Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
SCOOP

Rapport (CPIA 2014) sur le Togo : le CADERT donne de bons points au Togo


- 30 Juin 2016 modifié le 30 Juin 2016 - 01:52


Rapport (CPIA 2014) sur le Togo : le CADERT donne de bons points au Togo
Lomé, le 28 juin 2016- Le Centre Autonome d’Etudes et de Renforcement de Capacités pour le Développement du Togo (CADERT) a présenté mardi les résultats du rapport 2014 de l’autoévaluation des politiques publiques et des institutions ou Country Policy and Institutions Assessment (CPIA 2014)

Le CPIA est un rapport qui apprécie le progrès réalisés par les pays en voie de 
développement à partir de plusieurs indicateurs.

L’étude de ce rapport rédigé grâce à l’appui de la Banque Mondiale, montre que le Togo a connu des avancées dans l’amélioration du processus de modernisation de l’administration publique, dans la réforme du secteur de la justice et en matière d’intégration régionale et internationale. Le rapport considère que les politiques de développement enclenchées au Togo répondent aux exigences des cadres fondamentaux de développement et de lutte contre la pauvreté.

Le CPIA 2014 constate également au Togo, une mobilisation des autorités autour des enjeux actuels. Il s’agit entre autres des questions relatives à la préservation de l’environnement, au changement climatique et au cadre de vie des populations.

Toutefois, le rapport note des insuffisances constatées dans le social. L’étude réclame des actions dans le domaine du renforcement de capacité technique dans la gestion et la planification des activités et un suivi d’évaluation de différents projets et programmes.

Pour la directrice exécutive du CADERT, « tout cela est bien ». Mais le Togo gagnerait plus encore en instaurant à la base un processus structurel de lutte contre la corruption. « La corruption est un fléau qui gangrène le développement de notre pays dans la mesure où elle assèche les recettes financières et prive l’Etat de moyens pour mettre en œuvre des politiques nationales de développement », a ajouté Birenam Odilia Gnassingbé.

A ce jour, des actions sont menées au Togo dans la lutte contre la corruption. En dehors des textes juridiques internationaux signés par le gouvernement togolais, les programmes de renforcement de capacités techniques sont développés à l’endroit des acteurs impliqués dans le processus de la lutte anti-corruption.


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements