Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
REACTION

RCA : La société civile veut faire entendre sa voix à New York


Alwihda Info | Par Samsono - 25 Septembre 2013 modifié le 25 Septembre 2013 - 23:30


Une manifestation à Bangui. Crédit photo : lanouvellecentrafrique.info
Une manifestation à Bangui. Crédit photo : lanouvellecentrafrique.info
Pourquoi la société Civile n’est composée que des anciens proches de Bozize et aussi que des Représentants d’une seule religion? Des anciens dignitaires de Bozize (Béatrice Epaye) ? De l’Evêque du diocèse de Bossangoa la ville natale de Bozize ? Qu’est ce qu’on pourrait attendre réellement comme déclaration ou contribution au retour de la Paix de la part de cette ‘’soit disant’’ Société Civile ? Si n’est que des accusations contre les musulmans qu’on veux toujours faire croire au monde entier qu’il n’existe jamais des musulmans en Centrafrique tout en oubliant que l’Histoire nous enseigne que la pénétration de l’Islam en Centrafrique s’est faîte par vague successive de 1830 à 1911 ? Et qu’on veut aussi nous faire croire que les musulmans en Centrafrique ne sont que des étrangers et ne parlent jamais le Sango tout en oubliant que chacun de nous dans sa famille a au moins un fils ou une fille musulman ou chrétien et qui communique sans difficulté en sango avec les autres membres de la famille? Ou bien accuser le Tchad, le Soudan sans parler réellement de nos réalités qui sont là depuis l’indépendance ce qui justifie que notre pays reste le dernier du monde ? S’il vous plait nous en avons marre de ces acteurs politiques qui ont échoué et qui aujourd’hui se trouvent partout et jouent les victimes. Si nous voulons que la communauté internationale nous aide, s’il vous plaît, donnons à cette communauté internationale qui se bât depuis les premières mutineries (Epoque de Kolingba) et même avant à nous mettre sur les railles de la Paix et du Développement, les bonnes informations pour nous sortir de notre gouffre. Un médecin ne peut soigner un malade que si ce dernier lui dit réellement de quoi il souffre et qu’il soit honnête dans ses dires car a part les médicaments donnés par le médecin, il faut aussi la main de Dieu pour qu’il guérisse alors comme Dieu voit tout il faut être honnête malheureusement je ne pense pas que ceci soit le cas des multiples déclarations de nos multiples évêques et archevêques pour ne citer que ceux là. Pousser à une hostilité à l'égard des étrangers et des Centrafricains musulmans, parce qu’on y pense trouver un terrain fertile afin de rallier tous les centrafricains et la communauté internationale qui lutte aujourd’hui contre les islamistes radicaux partout dans le monde ou reprendre une «croisade contre l'islamisme » pour mieux asseoir une base politique afin de créer une trouble et revenir au pouvoir, c’est un terrain très dangereux. Faisons attention chers frères et sœurs centrafricains, notre crise n’à rien avoir avec l’idée d’asseoir un pouvoir islamiste, djihadiste etc comme le cas du Mali. Ne mélangeons pas les choses. Chers frères et sœurs, notre pays souffre depuis les premiers jours de l’indépendance, si jusqu’aujourd’hui nous n’avons pas pu nous en sortir ce que nous avons toujours refusé de voir nos réalités en face. Avant hier c’était le tour des Baniamolengués du RD-Congo avec Bemba que nous même, d’abord, sommes partis les chercher et les associer à nos problèmes internes car nous ne sommes jamais capables de résoudre nous-mêmes nos problèmes. Résultat : Jusqu’aujourd’hui un Dossier à la CPI pour viol, crime, des hommes même ont été violés, etc. Malheureusement le dossier n’avance pas et nos avocats ont du mal à défendre le dossier, apporter les preuves suffisantes sur les faits alors on doit se demander a-t-on menti sur les réalités des faits à la communauté internationale ? Ce qui peut expliquer en parti les difficultés de nos avocats à apporter les preuves suffisantes ? Ou bien nous avons dit la vérité et que malheureusement nous n’avons pas su garder les preuves !!! A méditer… Hier c’était le tour des « Libérateurs », nous les avons appelé ‘’Libérateurs’’ malgré tout ce que nous avons connu (no comment !) parce que ça arrangeait notre classe politique et pourtant se sont les même ou presque qui sont devenus aujourd’hui des Séléka ou bien qui dit mieux ? A cette époque, c’étaient des centrafricains musulmans d’origine ok parlant correctement le Sangho défendant le Pays, mieux que les FACA etc, malgré que certains aient été recrutés au Sud du Tchad et du Soudan et a qui on a promis 15.000.000 de FCA à chacun une fois au pouvoir (Séjour de Bozize au Tchad : Voir les anciens journaux pour plus de détails). Résultats : 10 ans de dictature, pays plongé dans une extrême pauvreté, aucune route, tous les indicateurs sont au rouge sombre, des grands leaders politiques assassinés, des centrafricains disparus, aucun dossier à la CPI et pas de problème on oublie. Et aujourd’hui ? C’est le tour des Séléka. Oui ces étrangers musulmans, islamistes, Djihadistes, criminels, violeurs, pillards etc venus du Tchad et du Soudan et s’emparent de notre cher et beau pays pour asseoir quoi ? Un régime islamiste : Instaurer la Charia, transformer les écoles en Madrasa, supprimer la langue française pour la remplacer par l’arabe, empêcher la vente des porcs, imposer aux Femmes de porter les voiles, tuer les chrétiens etc. Oui toutes les appellations et les mots utilisés au Mali et en Afghanistan sont au Rendez-vous. Dans les journaux locaux, sur internet, sur les ondes Nationaux (Ndeke-luka en particulier) et internationaux par l’intermédiaire des correspondants et des intervenants, partout en tout cas on trouve ces nouveaux vocabulaires. Certains privilégiés utilisent leurs positions dans les ONG, les Organisations Internationales, les Grandes Entreprises, les Grandes Entités de l’Eglise, les Universités, les Ecoles et Lycées pour passer le message à la Communauté internationale. En tous cas tous les moyens sont bons pour dire que notre malheur vient d’ailleurs (du Tchad et du Soudan) parce que dans ces deux pays, oui dans ces deux pays on y trouve des régimes islamistes, Djihadistes, on n’y parle ni le Français ni l’Anglais car il n’y a que des Madrasa. Dans ces deux pays, la justice occidentale n’existe plus, elle remplacée par la Charia, il n’ya aucun chrétien, aucune Eglise. Franchement j’ai honte !!! On veut nous faire croire comme si, les grandes régions de Ndélé, de Birao ect où la population est en majorité musulmane et centrafricaine et aussi il faut le dire malheureusement, en majorité Analphabète (zones abandonnées par tous les régimes passés) ne sont pas sur la carte de la République Centrafricaine et que le Sangho doit justifier l’appartenance à la nationalité Centrafricaine. Qu’est ce qui nous confirme que le Sangho est parlé par tous les centrafricains? Même à Bossangoa on y trouve des gens, des centrafricains qui ne parlent pas le Sangho seulement le Gbaya. Que dirons-nous si un jour (et ça arrivera je suis sûr), les Baminga (Pygmés) prennent le pouvoir et qu’ils fassent venir tous les Baminga de la Brousse dont une bonne partie ne parle même pas un mot en Sangho? J’ai la réponse « ce sont des congolais » oui c’est très simple de donner la réponse à cette question très simple. Mon Dieu !! S’il y’a des étrangers dans les Séléka, qui est parti les chercher la où ils se trouvent pour les intégrer dans nos conflits ? Ce ne sont pas nos politiciens assoiffés du pouvoir ? D’ailleurs le mot « Séléka » vient de quelle langue ? J’ai aussi la réponse : C’est en Arabe islamiste Djihadiste et veut dire ‘’Association’’ vous voyez notre logique ? Ça ne convint personne !! Et c’est ça qui explique toutes les difficultés que nous avons pour mobiliser la communauté internationale à notre cause et aussi aider celle qui est présente dans notre pays et se bât comme un buffle pour convaincre les autres de nous venir en aide. Changeons de stratégies chères frères, le terrain religieux ne pourra convaincre personne car nous aurons des difficultés à prouver nos déclarations. Vous savez au Mali ! Les Maliens n’ont eu aucune difficulté à convaincre la communauté internationale pour leur porter secours. Les faits sont réels et justifiés. Les grandes chaines internationales ont montré des images et des vidéos des islamistes entrains de détruire des mausolées, détruire des Eglises, couper les mains des voleurs, enterrer vivants des infidèles etc et tout ça a été aussi renforcé par des déclarations des islamistes eux même sur leur volonté d’instaurer la Charia dans le Pays. Alors qu’est ce que nous, nous avons ? Rien du tout !!! Toutes les images souvent montrées par Mgr Nzapalainga sur par exemple, les 4500 villages détruits ou incendiés (D’ailleurs le chiffre même est exagéré : voir la partition de notre population sur tout le territoire bref). On ne peut même prouver qui en est l’auteur !!! Parce qu’on ne voit jamais des Séléka Islamistes entrain de le faire ? Ça pourrai être n’importe qui et surtout dans cette zones où il y’a encore des rebelles de différents groupes (FDPC) par exemple. En tout cas des gens de mauvaise fois qui veulent plonger le pays dans le chaos encore et encore ! Cela ne veut pas dire que je défende les Séléka loin de là mais il faut qu’on soit prudent !!! Les images des os humains dans le document ne prouvent pas aussi que les auteurs soient des Séléka !! Ça pourrait être des gens qui sont tués au cours des conflits précédents, ça peut être des Séléka eux même ou bien leurs victimes comme dit par l’archevêque, ça pourrai être n’importe qui puisque cette zone n’a jamais connu la Paix depuis le temps de Patassé. Nos seules déclarations sans autopsie d’ailleurs ne suffisent pas à prouver qui a fait quoi. Donc c’est difficile de convaincre la communauté internationale que le pays est envahi par des islamistes et qu’elle nous vienne en aide. Le Résultat que nous sommes entrain de chercher ou bien on nous pousse à l’avoir pour arriver à des fins politiques, c’est d’amener nos deux communautés qui vivaient, vivent encore et vivront toujours en frère à se haïr, à s’entretuer pour rien au monde. A cause du pouvoir on rejette nos propres frères ? Il faut savoir prendre nos responsabilités et faire la part des choses. Les Hommes politiques partent mais la population reste toujours. Notre Société Civile, que je regrette sa composition actuelle car elle va manquer un grand Rendez-vous de l’Histoire au Siège des Nations Unies, devrait être composée des gens dignes, honnêtes, impartiales, dépourvus de toutes ambitions politiques, n’ayant aucune appartenance à un régime passé ou actuel pour pouvoir jouer un rôle important sans équivoque dans cette situation et ne parler que du retour de la Paix et de l’inclusion de tous les centrafricains et centrafricaines sans aucune distinction de religion, d’ethnie, de zone, de physionomie, de langue etc. Que Dieu bénisse la République Centrafricaine. Amen !!! Samsono


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements