Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

RCA : Encore une morsure des leaders de KITE, Bida Koyagbélé et Yvon Tchikaya


- 18 Mars 2014 modifié le 18 Mars 2014 - 14:24

Juste une image pour toucher la sensibilité de l’intelligentsia centrafricaine à Douala. Les révolutionnaires panafricains du 21e siècle Bida Koyagbélé et le Colonel des forces armées centrafricaines Yvon Tchikaya se sont méthodiquement servis des mots et d’une image photo pour expliquer à une frange de la communauté estudiantine centrafricaine ce qui peut pousser à la révolution d’où le changement d’un Etat.


Bida Koyagbélé intensifie les rencontres avec les étudiants centrafricains de la diaspora

RCA : Encore une morsure des leaders de KITE, Bida Koyagbélé et Yvon Tchikaya
C’est comme un venin hypnotisant que l’ultra nationaliste centrafricain Bida Koyagbélé a injecté dans le psychisme des étudiants centrafricains de Douala à l’heure où ses détracteurs se laissent pousser la barbe dans de campagnes de dénigrement. Prêchant la paix, la liberté de culte, la réconciliation nationale, la nécessité de l’unification des partis politiques centrafricains pour libérer la Centrafrique de l’emprise du néo colonialisme afin de fixer le cap sur un futur paisible et plein d’ambitions, l’homme d’affaires centrafricain engagé pour l’indépendance économique de la Centrafrique, a réveillé chez ses jeunes compatriotes à Douala les flammes endormies de l’amour de la Nation. Plus d’une centaine d’étudiants ont répondu présent à l’appel de celui que le régime transitoire actuel de Bangui qualifie à raison ou à tort de Chef rebelle voire d’un personnage controversé. L’objectif de cette réunion qui a eu lieu le 15 mars dans un bistrot de Douala est de poser de solide fondation de la révolution paysanne, panafricaine dénommée KITE (défi) au Cameroun.
 
Faisant preuve d’une curiosité remarquable, cette frange de la jeunesse centrafricaine de la diaspora va très vite en besogne en interrogeant la cohorte des révolutionnaires, Bida Koyagbélé et ses frères paysans, sur les raisons de cette lutte engagée par le Mouvement KITE. Pour répondre, Yvon Tchikaya, porte-parole de ce mouvement a expliqué que KITE n’est pas un parti politique comme les autres mais une plate forme regroupant tous les patriotes sensibles à l’idée d’un changement profond de la condition d’un peuple par une révolution. Ensuite, le panafricain Bida Koyagbélé a ouvert son téléphone smart phone et a montré à l’assistance la photo d’une ambulance mise à la disposition de l’Hôpital urbain de Pahoua par une ONG intervenant en Centrafrique notamment COOPI. Cet engin sanitaire doté par cette organisation est un « pousse-pousse » sur lequel est marqué Ambulance. « Pensez-vous que c’est dans cette ferraille que nous devons acheminer nos parents malades au centre de santé? », ‘a-t-il interrogé les étudiants. Cette question a plongé la salle dans un silence absolu pendant près d’une minute tandis que la main de Koyagbélé mouvait pour faire voir la photo à chaque assistant. A la reprise des échanges, les étudiants ont à tour de rôle exprimé leur déception allant de l’échec de la classe politique centrafricaine actuelle à l’échec de la politique coloniale. De grands courants idéologiques révolutionnaires essentiellement ceux de Barthélémy Boganda, Mao Zedong, d’Hamilcar Cabral, Thomas Sankara, et d’Hochiminh ont été brièvement décortiqués par les leaders de KITE. Bida Koyagbélé leur a également montré l’importance de mener un combat pour gagner l’indépendance économique de la Centrafrique qui selon lui est le nœud de la crise centrafricaine.
 
Au journaliste de Kangbi Ndara présent lors de cette rencontre, Bida Koyagbélé a expliqué qu’en raison des conflits en Centrafrique, la communauté centrafricaine a vu son effectif s’accroitre au Cameroun principalement dans les Villes de Douala, N’Gaoundéré et Yaoundé. « Il est de notre devoir d’expliquer à la jeunesse centrafricaine au Cameroun les fondements de la crise actuelle n’est qu’une guerre du pétrole dans un pays ou l’on a découvert le 4e plus gros gisement pétrolier en Afrique Après celui de l’Angola avec un potentiel de 8 million de barils /jour. De même il s’est aussi penché sur les biens fondés de la révolution que nous menons. Une révolution animée d’une ambition, d’une volonté de puissance pour le pays, un combat pour l’unité, la réconciliation et l’indépendance économique. », Koutenou Ramatou Hocine étudiante en quatrième année de banque finance qui a pris part à cette réunion non seulement par son assistance mais par sa participation a donné ses impressions en ces termes : « C’est la première fois que j’assiste à un tel évènement. Je considère comme un évènement. Pas de promesses farfelues mais une autre lecture des réalités centrafricaines passées et présentes. Je me sens très engagée pour la cause de mon pays ».
 
Bida Koyagbélé entend descendre très prochainement en République Centrafricaine pour rencontrer les paysans après plusieurs mois d’absences au niveau de Bangui mais très présent auprès des populations de Ouham et de Ouham Péndé dans l’arrière pays. Il compte également organiser un congrès avec les associations de la jeunesse centrafricaine pour parler de la révolution qui, selon lui, va non seulement changer l’histoire de la Centrafrique, mais aussi de l’Afrique.
 
Kangbi Ndara

RCA : Encore une morsure des leaders de KITE, Bida Koyagbélé et Yvon Tchikaya



Dans la même rubrique :
< >

EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements