Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Ralentissement de la croissance en Afrique subsaharienne


Alwihda Info | Par - 10 Juin 2017 modifié le 10 Juin 2017 - 11:42

En 2016, la croissance a connu un ralentissement dans environ deux tiers des pays de la région.


Le directeur résident du Fond Monétaire international (FMI), Jean Claude Nachega, a animé, vendredi 9 juin 2017, au Hilton Hôtel de N'Djamena, une conférence de presse relative aux perspectives régionales pour l'Afrique subsaharienne. Le rythme de la croissance reste hésitant en Afrique subsaharienne.

En 2016, la croissance a connu un ralentissement dans environ deux tiers des pays de la région qui totalisent 83 % du PIB régional et qui se chiffre à tout juste 1 ½ %. Cela marque la plus faible performance en plus de vingt. Un modeste rebond avec une croissance de 2 ½ % est attendu en 2017 qui sera dû pour une large part à des facteurs exceptionnels dans les trois plus grands pays qui contribueront au redressement de la production pétrolière, notamment au Nigéria, une hausse des dépenses publiques à l'approche des élections en Angola, une diminution progressive des effets de la sécheresse en Afrique du sud, ainsi qu'une légère amélioration de leurs termes d'échange.

Néanmoins, la dynamique régionale reste dans l'ensemble faible et à ce rythme, les taux de croissance de l'Afrique subsaharienne vont continuer à se situer très en dessous des tendances qui prévalaient, il y a encore quelques années.

Le directeur pays du FMI, Jean Claude Nachega a annoncé que les pays les plus durement touchés par le nouveau contexte des cours pétroliers (Angola et pays de la communauté économique et monétaire de l'Afrique Centrale) ont encore du mal à se remettre des pertes de recettes et des difficultés de balance des paiements qui en ont résulté. Il souligne que les ajustements ont été différés et demeurent encore limités dans ce pays dont les retombées de la chute des prix du pétrole sur les autres secteurs continuent d'affaiblir leur économie et risquent d'engendrer des problèmes encore plus graves si rien n'est fait pour y remédier.


Le directeur résident du Fond Monétaire international (FMI), Jean Claude Nachega. Alwihda Info
Le directeur résident du Fond Monétaire international (FMI), Jean Claude Nachega. Alwihda Info

Djimet Wiche Wahili
Journaliste, directeur de publication. Tél : +(235) 66304389 E-mail : djimetwiche@gmail.com En savoir plus sur cet auteur