".

Les garde-côtes italiens ont indiqué avoir sauvé 145 migrants, agrippés à leur embarcation qui avait chaviré.

L'asbl CEBAPH, informée de la triste nouvelle adresse aux familles des victimes ses condoléances les plus attristées...Plus que jamais, nous voulons aujourd’hui nous associer à la douleur des familles éprouvées.

Avec cet autre drame de l'immigration clandestine, sans envisager une ouverture totale de ses frontières afin d’éviter l’anarchie, il conviendrait sans doute que l’Europe aborde la problématique de l’immigration de façon à la fois réaliste et plus humaine.

Le phénomène de l’immigration n’en finit pas de tarabuster l’Union européenne. On veut en finir et une bonne fois pour toute. Cependant, pour ce faire, on ne semble pas y trouver la politique adéquate.

A présent, les deux positions adoptées par l’Afrique d’un côté et l’Union européenne de l’autre, sont comme deux pôles à jamais opposés.

En effet, quand l’Afrique suggère des solutions plutôt économiques, susceptibles de l’évacuer des crises dont elle se débat; l’Europe, elle, propose des solutions purement sécuritaires.

Mais, ne voilà-t-il pas qu’on propose la troisième voie. Celle-ci a été suggérée en octobre 2006 par le commissaire européen à la coopération et au développement, M. Louis Michel. Elle consiste en la création d’agences «de migration» dans les pays africains. Cette proposition, qui sera soumise aux débats par la commission européenne dans les jours à venir.

Pour avoir eu l’audace de croire qu’ils pourraient y vivre en paix et dans la dignité, chaque jour, des migrants venus d'Afrique meurent aux frontières de l'Europe suite au naufrage de leurs embarcations de fortune. Ils sont des milliers, qui ne caressent que l’envie de partir, de fuir aux risques et périls de leur vie.

L'asbl CEBAPH pour sa part pense que les Européens doivent être conscients qu’ils sont eux-mêmes à l’origine du flux migratoire exponentiel dans leur continent. Il ne sert à rien d’apporter du soutien à des dictateurs du Sud par exemple.

Dans la plus part des cas, les dictateurs du Sud, soutenus par les Etats Européens, règnent en véritable maître, pillent leur pays, appauvrissent leur peuple, « juvénophobisent » ceux qui représentent l’espoir de leur pays respectif et les plus démunis sont obligés de quitter soit par ce qu’ils ont faim ou encore pourchassés pour leurs idées et leur conviction politique.

Par conséquent, l'asbl CEBAPH exhorte les gouvernements occidentaux

- A mettre sur pied une commission d'enquête indépendante qui déterminera les circonstances du naufrage du 12 avril dernier de cette embarcation de fortune.

- A tout mettre en oeuvre pour suspendre leur soutien à des dictateurs du continent africain et qui sont tous à l’origine de la fuite de leurs citoyens respectifs pour la recherche du bien être.

Aux africains, l'asbl CEBAPH

-Appelle les différentes composantes des mouvements des droits humains et démocratique africains à interpeller d’urgence les dirigeants de leur pays respectif sur leur silence face à cet autre naufrage.

-Les dirigeants africains devraient se mobiliser face à ces drames récurrents de la Méditerranée. Pour qui voulez-vous conserver vos fauteuils présidentiels si toute la jeunesse devrait mourir à Lampedusa? Ceuta et Melilla ? Pas un discours, pas un deuil continental ou national. Pas la moindre larme ni le moindre remords.

-Chers dirigeants africains, pour venir à bout de ce fléau, il faut beaucoup de composantes dont la voix des chefs d’ Etats africains en premiers. Sortez de vos sommeils avant que tout un continent ne meurt.

Fait à Bruxelles16 avril 2015

Hugues SEUMO
Secrétaire général de l’asbl CEBAPH

Contact presse : asblcebaph@gmail.com

http://cebaph.blogs.lalibre.be/


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements