Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
REACTION

Programme du dictateur de Djibouti : projet de la honte


Alwihda Info | Par amina - 6 Avril 2016 modifié le 6 Avril 2016 - 12:29


Le chaos ou la "somalisation" pour régner

La population de Djibouti se prépare à la mascarade électorale présidentielle d’avril 2016 qui doit aboutir selon le dictateur à la poursuite de son règne. Les journalistes et autres courtisans du dictateur nous bombardent aux quotidiens ses propagandes et chants pour sa gloire. Le nombre des opportunistes augmentent, ils viennent même de l’Europe, de l’Amérique du nord pour chanter sa gloire. Les citoyens de Balbala, de Djibouti-ville, d’Obock, de Dikhil, de Tadjourah, d’Arta et d’Ali- Sabieh se posent des questions sur les nouveautés de son programme. Pourquoi une telle mobilisation des opportunistes ?

Nous avons beau chercher les nouveautés, mais ne trouvons que les vieilles promesses et un bilan catastrophiques qu’aucun président ne peut défendre ? Est-ce que la division des opposants qui a créé un courant d’électeurs vers le dictateur ? Pas vraiment. Il y a trois groupes de personnes qui se déplacent vers le meeting du dictateur : les opportunistes (ses courtisans, les carriéristes, parasites des périodes électorales), les tribalistes et les obligés (policiers, militaires, leurs familles, les fonctionnaires, enseignants…etc). La division de l’opposition a semé des doutes dans l’esprit des Djiboutiens et Djiboutiennes. Est-ce une raison pour soutenir ce dictateur qui a massacré, torturé, séquestré des citoyens ? La réponse est non. Les victimes ne peuvent pas applaudir le dictateur. Que contient son programme de compagne ? Le dictateur n’a pas de programme écrit et donne oralement des fragments d’idées empruntés aux grands dictateurs du passé. Ces collaborateurs parlent « des grands projets ». Tous les dictateurs du passé promettaient à leur peuple des grands projets : des routes, des usines, des chemins de fers et le plein emploi. Quel est le dictateur africain qui a construit son pays? Grands projets signifient des « éléphants blancs », des projets montés pour détourner des milliards. IOG a fait des promesses non tenues. Mentir est son sport préféré. Qu’a -t -il fait de ses promesses de 2011? Fitrer l’eau de mer, le plein emploi, l’enseignement de qualité, la sécurité sanitaire, une richesse bien distribuée, le développement économique, telles étaient les promesses du dictateur. La pauvreté a progressé avec l’inflation et cherté de la vie. Il a détruit le peu de services étatiques qui fonctionnaient. Pour lui, tout l’argent doit passer dans ses poches, rien pour les départements ministériels, pour le fonctionnement des services de l’état. Il pense acheter les consciences ou obliger les fonctionnaires. Lui et ses courtisans répètent les mêmes promesses : création des nouveaux ports, par ici et la , qui vont recruter tous les chômeurs . Ce qui constitue une insulte à l’intelligence, car les deux grands ports de Djibouti (DCT et PAID) emploient moins de 10000 employés. Il parle de pipeline comme si une canalisation pour produits pétroliers allait créer de l’emploi. Il parle de Madina Nour, des aéroports, des zones franches chinoises.

