Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
COMMUNIQUE

RCA : L'armée française lance un assaut contre la Seleka


Alwihda Info | Par - 4 Août 2014 modifié le 4 Août 2014 - 21:47


Communiqué de presse N°004 20140804.
 
relatif à la violation flagrante de l'accord de cessation des hostilités
 
 
 
Depuis ce matin, en violation flagrante de l’accord de cessation des
hostilités signé à Brazzaville, un convoi de six véhicules de la force
française Sangaris et huit véhicules des antibalakas venant de Bouca en direction de Batangafo, avec le soutien de deux avions types Mirages et deux hélicoptères, ont ouvert le feu sur les éléments de la Séléka faisant plusieurs morts et plusieurs blessés.
 
Nous prenons l’opinion nationale et internationale à témoin sur ces
agressions contraire à la lettre et l'esprit de l'accord de Brazzaville et exprimons notre étonnement par rapport à l’attitude de l’Etat centrafricain et des forces internationales présentes en RCA qui  n’ont en aucun moment condamné ou dénoncé ces agressions.
 
 
 
Le Bureau Politique

Gloria Ronel
Coordinatrice de rédaction. En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par oumar banga le 05/08/2014 22:33 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
on a signé l accord a BRAZAVILLE céssation d hostilité et voila les sangaris et les balaka attaque les ex seleka

2.Posté par adjoro le 06/08/2014 14:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
OUMAR BANGA
seleka ne se reconnait pas dans l'accord de Brazzaville
pour seleka Brazzaville n'engage que ceux qui l'ont signé, alors toi homme vaillant dit à seleka de reconnaitre l'accord, malheureusement le fanatisme, fou de dieu et le dénominateur commun islam veut se mettre au dessus de ce que les hommes ont mis en place LOI, REGLE de la société.

3.Posté par adjoro le 06/08/2014 14:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
CENTRAFRIQUE: LES TROIS POINTS NON NEGOCIABLES

Publié par CENTRAFRIQUE LIBRE le 06 août 2014


1) Il n’aura point d’amnistie pour les crimes commis. Par conséquent M. Djotodia et sa bande de criminels s’attendent à être transférés devant les tribunaux. Il en est de même pour M. Bozizé et sa bande. Ils devront bénéficier de toute possibilité pour assurer leur défense conformément au droit international. Il s’en suivra, la réparation et l’indemnisation des victimes ou de leurs familles.

2) Il n’aura pas de constitution de gouvernement sur la base confessionnelle. Mais les 16 préfectures de Centrafrique, et la compétence des fils et filles de la R.C.A. seront retenues, comme critères de base. Par conséquent les accord de N’Djamena et de Libreville sont caduques. Une minorité ne saurait exiger d’une majorité de la population des postes clés du gouvernement

3) L’intégrité de la Patrie n’est pas négociable. La R.C.A. est Une, Indivisible et laïque.

Partant de ces trois points, la discussion sur l’accord de paix entre Sélékas et les Anti-Ballakas pour aboutir à un désarmement simultané est envisageable.

Comme disait Churchill, « il vaut mieux faire la guerre, que de conclure une paix dans le déshonneur, car on finit par obtenir les deux: le déshonneur et la guerre ! ». Les hauts responsables de Sélékas qui sont: M.Djotodia et Nourrédine se savent condamnés in fine. La seule issue qui se présente à eux est, la surenchère- tout exigé ! La présidence, la Primature et les postes-clés… Bref le retour à la case départ, pour tuer, piller encore et rendre la Patrie ingouvernable, pour échapper à la Justice. Il faut donc tout leur refuser sans faire de concession. Exiger qu’ils se rendent à la Justice: C’est un péalable !

La majorité non-musulmane centrafricaine ne saurait accepter encore, d’être dirigée par une minorité confessionnelle et revancharde, qui avait fait preuve de son intolérance par des crimes tous azimuts, perpétrés sur des civils non armés, dépouillés de leurs biens et violés dans leur intégrité physique et morale.

Il suffit ! Il faut recruter et se préparer à faire la guerre aux Sélékas et les vaincre!

Leon Grant KIDJIMALE

Publié dans Politique


« CENTRAFRIQUE : LA SANGARIS HAUSSE LE TON FACE AU SELEKA A BATANGAFO

4.Posté par adjoro le 08/08/2014 15:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
SELEKA COMPTE SES MORTS QUE PENSE ALWIHDA

République centrafricaine République centrafricaine

Depuis lundi, la force Sangaris mène une opération musclée dans la ville de Batangafo, située à 400 km au nord de Bangui. Trois jours de combats entre la Misca, Sangaris, d'un côté, et la Seleka, de l'autre, ont fait plus de soixante tués, côté Seleka. Les forces internationales comptent également au moins trois blessés.

Selon plusieurs sources, ce jeudi 7 août au matin, des scènes de pillages ont eu lieu dans le quartier musulman de Batangafo, malgré la présence des forces de la Misca restées positionnées dans la ville. Dans la journée, plusieurs éléments de la Seleka étaient revenus dans la ville pour récupérer les corps de leurs camarades, après les violents combats.

Des discussions avaient été engagées entre le commandant de la Misca RDC et un certain colonel Yaya qui serait le nouveau commandant de zone de Batangafo. Selon un communiqué de la Misca, le colonel Yaya en question remplacerait l'ancien commandant de zone de Batangafo qui serait mort lors des combats de ces derniers jours. Cette information n'a cependant pas été confirmée du côté de l'ex-rébellion. Selon une source Seleka, il aurait été dépêché depuis l'état-major Seleka de Bambari.

Ces discussions entre les deux parties portaient sur le cantonnement des ex-rebelles. Suite à la réunion qui s'est tenue, mercredi, entre la Misca, Sangaris et les leaders Seleka à Batangafo, les forces de l’opération Sangaris se sont retirées à 9 km au sud, sur l'axe de Bouca.

Quoiqu' il en soit, l'opération française engagée dans cette zone va se poursuivre et la Seleka, de son côté, ne semble pas résolue à se laisser désarmer ni cantonner.

5.Posté par adjoro le 12/08/2014 09:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
MA RELIGION TUE, MASSACRE,

ALWJHDA, Mahamat ramadane

il y a une chose qui intrigue le monde entier en ce moment ETAT ISLAMIQUE le NOM de l'islam est bien dans l'appellation de ce groupe que vous avez vocation à soutenir partout dans le monde.

Alors suis musulman mais éclairé et ALWIHDA qui est sensé faire des analyses impartiales, justes, cohérentes sur les actualités, les évènements dans le domaine et cœur de son métier ne parle pas de ETAT ISLAMIQUE, par contre ALWIHDA parle même de la couleur de la merde d'un Centrafricain.

Les Humains sont massacré au nom de L' ISLAM (religion) alors que les autres religion qui sont victime de L'ISLAM dont vous et moi pratique n'ont pas le même discours que nous, et nos IMAMS ne parlent pas, fuient les micros.
L'ISLAM est la religion ou MACHINE A TUER, ?
Dépêcher un envoyé spécial pour informer le monde.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Pour poster un commentaire, vous devez utiliser un Email valide. Les commentaires non conformes à la net-étiquette et ou à la loi seront effacés.
En raison d'un nombre important de commentaires non conformes à la net-étiquette et ou à la loi, les commentaires sont désormais soumis aux modérateurs afin d'être vérifiés.

EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements