Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
REPORTAGE

Quand la CIA alertait sur la lutte des factions et craignait une division du Tchad


Alwihda Info | Par - 15 Février 2017 modifié le 15 Février 2017 - 14:02

Dans un rapport secret intitulé "Origines et impact des conflits fractionnels au Tchad", de plusieurs pages, récemment déclassifié, la CIA (renseignement US) alertait sur les risques de divisions au pays de Toumaï et craignait une partition du pays dans les années 80.


Tchad. Des soldats français apprennent le maniement d'un lance-roquettes aux troupes gouvernementales.
Tchad. Des soldats français apprennent le maniement d'un lance-roquettes aux troupes gouvernementales.
La lutte des factions du Tchad a fait du pays une cible exploitable pour l'aventurisme libyen qui menace les Etats voisins et les intérêts occidentaux dans la région. Bien que les troupes libyennes aient quitté le Tchad à la fin de 1981, les tensions ethniques, régionales et sociales continuent de nourrir les rivalités entre factions et l'instabilité politique. Les perspectives de prévention des nouvelles turbulences et de limitation des possibilités d'intervention étrangère semblent mauvaises.

Plus de deux ans après son arrivée au pouvoir, le faible gouvernement de coalition du président Goukouni a eu peu de succès pour contenir les querelles entre groupes concurrents et montre de nouveaux signes de démêlage à la suite de rivalités personnelles. Le Tchad est moins une nation qu'une expression géographique commode pour une arène où des bandes armées hostiles font une vieille lutte de pouvoir avec peu ou pas de prétentions idéologiques.

Le Tchad aux temps modernes ne connaît une relative stabilité que pendant les périodes d'occupation militaire étrangère - d'abord par la France et, l'année dernière, par les Libyens entrés en vigueur en octobre 1980 pour renverser les faiblesses militaires du régime de Goukouni contre le ministre de la Défense Habré. Les forces de maintien de la paix qui ont été envoyées au Tchad par l'Organisation de l'unité africaine sont un substitut incertain pour les troupes libyennes qui ont maintenu le calme relatif. Quoi qu'il en soit, aucune puissance occupante n'a pu faire plus que retarder un nouveau bouleversement.

Une autre série de combats majeurs dans la guerre civile de 16 ans au Tchad pourrait bientôt éclater et pourrait finalement mener à une partition formelle entre le nord musulman et le sud chrétien et animiste. Le sud est plus cohérent sur le plan ethnique et sur un pied d'égalité plus économique que le nord et pourrait probablement en faire un seul. Le Nord, cependant, resterait déchiré par des querelles factionnelles et serait probablement soumis à une lourde influence libyenne.

Encore une fois au bord
Alors que 1982 commence, la lutte factionnelle du Tchad s'intensifie. Le gouvernement de coalition du président Goukouni est confronté à une menace de plus en plus grave dans le centre du Tchad, du leader insurgé Habré, dont les forces se sont déplacées ces dernières semaines vers l'ouest de leur bastion vers l'est en une succession de succès qui pourraient faire éclater le régime et une guerre civile à part entière. CV. Les troupes de l'OUA pourraient bientôt faire face à leur premier test comme un tampon neutre destiné à séparer les factions du Tchad. La force de maintien de la paix est réticente à combattre les insurgés, cependant, et il pourrait rester de côté si il ya une confrontation majeure.

Habre espère toujours commercer sur sa force croissante pour regagner un rôle de gouvernement, mais la relative facilité de ses victoires récentes pourrait l'enhardir pour essayer de nouveau saisir le pouvoir. Pendant ce temps, le président Goukouni est confronté à des critiques croissantes de la part d'autres dirigeants de factions du gouvernement pour sa décision de novembre dernier de renoncer aux troupes libyennes. Il semble de plus en plus désespéré et pourrait demander à la Libye de revenir si sa position se détériore beaucoup plus. Les Libyens se sont retirés du Tchad pour montrer en partie à Goukouni qu'il ne pourrait pas survivre aux affrontements chroniques entre les factions de son pays sans eux, et que Triploi viendrait probablement à son aide si son gouvernement devait faire une demande formelle.

La guerre civile: un mode de vie
Le factionnalisme politique est le principal obstacle à la stabilité et au pouvoir centralisé au Tchad. Au moins 16 dirigeants éminents - certains avec des membres armés importants - commandent des degrés divers de soutien parmi les 4,5 millions de personnes du pays et 200 groupes ethniques distincts. Les différends sont fréquents et sont rarement réglés pacifiquement. Certains groupes tentent de temps en temps de concilier leurs différences et de travailler ensemble - comme l'effort actuel des grandes factions pour former une armée nationale intégrée pour maintenir l'ordre -, mais les ressentiments sont si profonds que les accords s'effondrent invariablement.

Les factions du Tchad sont en grande partie le résultat de la géographie et de la sociologie et illustrent les problèmes causés par les frontières territoriales établies arbitrairement pendant l'ère coloniale française. Le pays s'étend du cœur du désert du Sahara dans le nord d'influence arabe aux savanes de l'Afrique noire équatoriale dans le sud et est au carrefour de puissantes influences culturelles et religieuses concurrentes. Le Tchad - comme beaucoup de pays africains - est moins une entité politique qu'un patchwork maladroit d'innombrables groupes ethniques petits et non intégrés, dont beaucoup ont des traditions, des modes de vie et des croyances très différents.

Quatre grands groupes de peuples dominent au Tchad. Le plus grand groupement - le Sara noir - est un peuple cohésif sur le plan culturel qui réside dans le sud au-dessous du 10ème parallèle et représente un quart de la population du Tchad. Au nord de la ceinture de Sara, dans un arc s'étendant du Nigeria au Soudan, vivent un certain nombre de clans arabes fragmentés qui ensemble représentent 14 pour cent de la population et forment le deuxième groupe le plus important. La cohabitation des régions centrale et orientale est un assortiment mélangé de peuples non-arabes islamisés - en particulier le Maba, une collection de tribus de montagne forcées et xénophobes qui ont longtemps fait de l'Est du Tchad un foyer de résistance au pouvoir central. Enfin, dans le désert peu peuplé et les hauts-fonds montagneux au-dessus du 14e parallèle vivent le Toubou farouchement indépendant, un réseau de clans de guerriers mutuellement fétiches, seminomadiques et non arabes qui représentent moins de 4 pour cent de la population, mais ont été à l'avant-garde De la guerre civile du pays depuis 1968.

L'histoire du Tchad depuis le 14ème siècle a été marquée par une lutte acharnée pour la domination entre ses groupes du nord et du sud. Les Maba et les autres peuples musulmans ont dominé pendant la période pré-coloniale et ont terrorisé le sud dominé par Sara avec des raids esclaves fréquents. Après la colonisation du Tchad par la France à la fin du XIXe siècle, les Sara se sont rapidement adaptés à la culture française et ont exploité les possibilités d'éducation et d'avancement, tandis que les Nordistes ont consacré leur énergie à la résistance armée aux Français.

Bien que le nord n'ait jamais été totalement maîtrisé, la France, dans les années 50, avait mis la région sous un certain contrôle, préparant le terrain à la domination politique du sud peu de temps avant l'indépendance du Tchad en 1960.
La domination coloniale française n'a cependant pas abouti à une intégration nationale ni à un sentiment d'identité nationale. Bien que les Français se soient battus pour conquérir le Tchad, une fois qu'ils ont été les leurs, ils ont largement négligé. Le Tchad a donc stagné pendant une soixantaine d'années en tant que colonie française, avec ses clivages internes essentiellement «gelés» alors que les troupes françaises maintenaient la paix. L'économie - au-delà du sud, qui devint le centre de la culture du coton pour l'exportation - restait sous-développée, et les animosités ethniques et régionales traditionnelles continuaient de se dégrader même lorsque de nouvelles formes émergeaient.

Lorsque le gouvernement Sara postcolonial de François Tombalbaye prit le pouvoir en 1960 et réprima sévèrement les dirigeants musulmans accusés d'activités subversives, l'illusion de l'unité nationale fut brisée. Le ressentiment et la discorde ont culminé cinq ans plus tard dans une insurrection pesante spontanée à l'est qui a marqué le début d'un conflit majeur. En 1968, la rébellion musulmane s'est étendue vers l'ouest, puis vers le nord. Les Toubous, alliés à plusieurs autres groupes musulmans dans un mouvement de guérilla appelé le Front pour la libération nationale du Tchad (FROLINAT), ont presque renversé Tombalbaye avant que les troupes françaises, qui se sont retirées du Tchad en 1964, Avant-postes du désert.

Pendant un certain temps, il semblait que le sud imposerait finalement sa volonté au nord, mais les factions de FROLINAT se sont regroupées et se sont encore tournées vers la capitale N'Djamena. Après que la pression intérieure française eut obligé Paris à retirer la plupart de ses forces du Tchad en 1970, les combats reprenaient et progressivement contribuèrent au mécontentement des supporters parmi les officiers militaires du Sud. Pendant ce temps, la Libye a commencé à fournir des armes et des fonds aux mouvements des insurgés du nord et a profité en 1973 de la paralysie politique du Tchad pour occuper la bande d'Aozou, une bande étroite de territoire prétendument riche en minéraux le long de la frontière entre le Tchad et la Libye.