Notre pays possède une seule aéroport qui a dit mal attiré les avions-cargos et autres du fait de la politique désastreuse du régime; une ou deux avions atterrissent par jour actuellement. Pourquoi une autre si ce n’est pas pour détourner l’argent du pays? Combien d’avions par mois pour cet aéroport en pleine campagne? Quels sont les coûts de ces projets ? En réalité mes chers (es) compatriotes ces projets n’aboutiront pas, ce sont justes des leurres pour les patients atteints d’Alzheimer (perte de mémoire). Lui et ses courtisans voleront le pays avec des dettes colossales pour nous et nos enfants. Pourquoi n’a-t –il pas fait ce projet durant son troisième mandat. Son bilan se résumé, disparitions des services de l’état, faillite des entreprises( par exemple, des transitaires ont fermés pour laisser la place à sa proche famille), la répression, massacres, tortures et séquestration des femmes, des enfants et des vieillards qui nous en ont marqués. Quel est alors son vrai programme? Préparer le cinquième mandat en divisant encore les 800000 citoyens de ce petit pays. L’absence de réaction face aux massacres lui a fait croire à la victoire de son projet de haine et de division tribale associé à la répression aveugle des citoyens ordinaires opposés à sa politique. Il y aura plus des massacres, de tortures, de licenciement dans les cinq années à venir par rapport au quinquennat passé. Il a déjà planifié les prochaines victimes, les prochains massacres. Nous sortir de la misère ne sera jamais son projet. Il parle de la santé qu’il a axphysée, de l’éducation qu’il a conviée à un individu immature. Ce dictateur est malade, il souffre de troubles obsessionnels et se sent ersécuté. Après son arthroplastie du genou, il prend régulièrement selon ses proches des injections des corticoïdes dont les effets secondaires sont hallucinations, irritabilités, sentiments d’être persécutés…etc . Relisez sa dernière interview à « jeune à fric », vous allez comprendre ses obsessions. Sa maladie et son vieillissement contribueront sans doute à son déclin intellectuel et le pousseront à plus de massacres ou à la guerre civile. Voter pour lui est voter pour la somalisation. Seul le Frud armé peut l’arrêter, car il dispose de l’armée, de la police et de la gendarmerie pour étouffer toute révolution populaire. C’est un Bachar Asad en puissance. Les dictatures sont les pires situations d’exploitation de l’Homme par l’Homme après l’esclavage.

Nous devrions nous poser la question : comment sauver ce pays du chaos ? il faut d’abord un sursaut national, oublier le clanisme, le tribalisme et s’entraider. Aider les combattants pour la liberté. Aider les enfants des victimes de Bouldouqo, d’Arhiba, de quartier 5 et autres. Ce dictateur n’est pas fort, les 10 lionnes en France, victimes de viol l’ont ébranlé par leur grevé de faim. Il faut des actions bien réfléchies de ce type pour le faire déguerpir. Ne perdons pas notre temps à insulter les autres opposants qui ont choisi de participer aux élections, car il n’y a pas une seule stratégie pour chasser un dictateur. Les pays occidentaux regardent leurs intérêts et ne chasseront jamais ce dictateur, tant qu’il fait ce qu’eux lui demandent. C’est aux citoyens djiboutiens de sauver leur pays. Le boycott de 10 années n’a pas fait réagir ces pays démocratiques ; Ils soutiendront celui qui règne. Il faut être réaliste le dictateur voulait le boycott de l’opposition pour régner encore. Surtout il ne faut pas voter pour cet homme qui a tué des citoyens innocents, dont la petite Soumeya, Houmed,…etc. Pensons avant de voter aux victimes, aux femmes violées, aux défenseurs des libertés qui croupissent dans les geôles du dictateur. Votons pour le candidat de l’usn. Il est la cible de la dictature. Ce qui va constituer au moins une source de motivation pour les futurs dirigeants de l’usn et montrera notre détermination à lutter pour l’avènement de la démocratie. N’écoutons pas à ces ministres tribalistes, directeurs, commerçants, notables qui participent à consolider les pouvoirs du régime.

Quant aux lièvres de cette élection, leur vie politique prend fin le 9 avril. Rappelez -vous au discours de Guireh Meydal, « celui qui trompe les citoyens sera rejeté par la terre après sa mort ». Il est donc inutile de leur donner une importance. La question essentielle est, comment faire renaître, une opposition crédible, solide face aux dictateurs. Le pays ne manque pas d’hommes et de femmes courageux. Lui fera tout pour retard la formation d’une opposition solide. Notre solidarité et l’amour de l’autre feront triomphe la liberté et la démocratie.


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements