Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Résolution de la crise Centrafricaine : Brazzaville reconnue capitale de la paix en Afrique.


Alwihda Info | Par Jonas Mvouanzi - 29 Juillet 2014 modifié le 1 Janvier 1970

Résolution de la crise Centrafricaine : Brazzaville reconnue capitale de la paix en Afrique.
La signature de l’accord de cessation des hostilités, le 23 juillet dernier, à la faveur du forum de Brazzaville sur le dialogue inter-centrafricain marque encore les esprits de nombreux africains. Le ministre des relations extérieures Angolais, Dr Georges Chikoti, n’a pas manqué de rappeler à l’ouverture des travaux que Brazzaville devenait la capitale de la paix en Afrique.


Le président Nicolas Sarkozy, en séjour en terre congolaise à l’occasion de la 3ème édition du forum Forbes Afrique, tenu le 25 juillet 2014, a dit sa satisfaction quant à l’issue du forum de Brazzaville qui vient de marquer un pas important dans la résolution de la crise centrafricaine. L’ancien chef d’Etat français, en même temps, a félicité le médiateur de la CEEAC, Denis Sassou N’Guesso, pour ses efforts qui ont abouti à la signature de l’accord de cessation des hostilités.

Cette reconnaissance de l’ancien locataire de l’Elysée à l’endroit du médiateur de la crise centrafricaine n’est que la traduction de l’expression que toute la communauté internationale pensait tout bas. Et comme l’a relevé le premier ministre tchadien, M. Kalzeubé Payimi Deubet, à l’ouverture des travaux « l’histoire retiendra que nous avons collectivement échoué si au sortir de Brazzaville, aucune lueur d’espoir ne pointe à L’horizon ».

Avant la signature de cet accord de cessation des hostilités, de nombreuses personnalités politiques africaines ont gardé mémoire, à l’instar du ministre des relations extérieures de l’Angola, Dr Georges Chikoti, que Brazzaville prenait l’allure de la nouvelle capitale africaine de la paix.

Selon le diplomate angolais, c’est la ville de Brazzaville qui, en mai 1988, a accueilli la 2ème réunion quadripartite entre les délégations de l’Angola, Cuba, Afrique du Sud et les USA, en vue de la résolution du processus de paix en Angola et l’indépendance de la Namibie. C’est également dans cette ville, a-t-il rappelé, qu’au mois de décembre de la même année, qu’a été signé un accord de paix entre l’Angola, Cuba et l’Afrique du sud, dans le cadre de la mise en œuvre de la résolution 435, du conseil de Sécurité des Nations Unies.

Le représentant du président Edouard Dos Santos, a renchéri en disant que, aujourd’hui, une fois de plus, c’est Brazzaville « qui abrite l’important événement qui nous réunit et dont le but vise à promouvoir la réconciliation nationale RCA. » Ceci témoigne, a conclu le ministre angolais, de l’engagement des autorités congolaises à favoriser la paix dans la région africaine.

Placée sous le signe de l’espérance et du compromis, le forum de Brazzaville est le fruit d’un consensus des chefs d’Etats et de gouvernement réunis en marge de la 23ème session ordinaire du sommet de l’Union Africaine qui s’est tenue, le 27 juin 2014 , à Malabo, et des conclusions des travaux de la 5ème réunion du groupe international de contact sur la RCA. Et c’est le 7 juillet que Brazzaville a été choisie pour abriter le forum pour la réconciliation nationale et le dialogue-inter centrafricain.





EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements