Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
LIVRE

ROMAN : Dans « LA VALSE DES INITIES », Nadia ORIGO tend la main à ceux qui s'égarent dans le mal


Alwihda Info | Par Franck CANA - 26 Mai 2015 modifié le 26 Mai 2015 - 15:10


ROMAN : Dans « LA VALSE DES INITIES », Nadia ORIGO tend la main à ceux qui s'égarent dans le mal
En 2012, Nadia Origo a publié « Le bal des débutants » et comme une suite logique, elle vient d’éditer « La valse des initiés ». Dans ce dernier roman, une guerre de succession voit le jour au Gabon, au lendemain du décès du Victus Malia, un demi-dieu dont le travail se limitait, de son vivant, à l’œuvre du mal. Il dirigeait donc le pays en assujettissant ses collaborateurs en les soumettant « jusqu'à son caleçon ».

Ceux qui souhaitaient prendre l'ascenseur social devaient s'adonner aux pratiques démoniaques avec l'obligation de maintenir le peuple dans la souffrance à travers la secte machiavélique dite des « Monolistes ». Jean Edan Epopolo Ntem, Clair Terence Gatamba et Martial Bikoutou pourraient lui succéder. Dans cette confrontation physique et spirituelle, ce dernier cité fuira le Gabon avec son épouse Lydie et se réfugiera au Canada.

Le texte de cette écrivaine d'origine gabonaise, compréhensible par tous et qui se lit d’un trait, est tout à fait magnifique. La thématique, quant à elle, est plus que jamais d'actualité pour la population d'Afrique noire francophone retenue dans la misère par des dirigeants revêtus de l'onction maléfique. C'est peine perdue pour Martial qui croit qu'en s'éloignant des ténèbres de Libreville, il peut couper définitivement les liens avec les anciens frères de sa confrérie alors qu'il détient encore le collier remis par l'ancien demi-dieu.

Pourchassé nuit et jour par les frères maléfiques qui attendent la restitution de ce collier, Martial est au bout du rouleau. Les menaces se font de plus en plus pressantes à l'approche de l'intronisation du nouveau « diable fait homme ». C'est avec beaucoup d'intelligence que les pratiques horribles, criminelles, imbéciles et contre nature de ces hommes de pouvoir sont exposées dans ce roman.

Le suspense demeure entier jusqu'à la fin où le personnage central aura recours à Dieu pour ne pas rejoindre précipitamment sous terre le Victus Malia. À quoi bon faire souffrir son prochain lorsque la finalité du riche comme du pauvre, du faible comme du fort, est dans un trou ? À y regarder de plus près, le livre de Nadia Origo, également éditrice, nous rappelle l'édifiant ouvrage du Camerounais Ernest Nguong Moussavou intitulé : « Françafrique, ces monstres qui nous gouvernent ».

Franck CANA

« La valse des initiés » de Nadia Origo, roman, Éditions La Doxa, 10 €. 6500 F cfa. 2014.

Source : Mito revista cultural n°21 de mai 2015.