En 1975, de jeunes officiers du Sud se sont emparés du pouvoir, ont installé le général Malloum - un leader faible et peu inspirant de Sara - comme président, et ont essayé sans succès de faire la paix avec les insurgés. En 1979, après une tentative désespérée du régime de Malloum de diviser les rebelles en amenant quelques-uns d'entre eux au sein du gouvernement, N'Djamena est tombé aux mains de Toubou loyal au leader guérillero Goukouni, mettant en boucle la vieille lutte entre le nord et le sud .

Après des mois de luttes politiques parmi les factions musulmanes victorieuses, Goukouni est devenu le chef du gouvernement de transition de l'unité nationale (GUNT), un régime provisoire issu des efforts de l'OUA pour concilier le nombre toujours croissant de groupes scandinaux du Nord avec d'autres qui avaient commencé À émerger dans le sud. Les querelles ont rapidement paralysé la coalition et mené à de nouveaux combats en mars 1980, lorsque le ministre de la Défense Habre, un brillant mais impitoyable chef de faction de Toubou et autrefois chef de Goukouni, a tenté de vaincre militairement les autres dirigeants et de prendre le contrôle.

Goukouni et d'autres forces gouvernementales ont subi des pertes substantielles, et après Habre -nombre de 4 à 1- a commencé à prendre la haute main, le président tchadien a été contraint de demander la Libye pour l'aide directe. Les troupes libyennes sont intervenues en force en octobre 1980 et, deux mois plus tard, ont finalement poussé les rebelles de Habré hors de N'Djamena et les principaux centres de population dans la moitié nord du Tchad. Les Libyens ont gardé l'ordre jusqu'à ce que Goukouni leur demande de partir, et Tripoli, motivée en partie par la pression internationale, ordonne à ses forces de se retirer à la fin de 1981.

Des perspectives désespérées pour la stabilité
Après une année de calme relatif, le Tchad menace à nouveau de devenir le théâtre d'une lutte de pouvoir violente et libre pour tous. Habre est en mouvement, Goukouni lutte pour survivre, Acyl travaille contre les deux, et Kamoungue pèse soigneusement sa prochaine décision. Pendant ce temps, de nombreux dirigeants de moindre envergure (voir le tableau) jouent pour la position et la recherche de moyens pour faire face à la tempête à venir.

Les forces de maintien de la paix de l'OUA au Tchad ont lentement commencé à occuper des positions à l'extérieur de N'Djamena, mais elles sont réticentes à engager les rebelles de Habre ou à s'impliquer dans des querelles entre factions gouvernementales. Les unités de l'OUA sont donc susceptibles de s'avérer inefficaces si les combats majeurs continuent de se propager vers l'ouest. De même, il semble y avoir peu de choses que la France ou d'autres pays occidentaux peuvent faire par la pression diplomatique ou les incitations économiques pour arrêter la dernière dérive du Tchad vers des combats répandus et répandus.

Un retour à une guerre civile à part entière pourrait ouvrir la voie à une partition formelle. Le sud est politiquement et ethniquement plus cohérent que le nord et son économie agricole pourrait lui permettre de survivre sans le reste du pays. Cependant, le Nord resterait instable et les profondes ressentiments des divers groupes musulmans en feraient une cible attrayante pour une nouvelle ingérence du dirigeant libyen Kadhafi, qui a manifestement encore des projets sur la région.

L'espoir de contenir les tensions entre factions et d'empêcher un autre bouleversement repose en grande partie sur la façon dont le gouvernement tchadien traite Habré. Goukouni, Kamoungue et Acyl - malgré leur refus professé de négocier avec le chef rebelle - savent que s'ils ne peuvent pas l'arrêter militairement, ils devront essayer de l'accommoder politiquement. Ramener Habre dans le gouvernement, cependant, pourrait être aussi dangereux que le garder hors. Il ne se reposerait probablement pas longtemps dans une position subalterne s'il conclut une fois de plus que ses chances de prendre le contrôle du gouvernement étaient bonnes.

Si le régime de Goukouni allait désamorcer la menace d'une nouvelle guerre civile en faisant la paix avec Habré, son prochain ordre serait d'essayer d'intégrer toutes les différentes factions dans une armée nationale véritablement impartiale. Ensuite, les factions tchadiennes devraient se concentrer sur l'élaboration d'une forme plus efficace de gouvernement central. Une option pourrait être une structure fédérale, mettant en vedette des administrateurs régionaux ayant une autorité considérable sur les affaires locales, ce qui pourrait aider à apaiser les sentiments séparatistes et préserver un semblant d'unité nationale. Les perspectives de ces développements semblent éloignées, cependant, et la violence factionnelle est susceptible de rester la méthode préférée du Tchad de discours politique pour un certain temps à venir.







EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements