Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
COMMUNIQUE

Réponse d'Alwihda au Ministère de la Défense de Djibouti


Alwihda Info | Par - 28 Octobre 2014 modifié le 25 Janvier 2015 - 16:51

La République de Djibouti usera de tous ses droits pour défendre dorénavant sa dignité, quel qu'en soit les moyens nécessaires.


Un communiqué de presse du ministère de la défense de Djibouti parvenu à la rédaction du journal Alwihda a retenu toute notre attention par son contenu agressif que par sa légèreté. C'est pour la deuxième fois que l'armée djiboutienne publie un communiqué pour s'en prendre gratuitement au journal. Nous croyons que l'armée à d'autres chats à fouetter que de perdre son temps à s'en prendre à un journal qui ne fait que donner l'opportunité aux sans voix de s'exprimer librement. Les sans voix victimes des régimes réactionnaires, dictatoriaux issus des présidents à vie. Il est clair que le simple fait de voir leurs citoyens s'exprimer constitue un crime et le désir de leur tordre le coup hante l'esprit des dirigeants. N'en déplaisent aux dictateurs, Alwihda continue, malgré les menaces proférées, d'offrir aux démunis du média l'opportunité de s'exprimer librement.

En ce qui concerne le communiqué du ministère de la défense de la république de Djibouti, Alwihda exprime son profond regret qu'une institution aussi importante puisse se permettre de tenir des propos injurieux à l'encontre d'un journal. Alwihda, tout en exprimant ses regret, refuse de rentrer dans ces genres de polémique infructueux, mais il tient à apporter les éclaircissements suivants:

1/ Tous les articles et communiqués relatifs à Djibouti sont l'œuvre de djiboutiens appartenant soit à l'opposition soit au régime. Et par conséquent, l'article intitulé : "Nouveaux accrochages entre le FRUD et l'armée gouvernementale à Hagandé" (http://www.alwihdainfo.com/Djibouti-Nouveaux-accrochages-entre-le-FRUD-et-l-armee-gouvernementale-a-Hagande_a13061.html) est un communiqué émanant du FRUD (Opposition politico-militaire) et non un article rédigé par Alwihda.

2/ La Direction du journal tient à apporter un démenti formel sur les accusations graves selon les quelles Alwihda " appelle à la violence et la haine tribale".

3/ Vous dites qu'il n'existe "aucun mouvement armé se réclamant du FRUD, non aucun accrochage n'est à signaler dans le Nord du Pays". Il ne nous appartient pas de confirmer ou d'infirmer vos allégations, mais nous avons publié votre démenti.



Ministère de la Défense
Forces Armées Djiboutiennes
État-major Général des Armées

Communiqué du Ministère de la Défense
République de Djibouti


C'est avec une grande surprise que nous découvrons une fois encore la publication d'un article calomnieux empreint de haine tribale par le site Al-Wihda le 11 Octobre 2014 à propos des accrochages entre l'Armée Djiboutienne et le FRUD.
Ce site qui fait fi de la déontologie journalistique, a pris l'habitude de publier ces derniers temps des informations intentionnellement erronés sur la République de Djibouti.

Ce même site a clamé à qui voulait l'entendre qu'un coup d'Etat a eu lieu à Djibouti le 19 juillet 2014, puis il a récidivé le mois d'Août avec une tentative de coup d'Etat.

Site brouillon, publiant pêle-mêle des informations aux sources douteuses sur le continent avec un parti pris contraire à l'esprit d'impartialité et la recherche de transparence de tout journaliste digne de ce nom, le site Al-Wihda se fait le champion de l'appel à la violence et la haine tribale.
Non content du faible écho qu'ont reçu les précédents articles clamant les coups d'Etat et la soi-disant conquête d'une rébellion fictive le nord du pays, Al-Wihda revient à la charge avec cet article en date du 11 Octobre diluant la haine et la zizanie.
Le Ministère de la Défense dément catégoriquement ces allégations. Non, il n'existe aucun mouvement armé se réclamant du FRUD, non aucun accrochage n'est à signaler dans le Nord du Pays, et non il n'y a aucun mouvement de troupes de l'Armée Djiboutienne dans ces secteurs.

Il existe bel et bien des éléments malfaiteurs en majorité issus des pays voisins, et cela Djibouti l'a toujours dénoncé. Ces éléments subversifs financé, entrainé et soutenu par l'Erythrée, pays en guerre ouverte avec Djibouti depuis 2008, rackettent la population locale, posent des mines le long des pistes et pratiquent le trafic humain en acheminant les candidats à l'immigration clandestine depuis la frontière éthiopienne moyennant une somme d'argent. Ces mines ont d'ailleurs fait plusieurs morts parmi la population locale, ce que Al-Wihda n'a jamais mentionné.

Il est donc temps que Al-Wihda se conforme à la déontologie propre à ce métier et cesse de prendre parti avec les mercenaires qui sèment la haine et la violence parmi la population civile.
La République de Djibouti usera de tous ses droits pour défendre dorénavant sa dignité, quel qu'en soit les moyens nécessaires.





EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements