Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
COMMUNIQUE

RCA : Le mouvement KITE condamne les exactions


- 2 Avril 2014 modifié le 2 Avril 2014 - 21:25


Communiqué de Presse n°001/14

Communiqué de Presse n°001/14
 
Face à la gravité de la situation qui prévaut en République Centrafricaine, face aux massacres répétés et incessants de patriotes centrafricains par des puissances étrangères, face aux actes inhumains qui se produisent sur la population civile innocente accompagnés du silence et du comportement inerte de nos autorités, Nous, jeunes patriotes centrafricains regroupés dans le Mouvement de la Jeunesse « KITE », condamnons avec la plus grande fermeté :
 
* Toutes les exactions perpétrées sur le territoire Centrafricain, que ça soit par les éléments de l’ex-Seleka, par des éléments incontrôlés antibalaka ou par les différentes communautés constituantes de la MISCA.
 
* L’implication entière du Président DEBY et de ses troupes pro-Seleka infiltrées dans les rangs de la MISCA.
 
* L’attitude inexpressive de la France et sa passivité à résoudre la crise centrafricaine.
 
* La non-souveraineté de la Centrafrique acceptée et cautionnée par les autorités en places.
 
Par ces faits, nous rappelons aux autorités Centrafricaines et Tchadiennes les articles 3, 5 de la déclaration des droits de l’homme et l’article 4 de la chartre constitutionnelle de transition respectivement ci-dessous : Art. 3 : Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne.
 
Art. 5 : Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. Art. 4 : (Chartre constitutionnelle de transition)
 
La personne humaine est sacrée et inviolable. Tous les agents de la puissance publique, toute organisation, ont l’obligation absolue de la respecter et de la protéger. La République reconnait les Droits de l’Homme comme base de toute
 
Communauté humaine, de la paix et de la justice dans le monde.
 
Pour cela,
 
* Nous demandons à la Présidente de transition et à son gouvernement de faire preuve de plus de volonté et de détermination pour la protection du peuple centrafricain, des ressortissants étrangers sans oublier la préservation de la souveraineté nationale et la défense de l’ensemble du territoire.
 
* Nous lançons un appel pressant à l’Union Africaine et aux puissances continentales (L’Afrique du Sud, le Maroc et le Nigéria en occurrence), face à la passivité de la France, de prendre leurs responsabilités et de peser de leurs poids dans la crise en RCA afin de mettre hors d’état de nuire tous les groupes criminels qui sévissent dans le pays et d’aider à l’organisation d’élections anticipées destinées à sortir la CENTRAFRIQUE de cette anarchie dans laquelle elle est plongée.
 
* Nous demandons par la même occasion à la Procureur Générale de la CPI de mener ses investigations afin de traduire devant la justice internationale tous les responsables directs et indirects de ces actes horribles.
 
* Enfin, nous en appelons donc au sens du patriotisme de chacun pour sauver la RCA,”Bateau qui est entrain de chavirer”.
 
Que Dieu Bénisse la République centrafricaine !!!
 
Fait à Cotonou, le 29 mars 2014
 
Le Coordonnateur
Thomas ZINDOTEALA


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements